post

Quand on pense cigare, on pense à Cuba. Et pour cause, Cuba est le seul pays au monde à en produire ! Dans la région de Pinar del Rio, à l’ouest de la Havane, les champs de tabac s’étendent à perte de vue. Mais que faut-il savoir sur le cigare cubain ?

Entre cigares professionnels et cigares de campesinos

Logiquement, les cigares qui intéressent les touristes sont les cigares dits « professionnels », c’est-à-dire les cigares de marque connue : Cohiba, Montecristo, Romeo y Julieta. Ces cigares sont fabriqués dans des usines spécialisées et passent par différents procédés : fumigation, ajout d’arômes de miel, vanille et sucre, passage dans une presse et autres.
A la fin du processus, ressortent des cigares à la forme parfaite, avec le sceau de la fabrique et de la marque. A l’unité, un cigare peut coûter entre 3 et 25 CUC.
Si vous passez faire un tour dans la vallée de Viñales, alors vous aurez sûrement l’occasion de visiter une finca de tabac et de voir le procédé de fabrication d’un cigare de campesino (un vrai cigare de fermier cubain en somme !). Fabriqué sans produits chimiques et sans additifs, le processus est beaucoup plus manuel : de ce fait, pas d’addiction possible. Si vous voulez en savoir plus, regardez la vidéo juste en dessous ! 🙂

 

Alors si vous n’êtes pas un grand fumeur de cigares, les cigares de campesinos devraient largement vous suffire. En plus d’être moins chers que les cigares de grande marque, vous les achèterez directement au producteur qui sera bien content de recevoir quelques CUC en plus (le salaire moyen à Cuba est de 20 à 25 CUC par mois).
Si vous préférez vous tourner vers les cigares plus renommés, alors attention aux arnaques…

Le cigare, produit de toutes les arnaques

A la Havane, la meilleure façon de se faire arnaquer, c’est bien d’acheter une boîte de cigares. En effet, dans la rue, les touristes attirent beaucoup les rabatteurs, qui se feront un plaisir de vous dire qu’aujourd’hui est un jour spécial à la Havane, car c’est le jour de la coopérative (el dia de la cooperativa), et que par conséquent les cigares sont vendus moitié prix.
La vérité est que le jour de la coopérative n’existe pas. Il existe bien sûr une coopérative, mais elle concerne plutôt les fermiers que le tabac en lui-même. Les rabatteurs vous proposeront d’aller voir différents cigares chez un de leurs amis (qui bizarrement, habite juste à côté !), en vous proposant une boite de 25 cigares entre 150 et 250 CUC (entre 108 et 180 € environ). On vous dira que c’est une affaire, parce qu’à l’usine (la fabrica), la même boîte coûtera 500 CUC… De plus, ce sont souvent des contrefaçons que vous achèterez.
A retenir donc, ne jamais acheter de cigares dans la rue et ne pas suivre les rabatteurs.

Où acheter des cigares ?

Le cigare est à Cuba ce que la baguette de pain est à la France : partout. Vous n’aurez aucun problème à vous en procurer, mais dans les grandes villes comme la Havane ou Santiago de Cuba, mieux vaut aller dans des adresses sûres.
A la Havane, rendez vous au Museo del Tabaco, 120 calle Mercaderes.
A Viñales, le magasin La Vega, en face de l’église, vend des cigares aux prix fixés par le gouvernement. Sinon, en vous rendant directement sur une plantation, vous n’aurez aucun problème à trouver quelqu’un pour vous vendre les siens !

WP_20150214_062

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *