post

Ilha do Mel, la belle île du Paraná

Première semaine au Brésil, et me voilà déjà partie pour ma première destination, à seulement quelques heures de Curitiba: Ilha do Mel, ou l’Île du Miel si tu préfères.

A 2-3 heures environ de Curitiba, c’est l’île la plus proche, où on peut facilement aller le temps d’un weekend.

Et si tu veux voir mon vlog à Ilha do Mel, clique sur la vidéo juste en dessous ! 😉


Comment y aller ?

Depuis Curitiba, il suffit de prendre un bus jusqu’à Paranagua ou Pontal do Sul.
Allez retour, le bus coûte aux environ de 65 reais (16 €). Selon moi, il est mieux de se rendre à Pontal do Sul: depuis cette ville, les bateaux pour Ilha do Mel partent toutes les 30 minutes, contrairement à Paranagua où il y avait, lors de mon passage… 2 bus dans la journée. Pas le plus pratique si tu rates le bateau du matin, et que tu dois attendre 6 heures !
Sinon, tu peux également louer une voiture depuis Curitiba: le prix est d’environ 20 à 25 € la journée. Attention, le permis international n’est pas reconnu au Brésil et les moins de 25 ans devront payer plus cher la location !

En ce qui concerne le prix du bateau, il est de 35 reais aller-retour par personne (soit environ 8,75 €), et l’horaire est libre: ainsi, tu pourras prendre n’importe quel bateau pour te rendre à Ilha do Mel ou en revenir sans réserver un horaire spécifique !

En gros, le transport devrait te revenir pour un grand maximum de 45 €. Plutôt abordable !

Sur place: où se rendre ?

Il existe deux points d’entrée pour Ilha do Mel: Encantadas, et Nova Brasilia

     Touristique et festif: Encantadas

Lors de mon premier weekend à Ilha do Mel, c’est ici que j’ai décidé de loger: le choix de pousadas était bien plus large et les avis sur le lieu étaient vraiment bons !
En arrivant à Encantadas, on arrive directement sur la plage principale: Praia das Encantadas, qui est longue, bordée de bars et restos de plage. Même si l’endroit attire les touristes et locaux, l’endroit est bien préservé car les bars et restos se fondent bien dans le décor !

Pour rejoindre sa pousada ou juste l’autre côté de l’île, il faut emprunter les nombreux chemins de l’intérieur de l’île: car si tu ne le savais pas, Ilha do Mel est une île entièrement piétonne. Aucune voiture ne circule dessus, seulement quelques vélos à l’occasion ! Ainsi, elle est encore protégée du tourisme de masse et conserve une certaine authenticité.
De l’autre côté de l’île, il existe deux points d’intérêt: la plage, qui est IMMENSE et donne sur une étendue d’eau claire, et la Grotte des Enchantées (ou plutôt Grutas das Encantadas si tu préfères la version brésilienne). Celle-ci ne présente selon moi pas d’intérêt particulier, même si apparemment elle est au cœur de pas mal de légendes.

      Calme et reposant: Nova Brasilia

J’ai trouvé Nova Brasilia plus reposante, plus sauvage qu’à Encantadas. On y trouve aussi moins de restos, donc si tu veux te remplir la panse tu seras prévenu !
La plage de Nova Brasilia, sur la côte sud de l’île, ne donne pas franchement envie: l’eau est orange-marronnasse, très certainement polluée. Sur la côte Nord de l’île, la plage (Praia da Fora) est bien plus sauvage et offre une super vue sur le Phare des Conches. D’ailleurs, si tu veux un beau point de vue sur Ilha do Mel et sur les îles environnantes, je te conseille de monter en haut du Phare, parce que la vue vaut le coup ! 🙂

 

Si l’on continue en longeant la Praia da Fora, on arrive jusqu’au fort de Fortaleza: mais si tu veux y accéder, vas-y le matin à marée basse, parce que sinon il sera IMPOSSIBLE d’y accéder ! La mer barre une partie du chemin par les rochers. Tu pourras sinon réserver un passeio pour y accéder, mais j’ai trouvé les prix plutôt chers…

 

La zone protégée d’Ilha do Mel: une véritable désillusion

Depuis Nova Brasilia, on arrive au bord de la zone protégée d’Ilha do Mel. En effet, toute la zone nord de l’île est une zone protégée, et ainsi inaccessible. Bon, mis à part la plage bien sûr !
L’occasion donc de faire une balade loin des pousadas, restaurants et du reste du monde !

Et c’est là que j’ai littéralement déchantée.

J’ai découvert que la zone protégée ne l’était pas vraiment en fait: au bout d’à peine quelques minutes, j’ai compris pourquoi je voyais AUTANT de vautours. En fait, la décharge de l’île était juste là, à ciel ouvert. Autant te die que le ramassage des poubelles, l’écologie, le tri des déchets, c’était pas vraiment le mot d’ordre…
Et ce n’est pas allé en s’arrangeant. Entre les bouteilles en plastique, les canettes de bière, les sacs plastiques (le tout soit rejeté par la mer soit jeté gentiment par les visiteurs de l’île). Et je ne te parle pas du ruisseau qui sort de la zone protégée avec une couleur des plus douteuses

Voilà, comme quoi même sur des îles aussi jolies qu’Ilha do Mel, rien n’est parfait et spécifiquement niveau écologie. Bref, si vous êtes en voyage en ce moment (ou pas d’ailleurs), n’hésitez pas à réfléchir à notre manière de consommer et de jeter. Il y a tellement de moyens de voyager de manière plus écologique !


Où se loger

A Encantadas: Pousada Recanto Francês, Praia de Encantadas, s/n, Ilha do Mel, CEP 83251-000. Une adresse plutôt bien placée, avec un petit déjeuner bien fourni et une gérante super sympa !

A Nova Brasilia: Pousa Renascer, Rua nova Brasilia Nova Brasilia, Ilha do Mel, CEP 83521-000. Un couple adorable qui met tout à disposition pour profiter d’Ilha do Mel. La chambre était propre, pratique, bref tout ce qu’on aime !

 

 

J’ai beaucoup aimé Ilha do Mel, malgré la désillusion de la zone protégée. Pour un île, il y a quand même pas mal de choses à faire, et des plages magnifiques !

post

Découvrir Kampot

Il y a deux ans, la première fois que je suis allée au Cambodge, j’avais déjà envie de passer par Kampot et Kep. Sauf que manque de temps, cette étape est passée à la trappe… Donc maintenant que j’habite au Cambodge, j’ai décidé de me rattraper !
Bon ensuite, vu que je travaille, je n’ai que mes week ends de libre, donc pas beaucoup de temps non plus pour découvrir: j’ai donc du faire des choix !

Jour 1: Le parc national de Bokor, et la rivière de Kampot

Pour mon premier jour, je voulais absolument visiter le parc national de Bokor, histoire de profiter de la vue depuis le haut de la montagne ! Sauf qu’en arrivant le vendredi soir à 21h, un peu compliqué pour s’organiser…
Je voulais louer un scooter, mais on m’a dit que la route était 1) super longue, 2) pas mal raide. Avec exactement trois semaines de scoot à mon actif, je me suis dit qu’on n’allait pas prendre de risque. J’ai donc booké une excursion d’une journée avec Bison Tours.

Départ à 8h30 du matin, pour 1h de trajet jusqu’au Bokor: première étape, c’est une énorme statue qui surplombe la montagne, extrêmement colorée et vraiment imposante: il s’agit de la statue de Lok Yeay Mao, qui est une héroïne mythique dans la religion bouddhiste, et qui de ce fait est extrêmement respectée. Celle du parc national de Bokor veillerait sur la vallée de Kampot et sur ses habitants. Attention par contre, en haut de la montagne, il y a vraiment beaucoup de vent et il peut faire froid… En gros, prévois un pull et un kway 🙂
Après, je suis partie pour la suite de la visite au niveau d’une pagode, qui offrait encore une fois un magnifique point de vue. C’est je pense, ce qui m’a le plus scotchée en visitant Bokor: la multitude de vues à couper le souffle que j’ai pu voir.

Pour moi, ce qui est vraiment à voir à Bokor, ça reste le casino-palace abandonné: honnêtement, au début, je n’étais pas convaincue DU TOUT, je me disais que visiter un vieux casino alors que je suis dans un parc national, bon… Pas grand intérêt.

Sauf qu’en fait, il n’est pas franchement possible de se balader hors des routes dans le parc national… A cause du génocide des Khmers Rouges, et même si le parc a été nettoyé des mines, il existe toujours un risque de tomber sur une mine abandonnée si l’on s’éloigne des sentiers battus. J’ai trouvé ça un peu dommage de ne pas pouvoir s’organiser un petit trek dans le parc national, surtout que les paysages sont vraiment magnifiques. Mais bon, on ne va pas tenter le diable !
Donc, au final, ce qui est à visiter dans le Bokor se limite au casino-palace abandonné, la vieille église et la statue géante, et également la cascade de Pokopvil. Mais surtout, les points de vue. Je m’en suis pris plein les yeux toute la journée ! Et même sans la possibilité de faire de trek, je trouve que le Bokor reste un incontournable de Kampot.

A la fin de la journée, j’ai profité d’une croisière de deux heures sur un petit bateau local pour admirer le coucher de soleil et potentiellement voir des lucioles (je t’avoue que les lucioles c’est bien mignon, mais moi je voulais surtout voir le coucher de soleil) ! Et alors là, j’ai plus les mots. Je te laisse la photo, je pense que ça sera bien plus parlant !

Pour tous les détails sur l’excursion, allez voir en bas de l’article !


Jour 2: Les plantations de poivre de la vallée de Kampot

Pour mon deuxième jour à Kampot, je voulais aller visiter des plantations de poivre et si possible acheter du poivre de Kampot, qui apparemment est un des meilleurs de monde !
Pour le coup, pas envie de prendre une excursion: la seule chose que j’avais besoin de payer (mis à part le poivre si j’en achetais), c’était la location du scooter. Pour le coup, un peu de liberté ! Chose faite, je vais encore une fois chez Bison Tours, et c’est parti pour un scooter à 4 $ la journée, en très bon état: il faut payer le plein en plus bien sûr, mais un plein coûtant environ 3 $ au Cambodge, je ne me suis pas vraiment ruinée.

Ensuite, il faut que t’y ailles jusqu’à la plantation… Une des plus connues s’appelle tout simplement « La Plantation« , et fait du poivre biologique. A l’aller, j’ai quand même mis deux heures à m’y rendre, parce que c’était pas l’endroit le mieux indiqué sur la route…
Pour y aller, il faut prendre la route qui va de Kampot à Kep: un panneau indique sur la gauche au bout de quelques kilomètres, « Pepper Agri Tourism« : c’est là que tu dois tourner ! Ensuite, il suffit de suivre les panneaux « La Plantation »: attention, il y a bien 10 kilomètres pour y aller. Même si la route ressemble davantage à de la piste qu’à une route de ville, on passe par beaucoup de petits villages et on peut voir des rizières magnifiques, très très vertes pendant la saison des pluies (sérieusement, quand j’y étais, elles étaient presque vertes fluo !).

En arrivant à « La Plantation », le cadre est idyllique: zen, aucun bruit. La visite de 20 minutes des plantations de poivre est gratuite: en gros, si tu ne veux rien acheter, tu n’as rien à dépenser. Mais je recommande quand même de prendre un verre ou de déjeuner sur la terrasse où le poivre est vendu: en plus de la vue sur les plantations, il y a peu de monde. Même si le déjeuner est plus cher que dans la plupart des petits restos de Kampot, le cadre en vaut la peine !

Conseils, adresses et prix

• Une bonne adresse pour des excursions et des locations de scooter: Bison Tours, sur la rue 730. Le personnel est gentil, les prix sont très abordables, et le service rapide !

• Une guesthouse sympa pour découvrir Kampot: Monkey Republic, sur la rue 730 (en face de Bison Tours !). C’est une petite guesthouse assez familiale, avec des chambres et des salles de bain super clean et des prix à toute épreuve: 7 $ la nuit la chambre pour deux ! Ensuite, c’est sûr que la guesthouse n’est pas située sur la rivière: mais on est à 5 minutes à pied de la Kampot River, et pour ce prix-là je veux bien m’éloigner un peu. Pour réserver ou en savoir plus, c’est par ICI !

• L’excursion que j’ai prise pour visiter le Bokor coûtait 13 dollars et comprenait:
– le transport,
– le déjeuner,
– l’entrée dans le parc national,
– un guide anglophone,
– la croisière sur la Kampot River pour voir le coucher du soleil.

A noter que si vous voulez aller au Bokor et faire la croisière par vous-même, l’entrée au parc national coûte 5 $, la croisière 5$ également et la location de scooter 4 $ la journée (sans compter le déjeuner). Donc au final, vous aurez plus de liberté, mais ça vous reviendra plus cher. A vous de choisir !

• Le poivre de Kampot à « La Plantation » a quand même un certain prix. Un kilo de poivre noir coûte 40 $, et 100 g coûte 5,50 $. Si vous trouvez des petits producteurs, cela coûtera sûrement moins cher, et avec une possibilité de négocier le prix !

• Pensez à regarder la météo avant d’aller visiter une plantation de poivre: si la pluie tombe, vous aurez vite fait de vous embourber dans les chemins de terre totalement inondés !