post

Sur la côte adriatique croate: la ville de Split

Deuxième étape de mon voyage en Croatie: direction Split, sur la côte adriatique. C’était donc l’occasion de profiter davantage de la plage, du soleil et de vivre la dolce vita à la croate !
Malheureusement, je n’ai pas pu profiter pleinement, l’intoxication alimentaire a eu raison de moi, et de mon excursion au parc national de la Krka par la même occasion… J’ai donc passé 3 jours uniquement à Split, ce qui m’a permis de pas mal me balader dans la ville.

Split: premières mauvaises impressions

Mes premières impressions en arrivant à Split ont été un peu mitigées: après 5 heures de bus depuis Dubrovnik et un passage par la Bosnie, la première vue sur Split me fait penser à une ville nouvelle, en pleine expansion, trop moderne. Autant te dire que je n’ai pas vu le charme et l’authenticité croate dès le début…

Dernière vue sympa avant d’arriver à Split !

Arrivée à la gare de bus, ma première impression reste la même… Une horde de monde (bon en même temps Sixtine, venir en plein mois d’août était peut-être pas l’idée la plus brillante que tu ai eue), des restaurants et magasins de souvenirs à la pelle. En vrai, je pense que je m’attendais à plus d’authenticité, après avoir lu certains articles de blog et des photos…

Direction ma guesthouse, à environ 15 minutes à pied. Pour y aller, passage obligé par la promenade de Split, où les restaurants et les magasins de souvenirs continuent de se succéder. Bon, celle-ci a déjà plus de charme que près de la gare d’autobus, DIEU MERCI ! Je passe devant quelques bâtiments avec un semblant plus de charme, mais honnêtement je ne suis pas convaincue… Jusqu’à ce que je rentre dans les petites rues.
Aux environs de ma guesthouse, les rues se transforment en ruelles piétonnes, pleines de petits restaurants bien plus typiques, d’architectures plus jolies, et de CALME.

 


Le charme de Split: palais de Dioclétien et loin de la mer

En fait, j’ai rapidement compris que pour profiter de Split, il fallait rapidement s’éloigner de la promenade principale (la Riva), sauf bien sûr pour visiter le Palais de Dioclétien.
Honnêtement, pour moi, il s’agit du seul attrait culturel de Split. Il est possible de visiter les salles souterraines du Palais, pour pour 20 kuna (2,66 €) en tarif étudiant, et c’est assez sympa à visiter. Ensuite, le Palais de Dioclétien n’est pas un palais comme on pourrait se l’imaginer. Aujourd’hui, il s’agit plutôt selon moi du centre névralgique de Split, où il est facile de se balader et de trouver des bars et cafés sympas entre les vestiges du palais. Au moins là, niveau authenticité on est SERVIS !
Parmi les ruines du Palais de Dioclétien, j’ai particulièrement apprécié le péristyle, qu’on peu voir en sortant de la galerie marchande souterraine.
D’ailleurs, à cet endroit, tu tomberas sur une grande place où tout le monde s’assoit sur les marches pour boire un verre: avoue-le, c’est un spot plutôt sympa pour prendre l’apéro ! C’est d’ailleurs un quartier qui s’anime pas mal le soir, et j’ai trouvé ça vraiment cool.

Derrière le Palais de Dioclétien, on trouve beaucoup de rues et de places très sympas, et avec bien moins de monde. J’ai particulièrement bien aimé le quartier de Dobri et le Strossmayerov Park.
On y trouve beaucoup de petites boutiques sympas, de petits coins cachés: ce qui m’a un peu rassuré, par rapport à ma première impression de la ville. En fait, il faut vraiment s’éloigner de la promenade pour retrouver un charme à la croate: enfin, c’est l’impression que j’ai eue. J’ai trouvé l’atmosphère plus paisible et reposante en m’éloignant du centre touristique.

Profiter de la côte et de la mer

Bien entendu, un des intérêts de venir à Split, c’est bien sûr de profiter de la mer et de la plage !
Quand certains prennent le bateau pour aller sur les îles voisines (Hvar par exemple), j’ai préféré rester aux alentours de la ville (bon il y avait aussi une question de temps qui jouait pas mal hein).

Un conseil si tu veux aller à la page à Split: NE VA PAS A BACVICE.

Voilà, tout est dit. Réputée pour être la plus grande plage de Split au sud-est de la ville, il s’agit d’une étendue de transats et de sable jonché de détritus, paquets de clopes, gobelets. Il est impossible d’y circuler, on entend de la musique à fond. Alors sans pour autant espérer une crique cachée avec personne dessus, j’espérais au moins trouver une plage à peu près propre: autant te dire que je ne suis pas restée longtemps !
Du coup, deuxième essai, cette fois-ci au sud-ouest, après le port et la Marina: la plage Kasuni est un peu loin du centre à pied, mais a le mérite d’être propre et moins bondée. Il ne faut pas s’attendre non plus à se retrouver aux Seychelles, mais c’est tout de même bien sympa.

QUELQUES BONNES ADRESSES

Guesthouse Periko, Kamenita 13, 21000 Split. Une guesthouse simple, mais propre et super bien placée (dans le vieux Split et à seulement 5 minutes de la Riva et du palais de Dioclétien). La propriétaire ne parle pas un mot d’anglais, mais sait se faire comprendre et est serviable ! Cuisine commune, mais fermée quand j’y étais.

La Fabrique, Trg Franje Tuđmana 3, 21000, Split. Un restaurant qui fait également bar avec beaucoup de voyageurs, des soirées à thème et une ambiance de dingue !

Split était un bon stop pendant mon voyage en Croatie, mais honnêtement, je n’y retournerai pas. Si je devais retourner sur la côte adriatique croate, j’irai davantage vers Zadar ou sur les îles, et je n’irai pas en période touristique !

 

Tu veux découvrir plus d’articles sur la Croatie ? Clique ICI !