post

La Paz: le toit urbain du monde

Après quelques jours passés à Santa Cruz de la Sierra, me voilà rendue à la deuxième étape de mon voyage en Bolivie: La Paz, l’une des deux capitales du pays (oui, il y a bien deux capitales !). Située à 3800 mètres d’altitude, j’avais hâte de découvrir La Paz, et en même temps j’appréhendais un peu: non pas que j’avais eu de mauvais échos sur la ville (loin de là), mais je ne savais pas du tout comment mon corps allait réagir à l’altitude, vu que je n’avais jamais été aussi dans ma vie auparavant.

J’ai passé deux jours super à La Paz, en visitant peu de musées, mais en découvrant la ville avec d’autres activités !

 


Comment venir à La Paz ?

Je suis venue à La Paz depuis Santa Cruz de la Sierra, en avion avec la compagnie Amaszonas. J’ai payé mon aller-simple 70 €
En arrivant à l’aéroport El Alto de La Paz, j‘ai rejoint le centre en prenant un colectivo, qui m’a coûté 4 BOB (0,51 €).

Il est bien sûr possible de rejoindre La Paz en bus, depuis certaines autres villes de Bolivie, et même depuis le Pérou:
– La Paz > Santa Cruz: 925 km (environ 20h)
– La Paz > Oruro: 227 km (environ 3h30)
– La Paz > Uyuni: 542 km (environ 11h)
– La Paz > Cochabamba : 381 km

 

S’habituer à l’altitude en arrivant à La Paz

En arrivant à La Paz (ou dans toute autre ville de l’Altiplano), tu vas devoir t’adapter à l’altitude. Certains s’y habituent très rapidement, et d’autres ont des symptômes plus forts… Personnellement, j’ai ressenti les effets de se retrouver à 4000 mètres d’altitude dès la sortie de l’avion: j’avais une sensation bizarre dans tout le corps… comme si on m’avait droguée en fait ! Je n’avais pas l’esprit embrouillé, mais certaines phrases sortaient de ma bouche de manière totalement décousue (et d’ailleurs, on le voit parfois dans ma vidéo !): merci le manque d’oxygène !
J’ai ressenti aussi quelques maux de tête dans les heures qui ont suivi ma sortie de l’avion, mais honnêtement, rien d’alarmant.

J’ai aussi beaucoup manqué de souffle, et cela pendant les 2-3 semaines où j’ai été à plus de 2500 mètres d’altitude durant mon voyage. Après 2 jours, les effets étaient déjà un peu passés, et je n’ai plus eu mal à la tête.
Ce que je te conseille:
– bois beaucoup d’eau,
– ne sur-estime pas les capacités de ton corps: chacun réagit différemment,
– ne marche pas trop vite et fais souvent des pauses,
– repose-toi ! 


La Paz: une capitale particulière ! 

La Paz est vraiment une ville singulière selon moi: en effet, dépendamment d’où tu es dans la ville tu peux aussi bien avoir l’impression d’être englouti(e) par les immeubles… qu’au contraire, te sentir sur le toit du monde, en apercevant au loin la Cordillère Royale ! J’ai adoré me balader dans cette ville, et découvrir comment il était possible de vivre et de s’acclimater à ces 3800 mètres d’altitude.

Et pour ça, quoi de mieux que d’aller au point le plus haut de La Paz (enfin de sa périphérie ?). En rencontrant deux belges à l’aéroport, j’ai découvert que le marché d’El Alto, qui est le plus grand d’Amérique du Sud, se passait le dimanche, quand j’étais à La Paz justement ! Quoi de mieux que de commencer par un marché 😉
En prenant le réseau de téléphérique urbain (Mi Téléférico), qui coûte 3 BOB (0,38 €) l’aller simple, je me suis rendue à El Alto très rapidement. Et même si l’idée de te rendre à ce marché ne t’enchante pas, je te conseille vraiment d’utiliser le téléphérique urbain pendant ton séjour à La Paz: vraiment, tu en prends plein les yeux niveau vue, et ça t’évite de devoir trop grimper quand tu as encore un peu de mal avec l’altitude ! 

My Travel Project
Le marché d’El Alto est véritablement un souk, qui s’étend sur plusieurs rues et le long de 3 stations de téléphérique: on y trouve littéralement de TOUT ! L’ambiance y est chaleureuse, et j’ai adoré ce marché. J’ai vraiment retrouvé ce que je m’imaginais de l’Amérique du Sud: les couleurs, les senteurs, la foule
D’ailleurs, j’en ai profité pour manger dans un petit resto de rue aux abords du marché (15 BOB le plat pour deux, soit 1,90 €), et ensuite m’acheter un jus d’orange pressé par une cholita (les boliviennes qui s’habillent en habit traditionnel). C’était une vraie expérience culturelle, et si tu as la chance d’être à La Paz au moment du marché, je te conseille vraiment de t’y arrêter !
En plus, l’arrivée au marché d’El Alto te permet d’avoir une super vue sur les monts enneigés au loin. Et ça, ça ne se refuse pas 😉

 

My Travel Project


D’ailleurs, en parlant de points de vue, tu auras de quoi faire à La Paz: en seulement deux jours passés sur place, j’en ai vu plusieurs et à des endroits différents de la ville, ce qui permet de se rendre compte de son ampleur ! 

J’ai notamment marché jusqu’au Mirador Kili Kili: honnêtement, la rue est très raide, et avec l’altitude, ce n’est vraiment pas facile… Mais ce mirador a le mérite d’être gratuit, et surtout offre une vue presque panoramique ! Si tu as envie de te balader tout en admirant la vue, alors je te conseille de te rendre au Parque Urbano Central: c’est de là que part la Via Balcón (littéralement, la voie balcon), une promenade en bois reconnaissable à ses rambardes vertes. Cette promenade en hauteur traverse le parc, puis la Avenida del Ejercito, pour te donner encore une fois des vues spectaculaires sur la ville. Moi, j’ai adoré !

 

My Travel Project My Travel Project


Pour une de mes dernières visites, je suis allée dans le centre historique de La Paz, qui commence au niveau de la Plaza San Francisco. D’ici, on peut se balader dans les rues du centre historique, et se balader entre les diverses églises et marchés. J’en ai d’ailleurs vu pas mal pendant ma balade dans ce quartier ! J’ai trouvé l’Eglise la Merced très jolie, mais celle de la Plaza Murillo, la Basilique Nossa Senhora da Paz, est vraiment impressionnante. D’ailleurs, l’architecture de la Plaza Murillo est vraiment typique du centre historique de la Paz: c’est un endroit où passer pendant ta balade dans ce quartier. 

My Travel Project

My Travel Project

 

Mon opinion sur La Paz

Je ne savais pas à quoi m’attendre avant de venir à La Paz, surtout que je venais de passer 3 jours à Santa Cruz dans un climat beaucoup plus chaud… et donc, chaleureux ! Je pensais que La Paz allait me paraître triste, mais finalement j’ai préféré cette ville à Santa Cruz. J’ai trouvé qu’il y avait plus de choses à faire, la ville semble aussi plus vivante ! 
J’ai un peu regretté de n’y passer que deux jours: j’aurais bien aimé avoir plus de temps pour aller voir le spectacle de lutte des cholitas, ou visiter quelques musées/expos. 

My Travel Project


Mes adresses 

– Brew Adventure HostelAvenida Montes Nº 503 – 533. Cet hostel est vraiment génial: beaucoup d’activités organisées, des chambres et dortoirs confort, et aussi une terrasse avec une vue imprenable sur La Paz. En prime, il est plutôt bien situé !
> Réserve ici avec mon lien de parrainage Booking pour avoir une réduction 🙂

– FenomenoCalle Murillo 826. Sur cette petite terrasse, on retrouve 3 ou 4 restos différents: les burgers du Fenomeno en font partie ! L’ambiance y est vraiment sympa, et la nourriture est bonne. Le prix n’est pas des moins chers, mais vraiment pas excessif non plus. 

– Luna’s Coffee RestaurantSagarnaga 289. Un restaurant plus typique bolivien que celui cité au-dessus (même s’il reste un peu touristique). La nourriture est autant bolivienne qu’occidentale et bonne, et le service est rapide. 

 

 

La Paz a vraiment été une belle surprise de mon voyage en Bolivie. J’y retournerai avec plaisir si j’en ai l’occasion, notamment pour voir le spectacle des cholitas

post

La capitale du Brésil: Brasília

Comme tu as déjà pu le voir si tu as déjà lu certains des articles de ce blog (ou si tu as déjà regardé certaines de mes vidéos), tu sais que j’aime beaucoup visiter les capitales des pays que je visite. Bon, certaines ont plus d’intérêt que d’autres, mais j’aime bien y passer un ou deux jours pour prendre un peu connaissance de la ville. 
En habitant au Brésil, Brasilia me paraissait forcément incontournable, surtout pour son côté hyper futuriste et jeune (la ville n’existe que depuis 1960). 

Et j’ai été comment dire… Surprise

Se rendre à Brasilia

Brasilia est située littéralement au centre du Brésil. De ce fait, il n’y a pas 25 moyens de s’y rendre. L’avion sera très certainement le plus pratique: les compagnies Latam, Gol et Azul assurent des liaisons très fréquentes avec d’autres villes du Brésil. Pour un aller-retour Curitiba-Brasilia, j’en ai eu pour 130 €

Les réseaux de bus au Brésil étant très bien développés, tu peux aussi bien y aller en bus. Attention cependant à bien regarder le temps de trajet, car le Brésil est un pays énorme, et les distances sont parfois plus longues que ce qu’on s’imagine ! 

La structure de Brasilia: le plan pilote

Si tu ne le savais pas, la ville de Brasilia a été imaginée sous la forme d’un… avion. Oui, tu as bien lu ! La ville a été imaginée sous cette structure (le plan pilote) pour être la plus efficace possible. D’ailleurs, les adresses également sont assez différentes d’un format « basique » d’adresse: ici, on parle en Blocs et en Quadra, en Est et en Ouest ! 

Cette structure m’a semblé très bizarre en arrivant: on dirait qu’on arrive dans une ville fantôme ! Honnêtement, je n’ai vu aucune habitation dans le centre-ville et ses alentours, ce qui est peu difficile à croire, mais pourtant c’était le cas ! 

Que visiter à Brasilia

La plupart des monuments et centres d’intérêts de Brasilia sont concentrés autour du « cockpit » de l’avion: c’est assez perturbant, mais en même temps sympa de pouvoir se rendre à pied à tous ces endroits ! Enfin… Presque partout à pied. Après tout, ce cockpit fait tout de même 5 km de long

Ma première visite à Brasilia a été la Torre da Televisão (Tour de la Télévision): honnêtement, cette tour est moche. Mais elle a le mérite de faire 224 mètres de haut, et donc d’avoir une super vue à 360 degrés sur Brasilia et la région ! D’ailleurs, c’est comme ça que je me suis rendue compte que Brasilia avait été vraiment construite au milieu de rien. 

 

Dans les autres monuments que j’ai aimé voir/visiter, il y a tout d’abord le Museu Nacional: ce musée est littéralement en forme de dôme totalement blanc. Il s’agit d’un musée d’art contemporain. Il est sympa, car la visite est assez rapide et assez « libre » au niveau du chemin à emprunter. 
Mais ce que j’ai trouvé particulièrement surprenant, c’est davantage la partie sud du « cockpit », qui correspond davantage à la partie politique: des deux côtés de cette grande avenue, on trouve TOUS les ministères du Brésil. Et impossible de les distinguer à l’oeil nu, car les bâtiments sont littéralement des clones ! Heureusement, le ministère des Affaires Etrangères échappe à cette règle, car il est logé dans le Palacio do Itamaraty. L’architecture extérieure vaut le détour. 

Mis à part ces monuments, il reste le monument JK (qui est en hommage à l’ancien président brésilien Juscelino Kubitschek, qui est à l’origine de la naissance de Brasilia avec Oscar Niemeyer), et le Congrès National. L’architecture vaut le coup d’oeil, car comme tout à Brasilia, c’est très futuriste !
Mis à part ça, je n’ai pas trouvé les monuments et visites plus intéressantes que ça. Le parc de la ville est sympa car beaucoup de monde s’y retrouve le weekend. Mais au niveau des quartiers… La ville étant totalement vide le weekend où j’y étais, j’avais un peu l’impression d’être dans une ville fantôme. Je n’ai pas trouvé de quartier sympa dans lequel me balader.

A NOTER CEPENDANT: tous les monuments et musées sont gratuits ! Je n’ai payé aucune entrée de tout mon weekend à Brasilia ! 

 

Dans les environs de Brasilia

Il existe beaucoup de parcs et de villes à voir dans les environs de Brasilia. Mais personnellement, j’ai décidé de prendre la voiture et d’aller jusqu’au Parc National de la Chapada dos Veadeiros, qui est à environ 3h30 de route de la capitale (oui, à l’échelle du Brésil, on peut dire que c’est dans les environs !)
Je te conseille VRAIMENT de dormir sur place, car les différentes excursions et visites proposées au sein du parcs ont un nombre de places limitées: ainsi, dès 10h du matin, tout est déjà réservé. En arrivant la veille au soir, tu pourras être suffisamment tôt pour booker ce que tu souhaites voir ! 

Personnellement, j’ai opté pour la Trilha das 3 Cachoeiras, qui débute à l’entrée d’une pousada, au bout d’un chemin de terre de 2 kilomètres… Mais les paysages en valent vraiment le coup. C’était la première fois au Brésil que je voyais des canyons, et je ne l’ai pas regretté !

Par contre, je ne recommande VRAIMENT PAS les sources thermales. Il s’agit davantage de piscines creusées qui sont de véritables bouillons de culture. Aucun intérêt. 

Mes bons plans

Rooftop de l’hôtel San MarcoSHS QUADRA 05 BLOCO C, Brasilia, CEP 70322-914, Brésil. Un des seuls rooftops du cockpit de Brasilia, avec une jolie vue sur la Torre Panoramica. La déco est un peu kitsch, mais c’est très sympa pour prendre un verre ! 

Restaurant NikkeiTrecho Sces Trecho 2 | Lote 32, Orla JKBrasilia. Un restaurant japonais (ok je conçois, c’est pas très local), qui propose une formule de dégustation super bonne. Le cadre est cool, près du Lac Paranoa. 

Restaurant Paprica BurgerSetor Hoteleiro Sul Quadra 3 | Bloco A Part ABrasilia. Ce restaurant de burgers propose un large choix dans une ambiance vraiment sympa, et rétro. La terrasse est super agréable quand il fait bon dehors, et les burgers sont vraiment bon ! 

 

Comme tu as du le comprendre, mon impression de Brasilia est un peu mitigée: le tour de la ville se fait assez rapidement, et j’ai vu peu d’intêret, mis à part l’architecture futuriste. J’espère que tu auras une impression plus sympa, avec une ville plus vivante !

post

A voir et à faire à Varsovie

Capitale de la Pologne, cela faisait déjà un bout de temps que j’avais envie d’aller à Varsovie: ayant visité les camps d’Auschwitz il y a sept ans (déjà !), je regrettais un peu de ne connaître la Pologne que sous cette triste facette de l’histoire. Visiter sa capitale m’a donc semblé être un bon compromis pour découvrir davantage de ce pays, de son histoire et de sa culture

D’ailleurs, si tu veux avoir quelques conseils pour préparer ton prochain voyage à Varsovie, tu peux regarder la vidéo juste en-dessous et t’abonner en passant ! 🙂 

Premiers pas à Varsovie, le long de la Vistule

C’est en longeant les bords du fleuve de Varsovie, la Vistule, que j’ai commencé mon séjour dans la capitale polonaise. J’ai été agréablement surprise de voir les quais aménagés et surtout de voir des gens s’y balader ou prendre un verre, en plein mois d’octobre et sous une température qui n’allait pas au dessus des 5 degrés…
Des petits parcs, des aménagements pour les enfants et même le centre des sciences de Varsovie (Centrum Nauki Kopernik): en somme, un endroit plutôt sympa ! J’ai même pu voir le stade de national de Varsovie, qui a accueilli le match d’ouverture de l’Euro 2012 (non pas que je sois fan de foot, mais bon c’était le moment culture).

Bien sûr, la vue n’était pas des plus belles: en plein mois d’octobre et avec un peu de brouillard, bon…Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier la balade.

 

Dans la nouvelle ville: quartiers modernes et bâtiments officiels

L’auberge dans laquelle je dormais était située dans la nouvelle ville de Varsovie, au sud. En décidant de rejoindre la vieille ville à pied, j’ai eu l’occasion de passer par une rue semi-piétonne et pleine de vie, la rue Nowy Świat.
Cette rue est vraiment cool parce que très vivante: pas mal de restos (que j’ai personnellement trouvé un peu chers dans cette rue-là), de boutiques, et bon une rue piétonne on ne va pas se mentir, c’est très sympa. 

En continuant cette rue vers le nord, c’est-à-dire vers la vieille ville de Varsovie, on découvre plein de monuments divers. Le premier monument que j’ai vu en remontant cette rue c’est le Staszic Palace: il s’agit en fait maintenant de l’Académie Polonaise des Sciences. Devant le bâtiment, se dresse une statue de Copernic. L’architecture est vraiment jolie, mais je n’ai pas visité le palace (non pas que je ne sois pas passionnée de sciences, mais, euh… non en fait, je ne suis pas passionnée de sciences).

Plus loin et sans m’y attendre, je suis tombée devant l’Université de Varsovie, qui bien sûr est visitable ! Le campus n’est pas très grand, mais est vraiment sympa. J’aime bien visiter les campus des universités des villes que je visite: je trouve que c’est une visite « alternative » mais qui donne une bonne idée de la vie des étudiants sur place ! J’avais notamment visité Harvard quand j’étais partie à Boston (bien sûr),et j’avais adoré cette visite. 

Avant d’arriver à la vieille ville, on tombe enfin sur le Palais Présidentiel: honnêtement, si on ne le sait pas, on ne se doute pas que c’est le Palais Présidentiel ! C’est aujourd’hui la résidence du Président polonais

Vieille ville et visites historiques

On arrive à la vieille ville par la place Zamkowy: large, et ressemblant vraiment beaucoup à Trafalgar Square (selon moi), c’est le poitn d’entrée vers la vieille ville. D’ailleurs, on le remarque plutôt vite, car l’architecture est ici bien différente du quartier où était mon auberge par exemple ! 
Ce qui est d’ailleurs assez surprenant, c’est que même si la vieille ville semble vraiment « d’origine », elle a en fait été totalement détruite pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis reconstruite à l’identique. Pour observer les toits de la vieille ville (et de manière générale, d’avoir un beau point de vue sur la ville, la Tour de l’Observatoire de la place Zamkowy a un prix d’entrée vraiment abordable (voir cet article pour connaître les tarifs !)


La vue est sympa, et comme il existe peu de points de vue à Varsovie, c’était le moment d’en profiter. D’ailleurs, en parlant de vue, tu peux voir d’ici le Palais Royal de Varsovie ! Tu peux d’ailleurs le visiter si tu le souhaites. Bien évidemment en travaux pendant mon voyage à Varsovie, j’ai juste pu entrer dans la cour intérieure du Palais, qui valait déjà bien le coup pour faire un panorama !


En s’aventurant un peu plus dans la vieille ville, on découvre tout d’abord la Place du Marché, qui m’a immédiatement fait penser à la Grand-Place de Bruxelles

J’ai trouvé la vieille ville de manière générale très sympa, et étonnamment moins peuplée que le reste de la ville. Idéal pour se balader tranquillement, et aussi pour se poser et boire un bon chocolat chaud (parce qu’il faut se le dire, il caillait en plein mois d’octobre !). Dans toute la vieille ville, tu peux découvrir beaucoup d’églises aussi, donc si tu es fan d’architecture de ce style, tu vas être servi. 

Pour continuer les visites plus « historiques de Varsovie », j’en ai profité pour visiter le Musée de l’Insurrection de Varsovie. Autant je ne suis pas très orientée musées lors de mes voyages, mais si un m’intéresse particulièrement, je ne me le refuse pas ! Et celui -ci m’intéressait pour son côté concret et historique.
Le musée est très intéressant, avec beaucoup de modules très visuels: c’est vraiment un Musée que je conseille à Varsovie. N’hésite pas à regarder dans cet article quels jours de la semaine l’entrée est gratuite ! 


La nouvelle ville de Varsovie, entre parcs et modernité

En allant davantage vers la nouvelle ville, j’ai découvert notamment la Tour Staline, qui est l’équivalent de l’Empire State Building local: de son vrai nom, le Palais de la Culture et des Sciences fut un cadeau de Staline à la Pologne, d’où son surnom. A l’intérieur du Palais, outre les divers musées, théâtres et autres, on trouve un autre point de vue ! 
Situé au 30ème étage, le point de vue offre une vue bien plus spectaculaire que la Tour de l’Observatoire: enfin, si tu ne te retrouve pas dans le nuage ! 

Et pour termine ma visite de Varsovie, j’en ai profité pour me diriger davantage vers le quartier des Amabassades, pour visiter le Parc Łazienki. Ce parc urbain est gigantesque, et regorge de petits canaux, lacs, chemins… En plein automne, c’était vraiment beau et malgré le froid, j’ai adoré me balader là-bas

 

Bonus: le street art polonais 

Encore une idée d’activité sympa et gratuite pour découvrir une ville: le street-art. Perso, J’ADORE découvrir du street art ! Bref, voici quelques « œuvres » que j’ai pu découvrir à Varsovie ! 

 

J’ai beaucoup aimé visiter Varsovie pour quelques jours: j’espère quand même avoir l’occasion de visiter Cracovie un jour, pour pouvoir découvrir un peu plus la Pologne

post

Un city trip à Prague

Mois de septembre, pas très envie de reprendre le boulot, et encore une furieuse envie de voyager (oui bon ça, ça change pas de d’habitude !). Après des rapides recherches sur les vols les moins chers en Europe, je décide donc de réserver mon week-end pour 3 jours dans la capitale de la République Tchèque: Prague.
Prague et Budapest, voilà deux capitales dont on m’a parlé tellement de fois. Honnêtement, j’étais bien contente de pouvoir enfin partir à la découverte d’une d’entre elles !


Un tour dans la vieille ville et autour du pont Charles

La ville aux cent clochers mérite bien son nom dans la vieille ville (Staré Město): de nombreux clochers et tours sont accessibles et permettent de découvrir des points de vue super sympas sur la ville. L’entrée est le même prix pour chaque tour (sauf la Tour Petrin) qu’il est possible de visiter dans la ville: ce qui permet de mieux choisir quand on est sur un budget ! Avec la carte étudiante, l’entrée revenait à 70 couronnes, soit 2,70 €.
Justement, c’est la tour au pied du pont Charles, côté vieille ville (Old Town Bridge Tower) que j’ai décidé de visiter. Au final, je n’ai pas été déçue: la vue sur le pont Charles, sur le mont Petrin et qui plus est sur la château de Prague m’a vite convaincue que j’allais apprécier cette ville.

Le pont Charles, parlons-en justement: certes très joli, je te conseille vraiment de choisir ton horaire pour y aller… J’y étais à 10h le matin et c’était déjà la foire d’empoigne ! Alors je te conseille vraiment d’y aller assez tôt le matin ou en soirée. Mis à part le monde, l’ambiance est tout de même sympa: beaucoup de stands à souvenirs, de très nombreuses statues tout le long du pont, et une très jolie vue sur le fleuve de Prague, la Vltava.

De l’autre côté du pont Charles, tu peux visiter le château de Prague: je ne vais pas m’étendre là-dessus, tout simplement parce que j’ai fait le choix de ne pas la visiter, et de seulement visiter les jardins, qui donnent un point de vue imprenable sur la ville. Il faisait beau, donc je n’avais pas envie de m’enfermer dans le château pendant plusieurs heures. Sinon, j’ai trouvé que les rues autour du château de Prague étaient vraiment typiques, comme si l’on sortait de Prague pour entrer dans un petit village tchèque. 


Après avoir passé le pont Charles et visité la Tour, il est temps de se diriger vers la place de la vieille ville. Très touristique, avec de nombreuses terrasses et des shows de rue, j’ai pourtant adoré cette ambiance ! C’est d’ailleurs sur cette place que l’on peut admirer l’horloge astronomique: je suis passée devant un peu par hasard un soir, ne m’étant jamais rendue compte avant qu’elle se trouvait sur la place de la vieille ville. Coup de chance, j’y étais juste à temps pour voir l’horloge astronomique s’animer et voir la mort sonner le glas (et l’heure par la même occasion, hein). Je n’ai pas filmé ce moment, parce qu’on s’entend que c’est tout de même assez bref… Mais cela te laisse le suspense ! 😉

 

Le centre-ville de Prague : histoire, shopping et points de vue

En allant un peu plus dans le centre-ville de Prague, on arrive dans la nouvelle ville (Nove Město), on peut découvrir un autre incontournable de Prague, apparemment: le Musée Juif et son cimetière. Le Musée juif permet d’en apprendre plus sur l’histoire de ce peuple en République Tchèque, notamment durant l’Holocauste.
Pour 220 couronnes (soit 8,51 €) en tarif étudiant, on a accès à 4 synagogues différentes, au musée, à la salle des cérémonies et au cimetière. Je vais te donner mon avis honnête: mis à part le cimetière, ça ne vaut pas le coup. Mais alors, vraiment pas. 

Déjà, l’endroit est bondé de groupes dès 9h le matin et jusqu’à la fermeture: impossible d’apprécier l’endroit. Qui plus est, le musée juif n’est vraiment pas explicite, il n’y a pas vraiment de fil conducteur. A la limite, la Pinkas Synagogue est à voir pour ses murs recouverts de noms peints à la main: c’est vraiment magnifique, mais encore une fois, noir de monde. Pour te dire, je n’ai même pas essayé de rentrer dans le Hall des Cérémonies. C’est dommage, car j’aurais vraiment aimé pouvoir le visiter, et je ne suis pas venue à la période touristique (en plein mois de septembre) ! Tant pis, ce sera pour une autre fois

Une fois sortie du Musée juif et des diverses synagogues, c’est vers la Tour Poudrière que je me suis dirigée. Située en plein centre de Prague, sur une place semi-piétonne, la Tour Poudrière donne un autre point de vue sur la ville, où l’on observe mieux la Tour de la Télévision et l’Opéra de Prague. Tout comme la Tour de la Vieille Ville, son entrée coûte 70 couronnes. J’ai beaucoup aimé cette tour, car son entrée est un peu cachée, donc moins de monde ! De plus, la place semi-piétonne et les rues alentours sont vraiment sympathiques. En fait, je trouve que Prague est vraiment une ville qui se fait à pied: les rues sont pavées, assez étroites, ce qui laisse peu de place aux voitures et davantage aux vélos.

D’ailleurs, si tu descends un peu plus au sud de la ville, toujours dans le Nove Město, tu trouveras le square Wencesclas, qui est une large rue piétonne et commerçante. J’ai bien aimé cet endroit: beaucoup de restos, des animations (notamment une course de 10 kilomètres au moment où j’y étais)… Au bout du square Wencesclas, la rue Na Příkopě est aussi piétonne: tu peux d’ailleurs y trouver des stands de trdelník, si tu veux goûter ce fameux cône sucré !

 

Sortir du centre de Prague: découvrir à vélo et sur le Mont Petrin

Pour mon dernier jour à Prague, j’ai eu envie de sortir de la ville: après avoir passé deux jours à l’arpenter à pied, j’avais bien envie de découvrir le fameux Mont Petrin, et son observatoire qui ressemble au sommet de la Tour Eiffel.
Première étape pour aller sur le Mont Petrin: le téléphérique. Bien sûr, tu peux monter à pied, vu que le Mont Petrin regorge de petits chemins. Pour un aller-retour à utiliser en 1h30, j’ai payé 32 couronnes, soit 1,23 €. Le téléphérique est assez rapide, et tu peux t’arrêter à mi-chemin si tu veux continuer de monter à pied ! 

Arrivé au sommet, j’ai trouvé le Mont Petrin particulièrement reposant: en effet, il y a énormément de roseraies, et je ne m’y attendais pas du tout ! C’est vraiment un endroit cool pour se balader, se reposer. Enfin, l’observatoire du Mont Petrin (oui, la fameuse tour Eiffel dont je te parlais juste avant) te permet d’avoir une vue imprenable sur Prague et sa région. Oui, ça fait beaucoup de points de vue pour une seule ville ! Mais pour le coup, tu ne seras pas déçu.

Pour terminer ce séjour à Prague, j’ai loué un vélo à City Bike Prague: les quais le long de la Vltava sont vraiment parfaits pour te faire une balade à vélo. Je suis partie plutôt vers le nord de la ville: cela m’a permis de découvrir le quartier de Prague 8, qui est très calme et super joli. 
Une location pour 2h suffit largement je trouve, histoire de pédaler un peu sur les quais et respirer. D’ailleurs, il se peut que tu tombes sur des vélos un peu bizarres, où tu freines en rétropédalant. Un peu déstabilisant au premier abord ! 

Mes coups de coeur à Prague

  • Laisser sa trace sur le mur John Lennon, qui est taggué de partout !
  • Faire une croisière d’une heure sur la Vltava: pour découvrir le canal du Diable, et voir Prague d’une autre manière.
  • Aller boire un verre en haut de la Maison qui Danse, au moment du coucher du soleil, pour apprécier la vue ! 


J’ai vraiment beaucoup aimé Prague: pour un city trip, c’est vraiment parfait ! Mais prépare-toi à marcher pas mal: c’est comme ça que tu découvriras le mieux la ville, et que tu pourras l’apprécier. 

Et toi, quels sont tes incontournables à Prague ?

post

L’essentiel de la Havane

La Havane est une ville très contrastée, que j’ai adoré par certains aspects, et par d’autres… Un peu moins. Quand bien même, j’en garde un très bon souvenir !

Comment arriver à la Havane ?

Depuis l’Europe, en avion bien sûr ! Un trajet dure entre 8 et 9h, avec des liaisons quasi quotidiennes. Habitant au Canada, je suis partie de Montréal. Entre février et avril, les compagnies Sunwing, West Jet et Air Canada bradent littéralement leurs prix pour les vols vers l’Amérique Centrale: les canadiens en ont assez du froid, donc ils partent tous aux Caraïbes 😉 La plupart optent pour des formules tout compris à 500 $, mais j’ai préféré être libre de mes mouvements et prendre un vol sec.

Avec Air Canada, j’ai donc payé 360 € aller-retour taxes incluses. En bref, un super bon deal !

Depuis le reste de Cuba, les bus effectuent des liaisons quotidiennes jusqu’à Cuba. Néanmoins, pensez toujours à vérifier le prix pour un taxi partagé, qui peut s’avérer plus rapide et moins cher que le bus (voir cet article pour les exemples de prix). Voici donc les prix en CUC pour les voyages en bus en février 2015 😉

Que visiter à la Havane ?

Au niveau des musées, il n’y a rien de véritablement intéressant selon moi. J’ai quand même visité le Musée de la Révolution, qui retrace l’histoire de la révolution avec Che Guevara. L’entrée est de 8 CUC: avant elle était de 6 CUC mais il était impossible de prendre des photos, sauf si on mettait 2 CUC de plus. Maintenant, c’est direct intégré dans le prix.

Franchement, le musée n’a pas tant d’intérêt que ça. On a l’impression que certaines pièces ne sont pas terminées, le musée n’est pas très interactif, même si on apprend quand même quelque chose !

 

Pour faire une balade sympa, le bord de mer est incontournable. En effet, le Malecon s’étend sur 8km le long de la mer et on passe devant les différents quartiers de la Havane: le Vedado, Centro Habana, la Habana Vieja. Attention aux vagues, il n’est pas rare de s’en prendre une en plein figure…

Sympa, non ? 🙂


Je voulais vraiment visiter le Capitole, mais EVIDEMMENT il était en travaux quand j’étais à la Havane… Bon… L’architecture est jolie mais c’est un peu dommage !
Ensuite, le quartier qui s’étend autour du Capitole est vraiment sympa et très animé. A 200m du Capitole se trouve le Parque Central, qui ne ressemble pas vraiment à un parc mais plutôt à une place avec des arbres. C’est là que tous les cubains se retrouvent pour parler base-ball, et vous trouverez aussi tous les gentils rabatteurs qui se feront un plaisir d’essayer de vous arnaquer 🙂 Le Parque Central est assez sympa, c’est un endroit plus que local !

Pas très loin du Parque Central, se trouve la calle Obispo, qui est assez connue pour son ambiance festive en fin d’après-midi. On y trouve plein de restos et de bars sympas, avec des groupes qui viennent chanter de la musique cubaine, en somme le gros cliché mais parfois c’est ce qu’on recherche 😉
Mais la rue devient plus intéressante au niveau de la Habana Vieja, c’est-à-dire en s’éloignant du Capitole et du Parque Central. Les restaurants sont plus authentiques, on retrouve vraiment le vrai côté cubain, et moins touristique.

En parlant de la Habana Vieja, c’est définitivement le quartier que j’ai préféré à la Havane. C’est déjà le plus authentique, et qui contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne fait pas si touristique que ça ! Enfin si il y a forcément des touristes, mais le quartier a vraiment gardé son charme, la plupart des rues sont piétonnes avec des vieilles pierres d’époque. J’ai adoré la Plaza Vieja, avec ses vieux bâtiments et ses couleurs ! La Habana Vieja regorge de petites places, avec toujours des panneaux informatifs pour vous expliquer l’histoire de l’endroit.

Le mieux à la Havane reste donc de se balader. C’est vraiment le meilleur moyen de découvrir la ville et ses habitants.

Où manger ou boire un verre ?

Mis à part le bar La Pergola qui se situe Calle Obispo et qui a une ambiance de petit patio, je n’ai pas vraiment d’adresse spécifique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les bars et restaurants les moins chers que j’ai pu trouver étaient à la Habana Vieja: 1,25 CUC la bière contre 2 CUC dans Centro Habana !

Si vous désirez manger local, alors n’allez pas vers les stands de rue: vous n’y trouverez que des hamburgers et des pizzas, même si c’est bien sûr le meilleur moyen de manger pour pas cher (environ 1 € le repas dans la rue).

Vous ne savez pas ce qu’on mange à Cuba ? Alors allez voir mon article sur la nourriture cubaine ICI 🙂

Le top 3

  • Le quartier calme de la Habana Vieja
  • Les différentes architectures le long du Malecon
  • Les vieilles voitures américaines des années 1950

 

post

Visiter Ottawa, la capitale du Canada

J’ai vécu un an à Ottawa dans le cadre de mes études, pour mon échange universitaire: c’est une ville que j’ai vraiment appréciée, et que je re-découvre encore aujourd’hui quand j’y retourne ! Je te propose de venir à la découverte de la capitale du Canada, pour que tu voies tout ce que tu peux y voir et faire ! 


Quand et comment partir à Ottawa ?

Même s’il fait froid, selon moi, la meilleure saison pour visiter Ottawa est l’hiver. Pour voir le Canada dans toute sa splendeur, c’est bien mieux ! Bien sûr, si vous n’avez pas le choix, visiter la capitale du Canada à une autre saison sera très bien aussi, mais vous n’aurez pas l’opportunité de faire toutes les activités si typiques de l’hiver !

En gros, l’idéal d’après mon expérience, c’est de venir entre novembre et février.

Ensuite, pour venir à Ottawa, ça se complique. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis la France, il n’existe pas de vol direct jusqu’à Ottawa. OUI je sais c’est la capitale du Canada et il n’y a pas de vol direct, je suis la première à me taper les escales et les bus, mais bon on fait avec 🙂
Le plus simple est de prendre un vol jusqu’à Montréal, et ensuite de prendre un bus Greyhound jusqu’à Ottawa. Le prix du bus varie, mais on peut compter environ 25 $ CAD l’aller simple.

Informations pratiques pour visiter Ottawa

         • Temps sur place

Honnêtement, Ottawa est une ville minuscule: le centre-ville se fait en une journée. Ensuite, pour bien visiter la ville, prendre son temps et visiter quelques musées, je dirais que 2-3 jours sont largement suffisants.

          • Niveau budget

Ottawa est une ville plus chère que Montréal ou Québec: les prix sont généralement les mêmes qu’en France, MAIS la mauvaise surprise c’est que les prix affichés sont des prix hors taxes ! Il faut donc constamment penser à rajouter 13 % de taxes, plus le pourboire dans les restaurants et les bars. Quelques exemples de prix:

Pour information: 1 $ CAD = 0,66 € (en mars 2019)

– Une bière (340 ml): 5,75 $ TTC
– Un brunch: 10,75 $ TTC
– Une location de patins de 2 heures: 17 $ TTC
– Une nuit en auberge de jeunesse (dortoir 4 personnes): 29 $ TTC
– Un chocolat chaud: 3,50 $ TTC
– Une entrée adulte au Musée canadien de l’histoire: 13 $ TTC
– Un ticket de bus (système OC Transpo): 3,45 $ TTC
– Un ticket de bus (système STO): 3,60 $ TTC


         •
Se déplacer

A Ottawa, le système de transport est simple: que des bus. Pas un tram, pas un métro, RIEN, que des bus ! Si vous logez en centre-ville, alors vous n’aurez pas vraiment à prendre le bus, vu que tout est faisable à pied. Mais si vous décidez d’aller dans la ville voisine (Gatineau) pour aller au parc de la Gatineau ou visiter le Musée canadien de l’histoire, il vous faudra bien prendre le bus !
Cependant, depuis 2017, la ville est en train de construire son propre système de tramway: il n’est pas encore abouti, mais ça devrait voir le jour dans les prochaines années ! 

Deux systèmes de bus existent:
– le système de bus d’Ottawa, OC Transpo. C’est celui que vous utiliserez probablement. On remarque très bien les bus rouges et blancs ! Et pour connaître les lignes, les horaires et les arrêts de bus, il suffit de télécharger l’appli via l’Apple Store (ICI).
– le système de bus STO qui dessert la ville voisine de Gatineau, qui se trouve de l’autre côté de la rivière ! Les bus sont blancs, on les remarque bien car ils sont bien moins nombreux que les bus OC Transpo.

Un ticket de bus coûte aux alentours de 3,50 $ TTC (voir la rubrique au-dessus). Si vous planifiez de prendre le bus plutôt régulièrement, alors optez pour le Pass Journée, qui coûte 8,10 $ TTC.

 

Que faire à Ottawa ?

        • Les principaux sites

Étant la capitale du Canada, vous ne passerez pas à côté de la visite du Parlement ! La visite est gratuite, et dispensée soit en anglais, soit en français: il faut s’inscrire quelques heures à l’avance ! Vous pourrez y admirer la superbe bibliothèque tout en bois (la seule partie du Parlement qui n’ait pas brûlé après l’énorme incendie au début du XXème siècle). A la fin de la visite, pensez à faire un tour derrière le bâtiment sur la colline du Parlement, pour admirer la vue sur la rivière des Ouataouais et sur le Québec, qui est juste de l’autre côté de la rive ! 🙂

my travel project my travel project

Depuis 2018, le Parlement est cependant en travaux: l’édifice central est fermé au public pour les 10 prochaines années ! Mais ça ne t’empêchera pas de pouvoir quand même visiter la Chambre des Communes, le Sénat ou encore l’Edifice de l’Est, qui eux sont toujours ouverts au public. Il suffit de réserver sa visite sur le site du gouvernement du Canada: clique ici

En contrebas du Parlement, on peut assister à l’ouverture (ou à la fermeture, au choix) des écluses ! Bon, vous vous douterez qu’en plein hiver, les écluses ne marchent pas, surtout qu’elles sont encore aujourd’hui ouvertes manuellement (oui oui, à la manivelle). Mais la balade vaut le coup: tout d’abord, si vous avez envie de visiter le Musée Bytown, qui raconte l’histoire de la ville d’Ottawa, ou tout simplement si vous voulez vous balader le long de la rivière.
Apparemment, il existe même une promenade d’une centaine de kilomètres le long de la rivière, faisable en vélo !

En descendant la rue Rideau vers le centre-ville, vous allez bien sûr, FORCEMENT, tomber sur le centre Rideau. Ah oui, on est en Amérique du Nord, le centre commercial gargantuesque est inévitable. A vous de voir si vous souhaitez faire du shopping 😉

Si vous passez votre chemin sur la dernière étape, alors continuez de descendre la rue Rideau et vous allez tomber sur le marché By (Bytown Market), qui est le quartier très typique d’Ottawa: on retrouve encore les anciennes halles du marché, et de nombreux magasins se sont installés autour. Le week end, un vrai petit marché s’installe au niveau des rues Clarence et Dalhousie, où vous pouvez acheter de tout et de rien (dont du sirop d’érable sous toutes ses formes: en sucre, en beurre, en bonbons, etc).

Si vous avez envie de visiter des musées, alors sachez qu’Ottawa en regorge:
– le Musée canadien de l’histoire,
– le Musée canadien de la guerre,
– le Musée canadien de la nature,
– le Diefenbunker,
– le Musée des Beaux-Arts,
– le Musée de l’Aviation et de l’Espace,
– et j’en passe, mais voici les principaux !


En sortant des sentiers battus

Comme dans chaque ville, il y a toujours moyen de s’éloigner des lieux touristiques ! Aller au parc de la Gatineau, par exemple. Bon ensuite le parc est assez connu, mais ça reste un parc, donc pas de visites guidées à l’horizon ! En automne, vous pourrez y admirer les superbes couleurs des arbres en automne, et en hiver, vous aurez la possibilité de faire du ski de fond. Vous pourrez par exemple vous balader autour du lac Pink, qui est loin d’être rose, mais qui n’en reste pas moins très joli. 

Pour découvrir le Canada dans toute sa splendeur, alors renseignez vous sur les fêtes qui sont organisées sur Sparks Street: en me baladant au niveau du Parlement, je me suis un jour retrouvée en plein fête du Travers de Porc (OUI ce genre de festival existe !). Il y a aussi la fête de la Poutine et autres réjouissances, enfin tout ce qu’il faut pour vous retrouver en plein festival de la gastronomie canadienne.

Bien sûr, une activité qui définit bien Ottawa, c’est le Canal Rideau. Ce canal traverse la ville, et il y a toujours des activités autour: en hiver, vous pouvez louer des patins et apprécier la balade de 7,8 km sur le canal (la plus longue patinoire du monde !). En été, des petits bars éphémères s’installent le long du canal, qui est bordé par une piste cyclable. En bref, le canal, c’est vraiment sympa.

Le Canal Rideau en été

Et enfin, une activité obligatoire quand vous venez au Canada: assister à un match de hockey ! Le hockey est le sport national, et c’est vraiment un truc à faire: pour l’ambiance, et surtout pour voir l’action d’un peu plus près ! Je suis allée voir un match Ottawa-Toronto en septembre, et je ne l’ai vraiment pas regretté (d’ailleurs, c’est Ottawa qui a gagné 😉 ) ! Pour réserver des places, c’est ICI.

Le Canadian Tire Centre d’Ottawa

Quelques bonnes adresses

        • Pour boire un verre

The Senate, 33 Clarence Street, dans le quartier du Marché By. Sympa pour boire une bière un soir de match ! Le bar s’appelle ainsi en référence à l’équipe de hockey d’Ottawa, les Sénateurs. Et quand l’équipe marque, une alarme se déclenche. Finissez vos verres ! 😉

Heart & Crown Irish Pub, 65 Clarence Street, encore dans le quartier du marché By. En général, tous les bars se trouvent dans ce quartier, qui est assez central ! Un vrai irish pub en somme, avec une bonne ambiance étudiante.

Les prix pratiqués dans ces bars sont sensiblement les mêmes: remontez un peu pour voir des exemples de prix !

Pour manger

Father’N’Sons, 112 Osgoode Street, près de l’université d’Ottawa. Pour un brunch super copieux, avec une vraie ambiance à la canadienne. Aussi très sympa pour boire un verre le soir, mais mention spéciale au brunch !

Zak’s Diner, 14 Byward Market Square. Un vrai diner typique, « comme dans les films », pour manger un bon burger dans un endroit sympa ! Il faut compter environ 15 $ HT pour un repas. La nourriture est simple (normal, c’est un diner), mais vraiment bonne.

        • Pour sortir

The Cabin, 95 York Street (encore près du marché By !). Un bar-boîte qui passe de la country, avec des tables de ping pong et Country Night tous les jeudis soirs (autant vous dire qu’il faut y aller ce soir-là !). Le samedi par contre, il n’y a pas grand monde. Mais l’ambiance est au top !


Les bons plans

– La relève de la garde sur la colline du Parlement est gratuite, tous les matins à 10h.

– L’entrée au Musée des Beaux-Arts et au Musée canadien de la nature est gratuite le jeudi soir, entre 17h et 20h, et entre 16h et 20h pour le Musée canadien de l’histoire.

– Sous présentation d’une carte étudiante (carte ISIC), vous avez des réductions dans les hostels, pour les entrées au musée et dans les bars.

 

La rue Rideau, dans le centre-ville d'Ottawa

La rue Rideau, dans le centre-ville d’Ottawa