post

Le Salar de Uyuni. L’enfer blanc, comme on l’appelle. Cet immense désert de 10 000 km² est clairement impressionnant. Et bien sûr, j’avais pour obligation (envers moi-même hein) d’aller le voir… Directement après La Paz, j’ai donc pris le bus et je suis partie à 550 kilomètres de la capitale, direction CE FAMEUX DESERT ! 


Comment se rendre au Salar de Uyuni ?

Depuis La Paz, il existe des bus directs (souvent de nuit) pour aller jusqu’à Uyuni ou Tupiza, les deux points d’entrée vers le Salar. Mais je voulais prendre mon temps, et j’ai décidé de me rendre au Salar en deux temps.
J’ai donc pris un premier bus de 3h30 jusqu’à Oruro, une ville située à 230 km au sud de La Paz. J’ai payé mon trajet 25 BOB (3,2 €) et j’ai pris la compagnie Nascer. J’ai aussi payé 2,5 BOB à la sortie du terminal de bus de La Paz: c’est une taxe obligatoire pour « utiliser le terminal de bus ». Bref, prévoie de la p’tite monnaie 🙂 

Pas grand chose à voir à Oruro, je te le concède. Mais l’intérêt de s’arrêter dans cette ville est de prendre le train pour rejoindre la ville d’Uyuni, et non pas le bus ! Etant une grande adepte des voyages en train, j’ai donc pris le train Espreso del Sur, et j’ai payé mon billet en classe ejecutivo (la classe la plus basse, mais déjà plutôt confort pour 7 heures de train) 60 BOB (7,57 €)
/!\ Attention, ce train ne passe pas tous les jours ! il passe uniquement le mardi et le vendredi à 14h30. Si tu ne peux pas prendre le train ce jour là, le Wara-Wara passe le mercredi et le dimanche à 19h.

 

my travel project

Si tu as l’occasion de prendre ce train pour aller jusqu’à Uyuni, je te le recommande FORTEMENT. J’ai adoré découvrir les paysages que j’ai pu voir pendant les 7 heures de trajet, c’était merveilleux ! Je te laisse voir par toi-même.

 

My Travel Project My Travel Project My Travel Project

 

Visiter le Salar: depuis Uyuni ou Tupiza ?

Je suis personnellement arrivée à Uyuni pour visiter le Salar. J’aurais pu arriver à Tupiza, qui se trouve à environ 7-8 heures de Uyuni. A vrai dire, j’ai un peu hésité sur le point d’entrée que je devais choisir pour visiter le Salar…
De ce que j’ai compris avec toutes mes recherches (dans mon guide de voyage, sur les blogs, sur les groupes Facebook, sur les forums, etc), c’est que Tupiza est un point d’entrée à privilégier si tu décides de visiter le Salar de Uyuni ET le Sud Lipez. Si tu décides de ne visiter que le Salar de Uyuni, alors autant partir d’Uyuni, qui est littéralement aux portes du désert

Question de choix de timing, j’ai décidé de ne visiter que le Salar de Uyuni, avec un peu de regrets de ne pas visiter le Sud Lipez… mais avec l’idée bien en tête de revenir visiter ce bout de Bolivie 😉 

my travel project


Quel tour pour visiter le Salar ?

Pour le Salar, booker une excursion est obligatoire: déjà, parce que le Salar est IMMENSE et que s’y perdre c’est signer son arrêt de mort, et qu’il faut aussi savoir conduire sur un désert de sel. Bref, je te conseille vraiment de réserver une excursion. 
Il existe plusieurs tours pour visiter le Salar: 2 jours/1 nuit, 3 jours/2 nuits, et 4 jours/3 nuits. A savoir que les deux derniers incluent également la région du Sud-Lipez. Comme je ne voulais voir que le Salar de Uyuni, j’ai logiquement opté pour le tours de 2 jours et une nuit

Le choix de l’agence est vraiment primordial: il vaut mieux payer un peu plus cher auprès d’une agence qui a de bonnes critiques, que de faire un tour à prix cassé, mais pas forcément de bonne qualité et pas sécuritaire. Parce que oui, les accidents de Jeep dans le Salar sont plus courants qu’on ne le pense… et on ne lésine pas sur la sécurité 🙂
Après avoir regardé les avis en ligne, j’ai finalement réservé mon excursion auprès de l’agence Esmeralda Tours. Si normalement le prix était de 500 BOB (63,10 €) pour 2 jours et une nuit, j’ai finalement négocié pour descendre le prix à 450 BOB (56,73 €).

Le prix de l’excursion incluait:
– le transport pendant les deux jours,
– la visite du Salar,
– tous les repas (et l’eau),
– le guide (en espagnol par contre… en anglais, c’est plus cher). 

Le prix de l’excursion n’incluait pas:
– les entrées sur différents sites (le Volcan Tunupa et l’île Incahuasi, 30 BOB chacun).

Je peux te dire, après avoir payé et fait cette excursion, que le prix vaut vraiment l’excursion, et que je suis contente d’avoir payé plus cher que ce qu’on avait pu me proposer dans d’autres agences ! 

 

my travel project

 

Le tour du Salar de Uyuni: 2 jours dans l’immensité blanche

Chaque tour du Salar de Uyuni commence par deux étapes obligatoires, et donc forcément ces deux étapes sont assez bondées ! 
Le cimetière de trains, situé à environ 1 kilomètre de la ville d’Uyuni, est le premier arrêt des excursions. Comme son nom l’indique, il s’agit de carcasses de trains, des wagons qui gisent là, quelques centaines de mètres du Salar ! Même si le paysage semble lunaire, j’ai trouvé l’endroit assez « mis en scène » (même si ça ne doit sûrement pas être le cas), et ce n’est pas l’étape que j’ai préféré, loin de là.
D’ailleurs, si ton chauffeur est sympa (et que tes compagnons d’excursion sont d’accord), essaye de partir plus tôt: normalement, les cours partent vers 9h30-10h. En partant ne serait-ce que 15 minutes plus tôt, tu éviteras la foule ! 

my travel project

my travel project

Passé le cimetière de trains, on arrive à la deuxième étape, le village de Colchani. C’est un petit village, qui vit du sel et surtout des ventes de souvenirs, vu que l’intérêt pour les excursions de s’arrêter là, c’est bien de faire en sorte que les touristes achètent 🙂 C’est aussi la dernière étape avant le Salar: donc l’occasion d’acheter un dernier truc à manger et de passer aux toilettes.

Et enfin, l’enfer blanc. Le paradis d’abord, parce que ce Salar, je l’ai tellement attendu à vrai dire ! Et ça en jette: une immensité blanche, qui s’étend à perte de vue, au point où à partir d’un certain nombre de kilomètres, on ne voit plus rien à l’horizon que le sel: même pas la ville, même pas les volcans, rien ! 
Et la première étape dans le Salar est assez… incongrue. On s’arrête pour le déjeuner à l’Hôtel de Sel Playa Blanca, posé en plein milieu d’un rien immense. C’est d’ailleurs là qu’on découvre la sculpture représentative du passage du Paris Dakar, ainsi qu’un nombre de drapeaux inimaginables: et j’ai trouvé ça tellement beau, tous ces drapeaux au milieu d’un énorme désert ! Et à mon grand bonheur, il y avait même le drapeau breton 😍

my travel project

Passé ces étapes obligatoires, à toi la liberté (et l’immensité) du Salar de Uyuni ! Le chauffeur de mon excursion, Raimundo, nous a emmené dans les endroits du désert qu’il considérait comme parfaits pour prendre les fameuses photos avec perspective que l’on voit un peu partout. Et juste le trajet pour aller d’un point à un autre… la vue est à chaque fois incroyable ! 
Vers le milieu de l’après-midi, l’excursion s’arrête pour ce soir au pied du Volcan Tunupa. Et là encore, on en prend plein la vue: le coucher du soleil sur le Salar de Uyuni est vraiment l’une des plus belles expériences qu’il m’ait été donné de faire dans ma vie. 

my travel projectmy travel project

my travel project

Et merci à Mélissa, une belge adorable rencontrée dans le Salar, pour cette super photo 🙂

Le lendemain, après avoir dormi au pied du Volcan, j’ai commencé la journée par une randonnée de 2h30 environ, pour se prendre au premier Mirador. Tu peux aussi partir vers 5 heures du matin pour une randonnée jusqu’au sommet du volcan, mais personnellement je savais que je n’en étais physiquement pas capable, ayant eu beaucoup de mal à m’acclimater à l’altitude. Et justement, avec l’altitude, la dénivelée positive et le manque d’oxygène, la randonnée est un peu dure, mais le résultat en vaut la peine. La vue à 180 degrés sur le Salar de Uyuni et une partie du volcan est à couper le souffle ! Mais n’oublie pas ta bouteille d’eau et de la crème solaire, ça crame !

 

my travel project

 

L’excursion se termine avec un arrêt à l’île Incahuasi, une île complètement remplie de cactus: assez impressionnant de voir ça en plein milieu d’un désert uniquement rempli de sel, où rien ne pousse ! Mais l’entrée pour monter au sommet de l’île étant de 30 BOB et ne voyant pas l’intérêt de monter, j’ai préféré me balader autour de l’île.
J’ai trouvé que passer deux jours dans le Salar était vraiment la durée idéale: en un jour, j’aurais trouvé ça vraiment court, et j’aurais eu l’impression de manquer un peu quelque chose. Au bout de deux jours, la fatigue du soleil et de la réverbération se faisait sentir. Mais je ne regrette vraiment pas !

 

my travel project

my travel project

 

Une chose est sûre: cet endroit est magique. Le Sud-Lipez sera définitivement sur ma bucket list pour un prochain voyage en Bolivie

Laisser un commentaire