post

Je trouve qu’il existe une différence entre dire aurevoir, et à bientôt. Dire aurevoir, j’y suis habituée, ça fait maintenant plus de deux ans que je n’habite plus en France. Pendant mes allers-retours entre la France et le Canada, j’ai dit aurevoir plusieurs fois. Quand je suis partie vivre au Cambodge, j’ai aussi dit aurevoir.

En fait, je me rends compte que je ne disais pas aurevoir, je disais juste à bientôt. Je savais que j’allais revoir mes parents et mes amis. Les gens qu’on rencontre en voyage, on leur dit rarement à bientôt, on voudrait les revoir mais on ne sait pas quand ça sera possible. Alors, on dit aurevoir.
Je sais qu’en ayant pris la décision de voyager, j’ai aussi pris la décision de me confronter à des aurevoirs. Mais le fait d’être habituée à voyager ne rend pas la tâche plus facile pour autant.

Quand je suis arrivée à Phnom Penh, j’ai rencontré des espagnols dans mon auberge de jeunesse, qui m’ont accueilli comme s’ils me connaissaient depuis des années. Je me suis sentie « chez moi » : et j’ai passé trois semaines à me sentir chez moi, avec eux, à apprendre à se connaître et à se découvrir des points communs.             
Mais hier, j’ai du dire aurevoir. Mon expatriation à Phnom Penh a commencé avec eux, mais je n’avais pas pensé au fait qu’elle ne se finirait pas avec eux. Dire aurevoir, c’est dur car rien ne te garantit que tu reverras ces personnes là un jour, si tu en auras l’opportunité ou pas. Et c’est d’autant plus difficile quand tu te rends compte des points communs que tu as avec ces personnes : leur vision de la vie, du voyage, l’ouverture d’esprit.

J’ai aussi du dire aurevoir à des endroits que j’appréciais particulièrement: le Canada bien sûr, et le Vietnam aussi. Des endroits qui m’ont appris autant que certaines personnes, et le fait de devoir dire aurevoir est tout aussi dur. Encore une fois, on sait qu’on va ou qu’on peut y retourner: mais on ne sait juste pas quand. Dire aurevoir à des personnes ou des endroits qui t’ont littéralement changé, construit, c’est dur. Tu as un peu l’impression de laisser une partie de toi.

Je pense que dans le fait de voyager, c’est bien la seule chose que je n’aime pas. Ensuite oui, choisir c’est renoncer, et voyager c’est s’adapter. Et oui, on s’habitue à tout, certes, mais pas à ça.

Dire aurevoir, c’est aussi un peu la fin d’un voyage. En quelque sorte.

2 thoughts on “Dire aurevoir.

  1. Je me rappelle de mes premières colonies de vacance et de cette sensation à mon retour, de savoir que c’est fini et que je ne reverrais certainement plus jamais ces gens ! Et bien tout comme toi, ça perdure à présent au bout du monde.

    Le fait de réaliser que chaque rencontre a une fin me permet de me plonger encore plus dans la rencontre et de la vivre à 100% !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *