post

Ecologie, développement durable, zéro déchet… Depuis quelques années, mais surtout depuis mon arrivée au Brésil, je m’intéresse beaucoup plus aux déchets que je produis, à mon mode de consommation et aux habitudes que je pourrais intégrer dans mon quotidien pour respecter davantage notre planète, et aussi les pays dans lesquels je voyage: après tout, il n’y a aucune raison de polluer à la base, et je ne vois pas sous prétexte que je voyage, que je ferais moins attention. 

Après avoir lu beaucoup d’articles à ce sujet , regardé énormément de documentaires et pas mal creusé le sujet, j’ai décidé aussi de me me lancer, et de commencer à réduire mes déchets en changeant mes habitudes en voyage


Courses et visites

Le sac en toile, ou tote bag, est pour moi un indispensable. J’en avais déjà une bonne collection venant de produits dérivés de boutiques ou de mes anciens boulots… Je ne m’en suis jamais autant servie que depuis que j’essaye de réduire mes déchets ! 

C’est désormais ce que j’utilise pour faire mes courses au Brésil et quand je voyage si je décide de cuisiner au lieu d’aller manger à l’extérieur, ou quand je vais sur les marchés locaux pour acheter des souvenirs. Grâce à ça, j’ai réduit drastiquement ma consommation de plastique, en évitant d’utiliser des dizaines et dizaines de sacs plastiques ! Sachant qu’au Brésil, ils aiment bien doubler les sacs plastique, l’utilisation d’un tote bag est littéralement une vraie révolution écologique quand il s’agit de faire ses courses…

Si tu n’as pas de sac en toile, tu en trouves pour très peu cher sur Amazon

 

Nourriture et boissons

En terme de nourriture et boissons en voyage, l’utilisation de plastique et polystyrène à usage unique qu’on utilise est souvent beaucoup plus important que ce qu’on pense… Entre les couverts en plastique, les contenants, les serviettes en papier, mais aussi les pailles, le tout étant parfois également emballé dans du plastique et sans compter les gobelets, il est quand même assez facile d’éviter tout ça (et sans pour autant surcharger le poids de son sac, OUI, je te jure !).

Donc, le premier pas que j’ai franchi, c’est le verre réutilisable. En fait, j’ai découvert ici au Brésil la marque (et aussi le mouvement en même temps) qui s’appelle Menos Um Lixo (littéralement, « un déchet de moins »), dont la fondatrice a commercialisé des verres en silicone recyclé, rétractables et surtout réutilisables. Sauf que bien sûr, ils sont partis comme des petits pains et sont devenus introuvables dans mon coin du Brésil…
J’en ai trouvé des similaires (seule la contenance est moindre) sur Amazon, à un prix super raisonnable. Après plus de deux mois d’utilisation maintenant, je peux te dire que je suis convaincue ! Il faut juste ne pas oublier de tendre son verre et d’expliquer sa démarche 🙂 Bien sûr, ça ne marchera pas partout, surtout dans certains pays (comme le Brésil par exemple) où l’éducation à l’environnement est presque inexistante et où les habitudes ont la vie dure. 

Trouver le verre réutilisable ICI

Deuxième pas, et pas le moindre: les couverts réutilisables (enfin, des couverts quoi…). Quand tu manges à l’extérieur, et plus fréquemment si tu manges dans des p’tits restos ou de la street food, tu te retrouves souvent à manger avec des couverts en plastique qui finiront dans la poubelle au bout de 20 min. Pas génial, qu’on se le dise
Je suis donc passée m’acheter des mini-couverts en plastique, que je peux brandir à chaque fois qu’on me propose désormais des couverts jetables

Alors tu me diras… Remplacer des couverts en plastique jetables par des couverts en plastique réutilisables… C’est bien, mais c’est pas encore ça.
Je suis bien d’accord avec toi: après tout, ça reste du plastique ! Personnellement, impossible de trouver dans ma ville au Brésil des petits couverts en bois ou en inox (et je me vois pas encore me balader avec ma fourchette de cuisine rand format). Je te conseille donc quand même de te tourner plutôt vers des couverts en bois ou en inox plutôt qu’en plastique comme moi, à moins que tu ne trouves rien d’autre ! 

Acheter des couverts en bois ICI
Acheter des couverts en acier ICI

Et enfin, ma dernière acquisition: la paille réutilisable
Bon, sur ce dernier produit, on s’entend qu’il n’est pas « indispensable »: le plus simple est déjà de refuser les pailles en plastique. Mais si tu es du genre à aimer boire avec une paille, alors il serait peut être temps d’investir ! Enfin investir… T’inquiètes pas, ton budget voyage ne passera pas dans l’achat d’une paille ! 

La mienne est en bois (bambou ? pas sûre), et je la trouve très bien. Super facile à laver et à transporter également ! Le mieux est de savoir ce qui te convient: si certains aiment les pailles en bois, d’autres préfèrent des pailles en verre ou en inox. A toi de choisir !  

Acheter une/des paille(s) en bois ICI

Hygiène

Je pense que c’est là qu’on peut faire des choix plus judicieux très facilement, mais aussi très difficilement… En matière d’hygiène, on se heurte souvent à des préjugés. Comme quoi le naturel n’est pas aussi efficace, que c’est sale, pas autant hygiénique… 
Enfin bref, tu vois le topo

Mais un truc que tu peux changer facilement: TA BROSSE A DENTS. Je n’ai sincèrement vu AUCUNE différence entre ma nouvelle brosse à dents en bambou recyclable/compostable, et mon ancienne brosse à dents classique. Ah si, c’est plus esthétique (c’est un bonus non ?). C’est quelque chose de très facile à mettre en place, et qui fonctionne tout aussi bien 🙂 Quand on sait que toutes les brosses à dents utilisées depuis notre naissance sont encore sur terre et non recyclées (car non-recyclables), ça fait quand même quelque chose…

Acheter une/des brosses à dents en bambou ICI

Il est aussi assez facile de faire ses cosmétiques/produits soi-même. En mélangeant du bicarbonate de soude, de l’huile de coco et des huiles essentielles par exemple, tu te retrouves avec un déo maison, naturel et surtout écologique et zéro-déchet. Ecologique, car tu n’auras pas le packaging du déo à jeter à la fin (et tu évites une ENORME pollution si tu étais adepte du déo en aérosol), et zéro-déchet pour les mêmes raisons ! 

Il y a encore tellement d’alternatives en matière d’hygiène, mais ce sont pour l’instant celles que j’ai mises en place. 


Eau

L’eau est selon moi l’un des problèmes majeurs quand on part en voyage au niveau de la pollution plastique. Dans de nombreux pays du globe, l’eau courante n’est pas potable. Dès qu’on part en visite, le besoin en eau se solde souvent par l’achat de la fameuse bouteille en plastique, bue en moins d’une heure. 

Depuis quelques mois, j’ai switché la bonne vieille bouteille d’eau bien polluante et complètement inutile à mon sens, pour une belle gourde réutilisable. Celle-ci est aussi en plastique, malheureusement, mais comme je le disais, au Brésil le marché du zéro-déchet est presque inexistant, donc pour l’instant, je me contenterai de cette gourde qui m’évite tout de même une belle consommation de plastique jetable. J’espère m’acheter une gourde en inox d’ici quelques mois, quand je reviendrai en France. Je la remplis au purificateur d’eau, et fini les déchets plastiques !

Après, je suis bien consciente que l’eau potable ou les purificateurs d’eau ne sont pas encore monnaie courante partout. J’ai donc également investi dans une gourde filtrante, qui marche vraiment super bien ! J’ai personnellement opté pour la Lifestraw qui est très connue sur le marché, mais j’ai aussi eu de super bons échos sur la Water to Go, qui est un peu moins chère.

Je te recommande vraiment d’acheter une gourde pour tes prochains voyages: selon moi, c’est un des gestes les plus simples pour limiter ta consommation de plastique, et aussi pour économiser ! 

Acheter une gourde en inox ICI
Acheter une gourde filtrant Lifestraw ICI
Acheter une gourde Water to Go ICI

 


Voilà déjà mes premières démarches pour réduire et limiter mes déchets en voyage. Il y a aussi plein d’autres gestes à mettre en place ! Hésite pas à me partager les tiens en commentaires ! 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *