Avouons-le: en tant que voyageurs, nous ne sommes pas tous pareils, on ne se comporte pas tous de la même manière. On n’appréhende pas non plus le voyage de la même manière… Chacun sa vision des choses me direz-vous: oui, je suis d’accord. Jusqu’au moment où les comportements de voyageurs nous gâche notre plaisir…

Alors voilà un petit article coup de gueule, à prendre à la légère quand même ! Parce que parfois, ça fait du bien de se lâcher 😉

Celui qui se prend pour un local (l’expatrié ?)

C’est celui que je connais le mieux pour l’instant. En voyage, ce voyageur se traduit par la panoplie totale appareil photo – guide de voyage – lunettes de soleil – bob (ok le bob c’est juste parce que c’est drôle). A peine posé à la table du resto local du coin, le voyageur en question essaye de communiquer dans la langue locale: jusque là, tout va bien, c’est même plutôt une bonne chose !

Mais tout se corse quand le voyageur se rend compte que le local ne le comprend pas… Bah oui hein, on a pas tous un accent inné. Donc ledit voyageur s’énerve et commande finalement le plat typique tradi du coin proposé sur le menu. Mais il reste énervé, parce qu’on n’a pas compris son dialecte local si parfait pourtant.
Ce même voyageur ne se mêle pas aux autres voyageurs: bah non, il est ici chez lui voyons, il ne s’adresse qu’aux locaux, et veut tout faire comme eux. Sauf que quand on ne connaît pas la culture, ses rites et ses moeurs, la situation tourne vite au ridicule. Je pense notamment à un homme qui était dans la même auberge de jeunesse que moi à Phnom Penh, et qui ne parlait qu’au personnel, parce qu’il voulait faire le moins touriste possible (on s’entend qu’on peut être un voyageur sans pour autant tomber dans le stéréotype…). Résultat, il a touché la tête du fils du patron, alors que c’est très mal vu au Cambodge. L’immersion ratée !

La panoplie du touriste: manque plus que le guide de voyage !

Et puis dans le même type de voyageur qui se prend pour un local, il y a l’expatrié. Alors pas tous hein ! Mais je parle de celui qui habite donc dans un pays étranger depuis plus ou moins longtemps, et qu’il en vient presque à renier son origine. J’en ai déjà vu certains, à Montréal, qui critiquaient les français en disant qu’il y en avait trop et qu’il faudrait qu’il y en ait moins au Québec, alors qu’eux mêmes étaient français. Bon… On voit tous le ridicule de la situation ?

Source: www.mauditfrancais.com

Au final, ce n’est pas vraiment énervant comme comportement… Plutôt drôle, et un peu ridicule. Mieux vaut en rire qu’en pleurer !

Celui qui se sent supérieur

Bon celui-là, c’est sûrement un des pires… Ce voyageur-là se sent surtout supérieur aux locaux, comme si sa venue dans le pays était un honneur ultime pour la population. Ce voyageur-là ne respecte donc pas les coutumes locales (voyons, manquerait plus qu’il s’adapte !), et encore pire il s’en plaint. Cette supériorité s’accompagne souvent d’une ouverture d’esprit équivalente à la taille d’une huître: on ne citera pas les réflexions telles que « Non mais comment ils font pour vivre ici » ou encore « Pourquoi j’irais manger de la cuisine de rue, je vais choper le choléra !« .

Source: www.memgen.com

Bon encore une fois, j’exagère dans cet article. Mais malheureusement, pas mal de voyageurs réagissent de telle ou telle manière qui leur donne une impression de supériorité par rapport à la population locale, et c’est vraiment dommage. Déjà, parce que c’est le meilleur moyen de passer à côté de son voyage, et deuxièmement c’est garanti que les locaux vont avoir une mauvaise image des étrangers après ça. Et ensuite, ce sont les voyageurs respectueux et désireux de découvrir la culture (et LA NOURRITURE) qui payent les pots cassés.
Je me souviendrai par exemple d’une fille au Vietnam, qui a commencé à s’énerver parce que son plat n’arrivait pas assez vite au restaurant. Ok, on avait une excursion 20 minutes plus tard, mais s’énerver en Asie est un signe de faiblesse, et a tendance à déstabiliser l’interlocuteur. Au final, ca n’a rien changé à la rapidité d’arrivée de son plat, elle a juste gâché l’ambiance…

 

Celui qui ne respecte rien (et qui ne s’en rend pas compte)

Celui-là, il nous énerve un peu… Mais il nous fait surtout rire, parce qu’il se fout la honte. C’est le voyageur qui veut tout découvrir, mais qui n’a pas pris le temps de lire un blog ou un guide de voyage, et qui ne connaît rien à propos des coutumes… Et qui va rentrer dans un temple bouddhiste avec ses chaussures (toi-même tu sais que c’est un blasphème).

C’est aussi celui (ou plutôt celle) qui ne va pas prêter attention aux coutumes vestimentaires, et qui va gambader en short et mini débardeur dans un pays où la tendance est plutôt à la pudeur. Bon ok, cette voyageuse-là rentre aussi dans la catégorie du dessus, mais on va laisser le bénéfice du doute à certaines 🙂
Le plus drôle reste le voyageur qui ne respecte pas les habitudes alimentaires: ne pas manger avec la main gauche dans les pays d’Afrique du Nord par exemple. Le choc des locaux est souvent au rendez-vous, mais surtout la honte assurée pour le voyageur quand il se rend compte de sa bêtise. Encore une fois, mieux vaut en rire qu’en pleurer !

Les panneaux d’interdiction fleurissent, souvent à cause de certains voyageurs.

Somme toute, on est tous le voyageur insupportable de quelqu’un d’autre: on n’a pas tous la même vision du voyage, encore une fois. Alors, d’autres idées de comportement de voyageurs qui vous énervent ? Faisons preuve de second degré ! 🙂

8 thoughts on “Ces comportements de voyageurs qui m’énervent

  1. Sympa l article et bien résumé.

    Je suis d accord qu en voyage on doit s adapter, Mais attention a ne pas ce faire prendre pour des cons. Je parle surtout du vietnam. Ne pas senerver… foutaise il le savent et en joue beaucoup trop. On etait 5 au restaurant. Et un plat manquait. Apres 30 mn de rappel regulier jai du gueuller, tout le monde c est retourner Et a regarder la serveuse. Bizarrement le plat est arriver dans les 10mn. Donc faut quand meme prendre le pli de la culture Et ensuite s adapter au minus, Mais sans ce laissez marcher sur les pieds…

    • Merci pour ton commentaire 🙂 C’est sur qu’il faut pouvoir différencier un comportement respectueux de la culture, et un comportement « justifié », quand on nous prend un peu trop pour des cons ou des porte-monnaies 🙂 C’est vrai qu’au Vietnam ils connaissent « mieux » le comportement des occidentaux qu’au Cambodge, ils en jouent un peu plus ! IL faut savoir faire la part des choses.

  2. Je suis moi-même expatriée, j’avoue qu’il y a pas mal de choses assez fun sur le sujet.
    A Cardiff tout le monde me disait c’est BLINDE de Français. Ah euhh sur les 3 ans je n’avais en tout et pour tout que 2 amis français… Pas les mêmes styles de vie je suppose donc pas de passage dans les mêmes endroits, tout simplement.
    A Stuttgart on sent beaucoup beaucoup plus le côté français. Nous y sommes très nombreux donc j’avoue il y a pas mal de français dans mon entourage et je n’y suis plus très habituée… Ca fait un choc et c’est bien plus difficile pour moi.
    Après quand ca dérange / soul ou autre eh bien on regarde plus loin et on trouve tout plein d’autres personnes. résultat après un an je suis en 50/50 (locaux / internationaux) / FR
    Le côté les français exaspère, j’avoue l’avoir déjà évoqué mais c’est surtout plus visé sur un groupe de personne en particulier que sur toute la population.
    Après tout, nous sommes tous différents, peut importe notre pays d’origine et on peut se retrouver plus facilement dans une culture plutôt qu’une autre…

    • C’est vrai qu’on ne peut pas généraliser: à Montréal, le quartier du Plateau est rempli de français, j’ai moi-même des amis qui y habitent. Ce n’est pas pour autant que nous renions tous nos origines françaises 🙂 Ca dépend plus du type de personnes et des endroits que l’on fréquente c’est sur. Encore une fois, mieux vaut en rire, ça fait partie de l’expérience étrangère !

  3. J’ai bien rigolé en lisant ton article !

    Ayant moi-même été expatriée j’ai écris un article sur ces « expats ». Je n’ai pas pris les mêmes exemples que toi, certainement du au fait que nos expériences avec les expats ont eu lieu dans des contextes différents : http://voyagesduneplume.canalblog.com/archives/2015/03/02/31628790.html

    On a beau critiquer ces voyageurs, heureusement qu’ils sont là pour nous faire rire de temps en temps ! Et puis, comme tu le dis, « on est tous le voyageur insupportable de quelqu’un d’autre » …

    • Parfois, ça fait du bien de se lâcher un peu ! En voyage ou en expatriation, on ne peut pas tout aimer malheureusement… Mais c’est aussi ça qui crée les souvenirs. La fameuse fille dont je parle qui a fait une crise dans un restaurant, j’en rigole toujours avec une copine, même deux ans et demi plus tard !

  4. J’aime beaucoup ton écriture. C’est fluide, c’est équilibré, et surtout t’as un recul que je trouve rarement dans les blogs de voyage. Un plaisir de te lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *