post

Visiter Curitiba: le guide complet !

Curitiba: la ville où j’habite depuis presque un an, que j’ai appris à découvrir et à apprécier au fil du temps. Ce n’est pas la ville la plus privilégiée pour le tourisme au Brésil, qu’on se le dise… Mais honnêtement, il y a beaucoup de choses à voir et à visiter dans cette ville, donc tu devrais vraiment considérer à t’arrêter une journée avant de continuer ton voyage vers le sud du Brésil ! 

Et si tu veux voir à quoi ressemble un peu Curitiba, tu peux regarder cette vidéo 😉 

Pourquoi visiter Curitiba ?

Tu dois sûrement te demander pourquoi venir à Curitiba si tu n’en as jamais entendu parler avant de venir au Brésil…  Et bien, je vais t’expliquer pourquoi ! 
Curitiba, c’est une ville super agréable à vivre: tu as plusieurs zones piétonnes, il y a beaucoup de bars, de restaurants et d’endroits où sortir le soir. Alors certes, on n’arrive peut être pas au niveau de Rio ou de São Paulo, mais honnêtement, tu as de quoi faire pour t’amuser ici ! 

Ensuite, c’est une ville assez verte: même si je ne suis pas franchement d’accord sur le terme de capitale écologique du Brésil, il faut avouer qu’il y a beaucoup de parcs et d’espaces verts à Curitiba, ce que j’ai trouvé assez rare dans les autres villes du Brésil. Tu peux donc aller te poser dans un parc sans problème si tu veux t’échapper un peu du côté urbain de la ville. 

Et enfin, c’est une ville assez sûre. On sait que la sécurité est un problème assez récurrent au Brésil… mais Curitiba est une ville relativement sûre (quand même classée 3ème ville la plus sage du monde en 2009 par Forbes !), qui a vraiment très peu de problèmes d’insécurité ! Mis à part le fait d’appliquer des conseils de sécurité basiques, pas trop de souci à se faire ici.  


Que visiter à Curitiba ?

La Torre Panorâmica est pour moi une des visites les plus sympas de Curitiba. L’entrée coûte 5 reais (soit 1 € environ), et te permet d’avoir une vue à 360 degrés sur Curitiba et sa région. Si tu as la chance d’y aller lorsque le temps est bien dégagé, tu peux même voir les montagnes du Parana au loin ! 

L’Opéra de Arame est vraiment à part: il s’agit, littéralement, d’un opéra sur l’eau ! L’architecture est magnifique et le pont pour y aller vaut le détour. L’avantage ? La visite est gratuite ! Aussi, des pièces de théâtres et de concerts y sont régulièrement programmés: il te suffit de chercher la programmation en ligne. 

Le centre historique te donnera sûrement un peu plus l’occasion de découvrir le côté « colonial » de Curitiba: c’est bien le seul quartier de la ville où les bâtiments semblent avoir un peu d’histoire, car le reste n’est que buildings ! Je trouve d’ailleurs que c’est vraiment un des endroits les plus agréables où se balader, car beaucoup de rues sont piétonnes. Tu pourras y voir la Cathédrale Tiradentes, et ensuite découvrir des spectacles de rue: il y en a à peu près à tous les coins de rue ! 

La rue XV de Novembre, dans le centre-ville, est aussi un endroit où tu peux te balader et faire du shopping en même temps. Elle passe par le centre historique, et relie l’Université Fédérale (dont le bâtiment est magnifique) au quartier de Batel. Très animée, surtout le samedi, tu peux trouver littéralement de tout dans cette rue. Par contre, le dimanche, c’est désert…

Enfin, le dernier coin à visiter dans le centre de Curitiba est selon moi le Passeio Publico: ce parc public est à la fois un jardin, un square, un zoo municipal, et accueille aussi des marchés le samedi matin. J’adore l’ambiance de cet endroit, qui est à la fois calme et animé. 

Enfin, tu ne seras pas en manque de parcs à Curitiba. Si celui que je préfère est le parc Barigui (pour son côté très « Central Park » en plein milieu de Curitiba), le Parc Tangua et le Jardin Botanique valent aussi le détour, autant pour leurs points de vue que pour leur beauté ! 

 

Comment se déplacer ?

Curitiba est réputée pour son système de transports en commun optimisé: certaines lignes de bus ont leur propre couloir ce qui permet de ne (presque) jamais être coincé dans les embouteillages ! 
Avec des arrêts de bus en forme de longs tubes (les tubos), la montée, la descente et les changements de lignes sont plus faciles, donc c’est un bon moyen de se déplacer.

Un ticket de bus coûte 4,25 R$, mais prévoyez des petites coupures pour payer. Clique ici pour en savoir plus sur les lignes de bus de Curitiba. 

Tu peux aussi utiliser les applis comme Uber, 99Pop et Cabify, qui proposent toute la 1ère course gratuite ou avec une certaine réduction. 

Il y a aussi bien sûr un système de taxis: assez reconnaissables, ils sont tous oranges ! Mais je te le déconseille, car la course est en moyenne 3 fois plus chère qu’avec les applications citées ci-dessus.


Où manger ou boire un verre ?

Oficina Resto BarAlameda Dr. Carlos de Carvalho, 1154. J’adore la déco de ce resto, les plats sont vraiment bons, et les cocktails super originaux ! Si tu y vas, je te conseille vraiment la burrata et le Buddha Bowl.
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Bar à tapas El ToroAlameda Augusto Stellfeld 1277. Un bar de tapas vraiment minuscule, avec pourtant parfois de la musique live. Les tapas sont très bonnes, avec une super sélection de vins, et surtout les gérants connaissent vraiment leurs produits ! 

Taj RestauranteRua Bispo Dom Jose 2302. Ce restaurant-bar propose des cocktails à tomber, mais SURTOUT un happy hour sur toute leur sélection de sushis. Je te conseille ca rpour la qualité, ça vaut vraiment le détour ! 
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Italy Caffé, Praça Osório, 125, loja 02 . Ce café italien propose des pizzas faites maison bonnes, diversifiées, et de vrais plats de pâtes à l’italienne. Attention cependant, certains jours la file d’attente est un peu longue. 

Bocca Lupo, rua Comendador Araújo, 431. En plus d’avoir des gérants qui sont de vraies crèmes, je ne refuserai JAMAIS un combo bière ou verre de vin et focaccia au Bocca Lupo. Thumbs up aussi au burger qui est super bon. 
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Shopping Hauer, Rua Coronel Dulcídio, 775. Sur un pâté de maison, tu retrouves plein de petits bars et restaurants collés les uns à côté des autres: c’est très ambiancé le soir, et il y a de quoi passer une bonne soirée pour pas cher ! Petite préférence pour le Vino et le Chô Bar.
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Orna CaféAlameda Dr. Carlos de Carvalho, 943. Un café créé par trois blogueuses de Curitiba, avec un décor génial et surtout, pas mal d’options végétariennes et véganes. Pour faire une pause, c’est vraiment le top. 
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Fresh Live MarketAlameda Dr. Carlos de Carvalho, 1652. Un espèce de « marché » à ciel ouvert, avec un bon choix de restaurants. Le soir pour y prendre un verre, c’est un endroit sympa avec des prix abordables ! Grosse préférence pour le Nanu Poké et le bar à tapas.
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Eat’s OnAlameda Dom Pedro II, 602. Pareil que le Fresh Live Market, mais avec un peu moins de choix. Vas-y plutôt quand il fait beau, et à l’heure du déjeuner ! 
Propose une ou plusieurs options végétariennes

OlivençaRua Teixeira Coelho, 255. Un restaurant hispano-portugais, avec de la super bonne cuisine et un bon choix de tapas. 
Propose une ou plusieurs options végétariennes

Enfin, n’oublie pas d’aller goûter un burger au Madero: c’est un peu la « fierté fast-food » du sud du Brésil !


Mes bons plans et conseils

  • Curitiba est une ville étudiante, avec beaucoup d’étudiants en échange: guette donc les réductions étudiantes, car il y en a beaucoup ! 
  • Si tu souhaites te déplacer en transports en commun, je te conseille de t’habituer rapidement au système de bus: en fonction de la couleur du bus, tu n’iras pas du tout dans le même coin, et la tarification pourra même s’avérer différente ! 
  • Profite des zones piétonnes pour marcher: Curitiba est l’une des rares villes du Brésil où le piéton peut encore faire sa loi dans certains quartiers ! 
  • Curitiba est un super point de départ pour certaines excursions à la journée: le Serra Verde Express, Morretes, Ilha do Mel ou encore Vila Velha sont de bonnes visites à faire sur un jour. 
  • La Linha Turismo te permettra de découvrir la ville rapidement en économisant drastiquement sur le prix du transport. Tu as le droit de monter et descendre 5 fois différentes, et tu verras bien du paysage !
  • Des freewalking tours sont fréquemment organisés. C’est un bon moyen de découvrir la ville gratuitement !  
  • Curitiba est située à 900 mètres d’altitude: sans qu’il y fasse forcément froid l’été, il y fait moins chaud que dans d’autres villes, et les averses sont fréquentes. Donc n’oublie pas un pull et un parapluie ! 


Alors, envie de venir à Curitiba ?

 

post

Foire au Questions: Etudier au Canada

Je reçois très très souvent des questions concernant le Canada et les études que j’ai faites là bas. Voici TOUTES les questions que je reçois le plus fréquemment, avec leurs réponses ! 

N’oublie pas de vérifier la véracité de chaque information: même si je m’appuie toujours sur des informations officielles pour compléter mes réponse, tu n’es jamais à l’abri d’un changement de loi ou de procédure. 


Admission à l’université

Oui ! 
Il te sera demandé de payer ces frais avant que ta demande d’admission soit envoyée. Ces frais peuvent varier de manière générale entre 60 et 120 euros. 

Si ton programme est dispensé en anglais ou si tu intègres une université anglophone ou bilingue, un test d’anglais peut en effet t’être demandé.
Dépendamment de l’université, il peut s’agir d’un test en ligne imposé par l’université, ou bien d’un test conventionné comme le TOEFL, le TOEIC ou l’IELTS. Chaque université a ses préférences, et il est préférable de se renseigner sur le test demandé avant de s’inscrire. 

Renseigne-toi directement auprès du bureau de l’admission de l’université pour savoir quels cours tu dois prendre ou quels examens tu dois passer pour pouvoir être admis dans le programme que tu souhaites. 
Dépendamment de la réponse donnée, tu pourras peut être commencer l’université avec une session de « mise à niveau », où tu suivras tous les cours pré-requis pour entrer dans le programme.

Si tu dois prouver d’un certain niveau de langues, renseigne-toi sur les certifications que tu dois passer et les écoles de langues au Canada. 

Oui, il est possible de changer de programme d’études ! 
Si tu souhaites changer de programmes d’études au sein de ton université, il faudra se renseigner auprès de la faculté directement pour connaître la procédure.

Si tu souhaites changer de programme d’études pour un autre dans une autre université, alors il faudra adresser une demande d’admission classique, en demandant à ce que certains de tes crédits puissent être transférés s’ils sont reconnus/validés par ta nouvelle université. 

Les accords France-Québec sont des accords qui ont été ratifiés afin de faciliter la mobilité universitaire.
Ainsi, les étudiants français qui souhaitent étudier en Master ou en Doctorat au Québec, paieront les mêmes frais de scolarité qu’une étudiant québécois. Ils ne sont pas considérés, au regard des frais de scolarité, comme des étudiants internationaux.

Depuis le 1er Mars 2016, ces accords ne s’appliquent plus aux étudiants français qui viennent étudier en Baccalauréat (=licence) au Québec: ils sont de nouveau considérés, au regard des frais de scolarité, comme des étudiants internationaux. 

Le mieux est de savoir ce que tu priorises dans ton choix d’université:
– le programme d’études ?
– la localisation ?
– le campus ?
– la langue dans laquelle tu vas étudier ? 
– la réputation de l’université ?
– les frais de scolarité ?

En fonction de la réponse à ces différentes questions, tu devrais pouvoir faire un choix 😉 

Après avoir envoyé ton dossier d’admission, le délai d’attente peut être de trois à six mois pour obtenir une première réponse. 

Les demandes d’admission se font bien plus tôt pour le Canada que pour la France.
Au Canada, il est possible de commencer son programme d’études à chaque nouvelle session (=semestre): donc en septembre, en janvier ou en juin ! 

Peu importe la session à laquelle tu souhaites commencer, il faut t’y prendre environ 8 à 9 mois à l’avance. Par exemple, si tu souhaites commencer ton programme en septembre, il faudra envoyer ta demande d’admission à l’université au mois de janvier ou février, au plus tard en mars. Généralement, les dates limites d’envoi des dossiers d’admission sont précisées sur le site de l’université.

De manière générale, on retrouve ce schéma-là:
– Pour la rentrée de septembre: avant le 1er février
– Pour la rentrée de janvier : avant le 1er mai
– Pour la rentrée de juin: avant le 1er novembre

Ces dates changent en fonction des universités, donc n’oublie pas de vérifier par toi-même ! 

Pour faire certifier conforme tes relevés de notes, il faut généralement se rendre à la mairie de ta ville, en amenant les originaux et des photocopies. Il faut demander à les faire certifier conforme en précisant qu’il s’agit d’une procédure pour le Canada.

Si la mairie de ta ville ne propose pas ce service, il faut se renseigner sur quel avocat agréé peut procéder à la vérification de la conformité. 

Load More


Papiers administratifs

Le permis d’études coûte pour un futur étudiant français 150 $CAD, soit 99 € (tarif au 28/08/2018). 
Pour un étudiant qui part étudier au Québec, il faut en plus payer les frais liés au CAQ, qui sont de 122 $CAD, soit 74 € (tarif au 1er janvier 2018). 

Tarifs pour le CAQ: https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/etudiants/obtenir-autorisations/certificat-acceptation/frais-exiges.html
Tarifs pour le permis d’études: http://www.cic.gc.ca/francais/information/frais/resultat.asp?countrySelect=FR&lob=sp

Non. Pour étudier moins de six mois au Canada, il n’y a pas besoin de faire de demande de CAQ ou de permis d’études.
Cependant, il faudra présenter à l’arrivée au Canada la lettre d’acceptation de l’université (précisant la durée de ton programme d’études), et aussi une attestation de preuve de fonds suffisants pour six mois. 

Pour étudier au Québec, il faut d’abord faire une demande de Certificat d’Acceptation du Québec (CAQ). Pour obtenir le CAQ, il faudra fournir divers papiers, dont ta lettre d’acceptation à l’université. Donc, tu ne pourras faire aucune démarche de visa sans lettre d’acceptation.

Après avoir obtenu ton CAQ, tu pourras faire ta demande de permis d’études.

Voici les liens utiles concernant ces deux papiers à obtenir:
– le CAQ: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/services/caq-electronique/index.html 
– le permis d’études: http://www.cic.gc.ca/

Load More


L’université

Il y en a à l’université, et beaucoup même ! L’onglet « Vie étudiante » du site de ton université devrait t’aiguiller sur les associations étudiantes et les clubs existants.
Dans les Cégeps, il en existe également, mais cela reste généralement plus rare. 

Cela varie en fonction de ton programme et de ton degré d’études, mais il faut fournir un travail continu.
Le nombre d’heure de cours par semaine est plus léger qu’à l’université en France (entre 9 et 12h de cours par semaine), mais les heures de travail demandées après les cours sont plus importantes.

En matière de travail personnel, il y a souvent beaucoup de lectures d’un cours à l’autre, des analyses ou rédactions à rendre, qui constituent plusieurs heures en plus par semaine. 

Bien sûr ! 
Il suffit de te renseigner sur les échanges universitaires proposés par ton université ou ton école, et quels sont les programmes d’échange auxquels tu peux prétendre: accord bilatéral, programme Study Abroad ou programme MICEFA par exemple. 

En français, et en anglais ! 
Tout dépend de la région où l’on souhaite partir étudier. Si au Québec et au Nouveau Brunswick on parle français, les autres provinces et territoires du Canada parlent anglais.

Par conséquent, tu auras plus de probabilités d’étudier en français au Québec et au Nouveau Brunswick. 
Néanmoins, il existe aussi des universités anglophones au Québec et au Nouveau Brunswick, comme il existe des universités bilingues dans les provinces anglophones ! Il suffit de se renseigner directement sur le site de l’université. 

Au Canada, les cours ne se déroulent pas de la même manière qu’en France. 
Si on retrouve bien sûr certains cours en amphi comme à l’université en France, il y a aussi de nombreux cours à 30, 40, 50 élèves. 

Les cours sont généralement plus interactifs qu’à l’université en France, où les élèves sont beaucoup plus sollicités à participer. 
Au niveau des devoirs, des lectures sont généralement données d’un cours à l’autre, ou des devoirs du style « contrôle continu ». En 2 ans d’études au Canada, je n’ai jamais eu le système « partiels » où la validation du cours consiste en un seul examen à la fin du semestre. 

A noter aussi, que les professeurs aiment les présentations orales et les projets de groupe. 

Chaque programme d’études se décompose non pas en semestres à valider comme en France, mais par crédits.
Les crédits correspondent à un certain nombre de cours à valider pour obtenir ton diplôme.

Par exemple, pour obtenir mon diplôme de master à Montréal, je devais valider 45 crédits en tout:
– 30 crédits de cours, 
– 15 crédits de stage.

Sachant que mes cours équivalaient à 3 crédits à chaque fois, je devais donc prendre 10 cours en tout pour valider mon master. 
Pour mes 15 crédits de stage, je devais réaliser un stage de 3 à 6 mois et rendre un mémoire à la fin de mon stage. Par session (=semestre), on prend généralement 3 ou 4 cours. 

Dans certains programmes d’études, tu peux être amené à choisir une spécialisation ou une option. 

Au Canada, le système d’études est assez similaire au système européen. On commence l’université par un baccalauréat (équivalent Licence), puis on peut continuer par une maîtrise (équivalent Master), et un doctorat. On y rentre directement après le lycée (le secondaire), SAUF au Québec.

Au Québec, il faudra d’abord aller dans un Cégep (qui est l’équivalent du community college aux Etats-Unis), pour obtenir un Diplôme d’Etudes Collégiales (DEC), avant de pouvoir entrer à l’université. 

Il existe des community colleges également dans le reste du Canada, dans lesquels on peut étudier après le lycée/secondaire. 

Les frais de scolarité dépendent de plusieurs choses: ton statut à l’université, ton programme, mais aussi la province où tu étudies et ton niveau d’études.
Ainsi, une personne qui bénéficie des accords France-Québec, qui étudie dans un baccalauréat en droit à Sherbrooke n’aura pas du tout les mêmes frais de scolarité qu’un étudiant international qui étudie les sciences industrielles à Toronto dans une maîtrise.

Tous les sites des universités disposent d’un outil pour estimer les frais de scolarité. Si tu ne trouves pas, le mieux est d’envoyer un mail au bureau des étudiants internationaux de l’université dans laquelle tu voudrais étudier. 

Load More


Job étudiant

Le salaire que tu peux avoir avec un job étudiant dépend du salaire minimum de la province dans laquelle tu étudies. 
Au Québec, depuis mai 2018, le salaire minimum est de 12 $CAD de l’heure (7,92 €). 

Donc, en travaillant 20 heures par semaine, tu peux arriver à un salaire par mois de 960 $CAD (634 €). 
A noter cependant, que pour certains types de métiers (notamment ceux où il est courant de recevoir des pourboires), ce salaire minimum est plus faible (9,70 $CAD, soit 6,40 €). 

Afin de pouvoir chercher (et obtenir !) un job étudiant, tu dois obligatoirement être inscrit à la RAMQ (la Sécurité Sociale du Québec) et obtenir ton NAS (Numéro d’Assuré Social). 

Voici des liens utiles:
– s’inscrire à la RAMQ: http://www.ramq.gouv.qc.ca/fr/citoyens/assurance-maladie/inscription/Pages/ententes-autres-pays.aspx
– obtenir son NAS: https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/numero-assurance-sociale/rapports/demander.html

Si tu souhaites travailler au Canada, ouvrir un compte bancaire est un peu inévitable. La plupart des jobs sont payés par chèque (donc un peu galère à faire encaisser sur un compte français), et quand ils sont payés par virement, les RIB français ne sont pas acceptés. 

Oui, c’est possible ! 
Un permis d’études permet de travailler 20 heures par semaine. Attention, il n’est pas possible de travailler dans certains secteurs avec le permis d’études: notamment les domaines médicaux ou avec les enfants. 

Load More


Santé et assurance maladie

Le NAS est le Numéro d’Assuré Social: il est obligatoire pour tout étudiant qui souhaite obtenir un job à côté de ses cours.

En savoir plus sur le NAS: ICI

Au Canada, la politique en matière d’assurance dépend de chaque province et territoire. Néanmoins, une assurance est obligatoire: il peut s’gair de l’assurance de la province dans laquelle tu étudies, ou une assurance privée. A toi de te renseigner sur la politique de ta province.

Au Québec, pour les étudiants provenant de certains pays, il est obligatoire de s’inscrire à la RAMQ (Régie de l’Assurance Maladie du Québec), car celle-ci bénéficie d’accords de réciprocité en matière de sécurité sociale.

En savoir plus sur la RAMQ et les ententes avec d’autres pays > http://www.ramq.gouv.qc.ca/fr/citoyens/assurance-maladie/inscription/Pages/ententes-autres-pays.aspx

Load More


Le logement étudiant

Tout dépend, comme en France, de la région et surtout de la ville ! 
Pour un appartement seul, on peut commencer à partir de 600 $CAD, mais cela peu aller jusqu’à 1500 ou 2000 $CAD…

La colocation permet généralement de diviser ce prix par deux ou par 3.
Il ne faut pas oublier de rajouter à ça le prix de l’électricité, du chauffage et de la box Internet, soit de 50 à 120 $CAD en plus par mois. 

Pour chercher un logement étudiant, tu peux t’adresser directement au service Logement de ton université, qui propose souvent des logements en résidence étudiante.
Sinon, tourne-toi vers les groupes Facebook pour chercher un logement ! 

Voici aussi quelques sites qui pourront t’aider à commencer ta recherche de logement: 
www.toutmontreal.com
www.cherchetrouve.ca
www.rentaplacenow.com
www.canada.accommodationforstudents.com
www.craigslist.com
www.kijiji.ca
www.canada-annonces.com 

Load More


Autres

Il existe plein d’écoles et de facultés de langues au Canada, et pas seulement des écoles privées: les universités ont leurs propres départements de langues aussi.
Si tu souhaites améliorer ton anglais, renseigne toi sur les différents programmes proposés.

Pas besoin.
Le Canada dispose de nombreuses boutiques spécialisées, qui fournissent des manteaux et des chaussures pour l’hiver qui sont de meilleure qualité et plus adaptés au climat en hiver. 

Certaines bourses d’études sont proposées directement par les universités canadiennes, mais sont octroyées aux meilleurs étudiants.
Certaines bourses françaises permettent d’étudier à l’étranger: renseigne-toi auprès de ta ville, de ton département ou même de ta région !

Bien sûr ! 
Il existe plusieurs moyens de rester au Canada après ses études, mais la plus répandue est le permis de travail post-diplôme.

Plus d’infos ici: https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/etudier-canada/travail/apres-obtention-diplome.html

Avec un permis d’études canadien, tu peux te déplacer dans tout le Canada sans aucun problème. ATTENTION, le permis d’études n’est pas un papier d’identité, il indique juste que tu es en règle au Canada. Il doit toujours être accompagné de ton passeport, et de ton CAQ si tu étudies au Québec.

Pour voyager hors du Canada, tu dois toujours avoir ces documents avec toi, pour pouvoir rentrer de nouveau au Canada après ton voyage. A toi de te renseigner sur les papiers et visas nécessaires à avoir pour ta destination de voyage 🙂 

Les diplômes québécois sont reconnus en France grâce à l’accord cadre franco-québécois sur la reconnaissance des diplômes et la validation des études: cet accord établit que le baccalauréat en France et le DEC (diplôme d’études collégiales ) au Québec permettent d’entrer à l’Université.
Donc, même si le baccalauréat et la maîtrise au Québec ne sont pas officiellement reconnus en France, en vertu des accords France-Québec, ils sont largement acceptés.

Dans le reste du Canada, le système d’études est similaire au système français, mais demander une équivalence de diplôme sera plus fréquemment demandée. 

Attention, pour certaines disciplines par contre, ils ne sont pas reconnus: un diplôme de droit obtenu au Canada n’est pas reconnu en France, étant donné que le droit enseigné est différent.

Load More

 

Hésite pas à commenter pour me poser davantage de questions: je rajouterai les réponses le plus vite possible ! 

post

Que voir et faire dans le Santa Catarina ?

Après avoir évoqué dans un article ce qu’il y avait à voir et à faire dans l’état du Parana au Brésil, j’ai pensé que te parler de l’état du Santa Catarina serait une bonne idée ! 
Même si peu de voyageurs vont plus au sud que les chutes d’Iguaçu, il y a quand même beaucoup de choses à voir, de randonnées à faire, et d’endroits où s’arrêter si tu continues ton voyage vers le sud du Brésil.


Joinville

Joinville n’est pas vraiment une ville qui ait beaucoup de points d’intérêts, mis à part deux selon moi: la Via Gastronomica, qui est la rue concentrant le plus des restaurants de la ville, et le Mirante.
Le Mirante de Joinville permet d’avoir un énorme point de vue sur toute la ville et les alentours: et comme à peu près partout, c’est toujours cool de pouvoir prendre un peu de hauteur ! L’entrée est gratuite, et le Mirante est ouvert de 6h à 20h: idéal si tu veux y aller soit pour le lever, soit pour le coucher du soleil ! 

Via Gastronômica: Rua Visconde de Taunay, Joinville.
Mirante: Rua Pastor Guilherme Rau, Joinville.


Jaragua do Sul et Corupa

Depuis ces deux villes, il est assez facile de trouver des randonnées sympas à faire ! J’ai notamment fait la randonnée des 14 Cascades, qui comme son nom l’indique, te permet de découvrir 14 cascades (honnêtement, certaines sont plus impressionnantes que d’autres).
En prime, c’est un bon endroit pour s’arrêter le soir, il y a des AirBnB vraiment sympas avec une vue directe sur les montagnes ! 


Blumenau

C’est sûrement une des villes les plus surprenantes que j’ai eu l’occasion de découvrir au Brésil: on se croierait en plein milieu de l’Allemagne, mais au Brésil ! 

La Vila Germânica, qui est un quartier de Blumenau, a une architecture typiquement allemande ou de l’est de la France: du coup, pas étonnant de pouvoir retrouver des plats typiques allemands, et mêmes des verres de bière d’un bon litre, voire un litre et demi ! 


Bombinhas et Florianopolis

Afin de finir cet article, direction Bombinhas et Florianopolis: si tu veux aller à la plage, c’est vraiment l’endroit où aller
Florianopolis est une presqu’île avec un nombre incroyable de plages, et de l’eau très limpide ! C’est vraiment un endroit où s’arrêter pour se ressourcer avant de continuer son voyage.

Bombinhas est une petite station balnéaire, assez fréquentée en été mais moins bondée que Florianopolis. En plus des plages et des bons plats à base de poisson frais, il est possible de faire des randonnées pour avoir, encore une fois, un super point de vue sur la ville et la mer. Je te conseille la Trilha do Macaco, qui est assez rapide et avec une vue à couper le souffle !

Pour déjeuner ou dîner, j’ai vraiment aimé le Bombordo Bistrô à Bombinhas.

 

J’ai beaucoup aimé partir dans le Santa Catarina pour visiter pendant le weekend depuis Curitiba. C’est un état qui a beaucoup de choses à offrir et c’est une bonne étape avant de partir dans le Rio Grande do Sul !

Alors, qu’est-ce que tu aimerais visiter dans le Santa Catarina ?

post

Quelques itinéraires pour ton prochain voyage au Brésil

Avec mon année de vie au Brésil qui s’achève bientôt, je me suis vraiment rendue compte de la grandeur de ce pays: imaginer qu’on pourrait visiter la plus grande partie en seulement quelques semaines, c’est ambitieux, voire impossible
Je me suis donc dit que j’allais te proposer quelques itinéraires pour ton prochain voyage au Brésil, en fonction de tes envies et de ton temps. 

Bien sûr, ces itinéraires ont été construits en fonction de mon expérience et de mon vécu. Si tu as d’autres itinéraires à proposer, n’hésites pas à m’en parler dans les commentaires ! 


Itinéraire 1 : La région de Rio et son littoral

    Rio de Janeiro – Ilha Grande – Paraty

    Il s’agit de l’itinéraire « basique » emprunté par beaucoup de voyageurs qui souhaitent découvrir le Brésil, mais qui ne sont là que pour une petite semaine. J’ai moi-même fait ce trajet au mois de mai, et il faut être honnête: c’est un voyage très sympa à faire, avec des paysages magnifiques, beaucoup d’activités diverses (plages, lagunes, snorkelling, randos, visites plus citadines…) et qui a le mérite d’avoir des temps de trajets limités entre chaque étape.
    Pour un voyageur qui souhaite absolument découvrir le Brésil et en passant par Rio de Janeiro, je trouve que c’est un itinéraire sympa pour une semaine à 10 jours

    D’ailleurs, si cet itinéraire te tente, tu peux découvrir mes articles sur Rio de Janeiro et Paraty:
    Mon article sur Rio
    Mon article sur Paraty

     

    Itinéraire 2 : Le sud du Brésil

    Rio de Janeiro – Morretes – Florianopolis – Bento Gonçalves – Gramado – Foz do Iguaçu

      Je trouve que cet itinéraire est vraiment bien pour découvrir le sud du Brésil, qui est quand même moins plébiscité par la touristes (enfin… tout du moins, les touristes européens) ! 

      Avec cet itinéraire, j’ai fait en sorte d’allier plusieurs côtés sympas du Brésil:

      les incontournables avec Rio de Janeiro et les chutes d’Iguaçu,
      l’histoire coloniale avec Morretes,
      la gastronomie, avec Bento Gonçalves (pour le vin !) et Gramado (pour le chocolat !)
      la nature et la plage, avec Florianopolis ! 

      D’ailleurs, si cet itinéraire te tente, tu peux découvrir mes articles sur Rio de Janeiro et Iguaçu:
      Mon article sur Rio
      Mon article sur les chutes d’Iguaçu


      Itinéraire 3 : Entre histoires et grandes villes

      São Paulo – Tiradentes – Ouro Preto – Belo Horizonte – Brasilia

        Cet itinéraire est (en partie) celui que j’ai suivi pendant mon voyage à Noël ! Je trouve cet itinéraire sympa car il permet de découvrir des lieux qui sont moins plébiscités par les touristes, tout en découvrant un côté plus historique du Brésil
        Egalement, avec la visite des grandes villes comme São Paulo, Belo Horizonte ou encore Brasilia, on découvre vraiment la diversité des aires urbaines du Brésil: entre São Paulo qui est gargantuesque, Brasilia qui est futuriste et Belo Horizonte qui est perchée sur les montagnes, c’est un itinéraire un peu différent pour le Brésil, mais que personnellement, j’ai apprécié ! 

        D’ailleurs, si cet itinéraire te tente, tu peux découvrir mes articles sur São Paulo, Brasilia ou encore le Minas Gerais:
        Mon article sur São Paulo
        Mon article sur Brasilia
        Mon article sur Tiradentes et Ouro Preto


        Itinéraire 4: Le Nord du Brésil

        Fortaleza – Jericoacoara – Delta do Parnaiba – Lençois Maranhenses – São Luis – Belém

          Définitivement, un de mes coups de cœur au Brésil. Cet itinéraire de voyage m’a permis de découvrir des paysages et des lieux complètement différents de ce que je connaissais déjà au Brésil, comme par exemple des immenses dunes de sable fin avec les Lençois Maranhenses, une végétation extrêmement dense et tropicale dans le Delta du Parnaiba, et enfin des villes coloniales avec São Luis par exemple. 
          Je trouve que cet itinéraire est parfait pour un voyage de 15 jours environ: ça te permettra de profiter, mais sans trop courir non plus ! 

          Je n’ai pas encore écrit les articles pour cet itinéraire… mais STAY TUNED, ça arrivera très bientôt !


          Itinéraire 5: L’essentiel du Brésil

          Olinda – Salvador – Bonito – Foz do Iguaçu – Rio

            Bien que je ne connaisse pas moi-même Olinda et Salvador, j’en ai eu des très bons échos sur ces deux villes ! Si tu veux découvrir l’histoire coloniale du Brésil, ce sont vraiment deux bons points d’entrée.
            Bien sûr, je ne pouvais pas écrire cet article sans parler de Bonito, définitivement une des plus belles destinations du Brésil selon moi ! A l’entrée du Pantanal, j’ai adoré découvrir les poissons et les eaux limpides de Bonito. Enfin, le Brésil ne serait pas le Brésil sans Rio et les chutes d’Iguaçu. Les deux destinations sont vraiment à découvrir ! 

            D’ailleurs, si cet itinéraire te tente, tu peux découvrir mes articles sur São Paulo, Brasilia ou encore le Minas Gerais:
            Mon article sur São Paulo
            Mon article sur Brasilia
            Mon article sur Tiradentes et Ouro Preto

             

            Alors, quel a été ton itinéraire au Brésil ? Dis-moi tout ça en commentaires ! 

            post

            48h à Bonito, dans le Mato Grosso do Sul

            Bonito: l’idée d’y aller ne m’était même pas venue en tête, à vrai dire. Le Brésil c’est TELLEMENT GRAND, que je ne pensais même pas avoir la possibilité de visiter certains coins.
            Mais en mars, je suis donc partie à Bonito pour mon anniversaire: et c’est honnêtement à l’heure actuelle une des plus belles destinations que j’ai eu la chance de visiter au Brésil ! 

             

            Bonito: qu’est ce que c’est et comment s’y rendre ?

            Bonito est en effet la ville la plus respectueuse de l’environnement au Brésil (et honnêtement, c’est quand même un peu compliqué vu comment l’écologie est inexistante là bas…). La ville a mis en place beaucoup de procédures pour préserver l’environnement et les lieux d’intérêt sur place: notamment, toutes les activités proposées sont soumises à un certain nombre de places par jour, ce qui évite l’afflux de touristes

            Pour aller à Bonito, il faut se rendre tout d’abord jusqu’à Campo Grande: en avion depuis Curitiba, São Paulo ou encore Rio, il faut comtper environ 1h à 1h30 de vol. Aller-retour, les vols commençent à environ 100 €. Depuis Campo Grande, Bonito se trouve à 4h de trajet en voiture: il est très facile de louer une voiture chez Hertz ou Movida ! 

            Que voir à Bonito ?

            Malheureusement, je n’ai pas eu la possibilité de faire beaucoup d’activités, car je ne passais que deux jours sur place. Mais j’ai tout de même pu faire l’activité PHARE de Bonito: un parcours de flutação, c’est-à-dire du snorkelling dans une rivière d’eau TELLEMENT claire ! L’intérêt était bien sûr d’observer pas mal de poissons, dans un environnement totalement préservé.

            La flutuação sur le Rio da Prata dure environ 2h30, et c’est un moment vraiment incroyable. On voit un nombre impressionnant de poissons, c’est extrêmement calme. Je recommande vraiment de faire ce genre d’activité à Bonito ! Pour le Rio da Prata, cela coûtait 264 reais, soit 58 € environ. 

            Mais il existe également d’autres activités: des grottes, d’autres parcours de flutação (comme par exemple sur le Rio Sucuri). Le problème est que bien sûr, toutes ces activités sont réservées très rapidement, ce qui a été mon problème: je n’ai pu réserver que le Rio da Prata. Pour autant, je ne regrette pas du tout, car je ne pense pas que j’aurai beaucoup de fois l’occasion dans ma vie de voir des poissons dans de l’eau aussi claire, et dans un environnement pareil. 

             

            Mes conseils et bonnes adresses

            • Pensez à réserver en avance vos activités pour être sûr de ne pas vous retrouver avec peu, voire pas de choix en arrivant à Bonito !
            • Renseignez-vous en amont sur le prix des activités, car celles-ci sont quand même relativement chères par rapport au reste du Brésil.
            • Pas besoin de comparer le prix des activités dans les diverses agences de tourisme: elles ont l’obligation de toutes pratiquer les mêmes tarifs ! 

            Pousada ChamaméRua Miguel Aivi, 299, Bonito. Une pousada à l’entrée de Bonito calme, avec une grande piscine, bref, tout ce qu’on aime dans une pousada ! 

            Restaurante Zapi Zen, Rua Senador Filinto Müller , 573. Contrairement à ce que son nom laisse penser, c’est entre autres une pizzeria. Les pizzas sont bonnes et pas chères ! 

             

            post

            A voir avant de mourir: les chutes d’Iguaçu

            Définitivement sur ma bucket list depuis déjà de nombreuses années, il me semblait inconcevable de vivre au Brésil sans partir voir les chutes d’Iguaçu.
            J’ai donc passé 2 jours dans la région de Foz do Iguaçu, à la frontière avec l’Argentine. 

            D’ailleurs, n’oublie pas de checker ma vidéo sur les chutes d’Iguaçu ! 

            Les chutes d’Iguaçu: côté brésilien

            Premier stop pour moi: côté brésilien bien sûr, vu que j’étais de ce côté là de la frontière ! 
            Depuis la ville de Foz do Iguaçu, il faut compte environ 20 min de trajet jusqu’à l’entrée du parc. Je te conseille VRAIMENT d’arriver tôt (c’est-à-dire avant 8h30 si tu en as la possibilité), car les cars arrivent par dizaines dès 8h45 ! Le prix d’entrée est de 62 reais (13,7 €), et on arrive ensuite vers les chutes par cars.

            Les cars procèdent à plusieurs arrêts: en effet, dans le parc des Chutes d’Iguaçu côté brésilien, tu as la possibilité de faire pas mal d’activités, comme des randonnées écoaventures et des tours en bateau. Pour aller directement à la Trilha das Cataratas, c’est-à-dire le chemin qui longe le paysage des chutes, il faut s’arrêter au 3ème stop. 

            La Trilha das Cataratas est le chemin le plus emprunté par les touristes qui visitent le côté brésilien des chutes: et la preuve en est, j’avais du mal à avancer à mon rythme. Le chemin fait un peu plus d’un kilomètre, et c’était vraiment bondé, même à 9h du matin. Honnêtement, le fait d’avoir visité les chutes un dimanche n’a pas du aider.
            Le chemin longe donc le côté brésilien, et permet d’admirer toutes les chutes qui sont du côté argentin. A la fin de la Trilha das Cataratas, il est possible d’aller même au coeur des chutes avec une passerelle qui s’avance dans la Garganta do Diabo

            Les chutes sont vraiment impressionnantes de ce côté là, car on les voit vraiment à 180 degrés ! Si en plus, tu vas ua bout de la passerelle de la Garganta do Diabo, tu seras bien mouillé, ça je peux te le dire ! Mais ne t’inquiètes pas, des petits vendeurs se feront un plaisir de te proposer une cape de pluie à acheter.

            Les chutes d’Iguaçu: côté argentin

            Je suis partie du côté argentin des Chutes le lendemain, assez tôt également. Depuis Foz do Iguaçu, il faut prévoir environ 40 minutes à 1 heure, dépendamment du temps d’attente à la frontière ! 
            La première chose que j’ai remarquée, c’est la différence de monde à l’arrivée. Je suis arrivée à peu près à la même heure, soit environ 8h30 du matin. Après quelques minutes, je passais au guichet pour acheter mon billet d’entrée. Côté argentin, pas de bornes électroniques comme du côté brésilien. Pour les étrangers, le prix d’entrée s’élève à 600 pesos argentins, soit l’équivalent de 18,7 € (attention, quand j’étais aux chutes d’Iguaçu, le taux du peso argentin était très fluctuant, donc n’hésite pas à vérifier le taux de change !)

            Pour arriver jusqu’aux chutes, j’ai préféré prendre le petit train proposé de ce côté là de la frontière ! C’était quand même plus sympa que les cars brésiliens, plus authentiques aussi. Ce petit train dessert les 3 différentes stations du Parc National argentin.
            C’est d’ailleurs aussi une grande différence entre les deux côtes des chutes: le côté argentin est beaucoup plus diversifié, les chemins et passerelles sont plus nombreux. Grâce à ce systèmes de trilhas qui est tout de même assez développé, il est plus facile d’explorer à son rythme, sans être poussé ou ralenti par les autres visiteurs. On se retrouve moins entassés les uns sur les autres, et on se retrouve aussi bien plus près des chutes. Impressionnant donc, de voir le débit d’eau qui tombe par seconde ! 

            D’ailleurs, c’est vraiment la dernière passerelle, au dessus de la plus grosse chute, est extrêmement impressionnante. Et à coup sûr, tu te feras bien mouiller aussi de ce côté-là ! 

             

            Autour des chutes: à voir et à faire

            Côté argentin, mis à part les chutes, il n’y a pas grand chose à faire: mais si tu as l’occasion de rester dans la ville de Puerto Iguazu pour déjeuner ou dîner, profite en car la nourriture est vraiment bonne

            Du côté brésilien, le Parc national des chutes se trouve en face du Parque das Aves, c’est-à-dire le Parc des Oiseaux. Je l’ai visité, et je suis restée assez mitigée. 
            Le Parque das Aves est en fait un parc et en même temps un centre de réhabilitation et conservation pour oiseaux. Ainsi, on y trouve de nombreux oiseaux vraiment magnifiques, ça c’est indéniable. Mais bon, j’ai trouvé certains enclos tout de même petits… Et l’obligation de suivre un chemin spécifique m’a un peu rebutée. Après, j’étais quand même très contente de voir autant d’oiseaux magnifiques

            Un autre point d’intérêt que je voulais ABSOLUMENT voir, était le point de rencontre entre trois pays: le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. Je voulais vraiment voir la jonction des trois pays au niveau du fleuve. 
            Je te laisse cliquer sur la vidéo tout en haut de cet article pour découvrir ma réaction en arrivant à ce fameux Marco das 3 Fronteiras. 


            Bons plans et bonnes adresses

            • Côté brésilien, arrivez très tôt et achetez vos tickets aux bornes électroniques: elles sont souvent un peu délaissées, et ça vous fera économiser un temps PRECIEUX !
            • Fais TRÈS attention aux qwatis: côté brésilien ou argentin, ces petites bêtes (qui ressemblent littéralement à des ratons-laveurs) fouillent dans les sac à la recherche de nourriture. 
            • Pense à vérifier les procédures d’entrée en Argentine pour visiter les chutes: si pour les français il n’y a pas besoin de visas, il existe certaines procédures pour les canadiens et suisses, par exemple. 
            • Il n’existe pas de réduction étudiante pour accéder aux chutes d’Iguaçu.

            Restaurante Vo BertilaRua Bartolomeu de Gusmao 1116 | CentroFoz do Iguacu. Restaurant trouvé par hasard, c’est un des meilleurs restaurants italiens que j’ai pu tester. J’ai adoré le décor du restaurant, en plus d’être vraiment super bon !

             

            A retenir de mon passage aux chutes d’Iguaçu: le côté argentin vaut largement plus le coup que le côté brésilien. Mais dans tous les cas, je ne peux QUE te conseiller de venir voir les chutes, car le spectacle vaut vraiment le détour

            post

            La capitale du Brésil: Brasília

            Comme tu as déjà pu le voir si tu as déjà lu certains des articles de ce blog (ou si tu as déjà regardé certaines de mes vidéos), tu sais que j’aime beaucoup visiter les capitales des pays que je visite. Bon, certaines ont plus d’intérêt que d’autres, mais j’aime bien y passer un ou deux jours pour prendre un peu connaissance de la ville. 
            En habitant au Brésil, Brasilia me paraissait forcément incontournable, surtout pour son côté hyper futuriste et jeune (la ville n’existe que depuis 1960). 

            Et j’ai été comment dire… Surprise

            Se rendre à Brasilia

            Brasilia est située littéralement au centre du Brésil. De ce fait, il n’y a pas 25 moyens de s’y rendre. L’avion sera très certainement le plus pratique: les compagnies Latam, Gol et Azul assurent des liaisons très fréquentes avec d’autres villes du Brésil. Pour un aller-retour Curitiba-Brasilia, j’en ai eu pour 130 €

            Les réseaux de bus au Brésil étant très bien développés, tu peux aussi bien y aller en bus. Attention cependant à bien regarder le temps de trajet, car le Brésil est un pays énorme, et les distances sont parfois plus longues que ce qu’on s’imagine ! 

            La structure de Brasilia: le plan pilote

            Si tu ne le savais pas, la ville de Brasilia a été imaginée sous la forme d’un… avion. Oui, tu as bien lu ! La ville a été imaginée sous cette structure (le plan pilote) pour être la plus efficace possible. D’ailleurs, les adresses également sont assez différentes d’un format « basique » d’adresse: ici, on parle en Blocs et en Quadra, en Est et en Ouest ! 

            Cette structure m’a semblé très bizarre en arrivant: on dirait qu’on arrive dans une ville fantôme ! Honnêtement, je n’ai vu aucune habitation dans le centre-ville et ses alentours, ce qui est peu difficile à croire, mais pourtant c’était le cas ! 

            Que visiter à Brasilia

            La plupart des monuments et centres d’intérêts de Brasilia sont concentrés autour du « cockpit » de l’avion: c’est assez perturbant, mais en même temps sympa de pouvoir se rendre à pied à tous ces endroits ! Enfin… Presque partout à pied. Après tout, ce cockpit fait tout de même 5 km de long

            Ma première visite à Brasilia a été la Torre da Televisão (Tour de la Télévision): honnêtement, cette tour est moche. Mais elle a le mérite de faire 224 mètres de haut, et donc d’avoir une super vue à 360 degrés sur Brasilia et la région ! D’ailleurs, c’est comme ça que je me suis rendue compte que Brasilia avait été vraiment construite au milieu de rien. 

             

            Dans les autres monuments que j’ai aimé voir/visiter, il y a tout d’abord le Museu Nacional: ce musée est littéralement en forme de dôme totalement blanc. Il s’agit d’un musée d’art contemporain. Il est sympa, car la visite est assez rapide et assez « libre » au niveau du chemin à emprunter. 
            Mais ce que j’ai trouvé particulièrement surprenant, c’est davantage la partie sud du « cockpit », qui correspond davantage à la partie politique: des deux côtés de cette grande avenue, on trouve TOUS les ministères du Brésil. Et impossible de les distinguer à l’oeil nu, car les bâtiments sont littéralement des clones ! Heureusement, le ministère des Affaires Etrangères échappe à cette règle, car il est logé dans le Palacio do Itamaraty. L’architecture extérieure vaut le détour. 

            Mis à part ces monuments, il reste le monument JK (qui est en hommage à l’ancien président brésilien Juscelino Kubitschek, qui est à l’origine de la naissance de Brasilia avec Oscar Niemeyer), et le Congrès National. L’architecture vaut le coup d’oeil, car comme tout à Brasilia, c’est très futuriste !
            Mis à part ça, je n’ai pas trouvé les monuments et visites plus intéressantes que ça. Le parc de la ville est sympa car beaucoup de monde s’y retrouve le weekend. Mais au niveau des quartiers… La ville étant totalement vide le weekend où j’y étais, j’avais un peu l’impression d’être dans une ville fantôme. Je n’ai pas trouvé de quartier sympa dans lequel me balader.

            A NOTER CEPENDANT: tous les monuments et musées sont gratuits ! Je n’ai payé aucune entrée de tout mon weekend à Brasilia ! 

             

            Dans les environs de Brasilia

            Il existe beaucoup de parcs et de villes à voir dans les environs de Brasilia. Mais personnellement, j’ai décidé de prendre la voiture et d’aller jusqu’au Parc National de la Chapada dos Veadeiros, qui est à environ 3h30 de route de la capitale (oui, à l’échelle du Brésil, on peut dire que c’est dans les environs !)
            Je te conseille VRAIMENT de dormir sur place, car les différentes excursions et visites proposées au sein du parcs ont un nombre de places limitées: ainsi, dès 10h du matin, tout est déjà réservé. En arrivant la veille au soir, tu pourras être suffisamment tôt pour booker ce que tu souhaites voir ! 

            Personnellement, j’ai opté pour la Trilha das 3 Cachoeiras, qui débute à l’entrée d’une pousada, au bout d’un chemin de terre de 2 kilomètres… Mais les paysages en valent vraiment le coup. C’était la première fois au Brésil que je voyais des canyons, et je ne l’ai pas regretté !

            Par contre, je ne recommande VRAIMENT PAS les sources thermales. Il s’agit davantage de piscines creusées qui sont de véritables bouillons de culture. Aucun intérêt. 

            Mes bons plans

            Rooftop de l’hôtel San MarcoSHS QUADRA 05 BLOCO C, Brasilia, CEP 70322-914, Brésil. Un des seuls rooftops du cockpit de Brasilia, avec une jolie vue sur la Torre Panoramica. La déco est un peu kitsch, mais c’est très sympa pour prendre un verre ! 

            Restaurant NikkeiTrecho Sces Trecho 2 | Lote 32, Orla JKBrasilia. Un restaurant japonais (ok je conçois, c’est pas très local), qui propose une formule de dégustation super bonne. Le cadre est cool, près du Lac Paranoa. 

            Restaurant Paprica BurgerSetor Hoteleiro Sul Quadra 3 | Bloco A Part ABrasilia. Ce restaurant de burgers propose un large choix dans une ambiance vraiment sympa, et rétro. La terrasse est super agréable quand il fait bon dehors, et les burgers sont vraiment bon ! 

             

            Comme tu as du le comprendre, mon impression de Brasilia est un peu mitigée: le tour de la ville se fait assez rapidement, et j’ai vu peu d’intêret, mis à part l’architecture futuriste. J’espère que tu auras une impression plus sympa, avec une ville plus vivante !

            post

            Que visiter dans l’état du Paraná ?

            Le Brésil, c’est grand. Très grand même. Pour te donner une idée, ça doit faire environ 17 fois la France, donc autant te dire que dans chaque état, il y a un panel de choses à faire.
            Habitant dans le Paraná, je me suis dit que te proposer un article sur les différentes choses à voir et à faire dans cet état serait un moyen sympa de découvrir cette partie du Brésil (et peut-être, de te faire découvrir des endroits cools pour ton prochain voyage) !

            Comme d’habitude, si tu as envie de voir quelques images du Paraná, je te laisse avec la vidéo (et pense à t’abonner, parce que ça fait toujours plaisir) 😉 

            Ilha do Mel

            Ilha do Mel a été mon premier voyage (enfin, weekend plutôt) en arrivant au Brésil. Cette île est à environ 2h30 de Curitiba, est garantie totalement sans voitures, et offres beaucoup de choses à faire ! Plages, promenades, points de vue et même excursions vers les îles voisines. 
            L’île est calme et c’est vraiment un échappatoire pour un weekend. Ne sois pas trop surpris en arrivant au port de Paranagua: il est particulièrement dégueulasse, mais Ilha do Mel est bien protégée ! 

            Si tu veux en savoir davantage sur Ilha do Mel, j’ai écrit un article dessus que tu peux retrouver en cliquant ICI

             

            Morretes

            Cette toute petite ville est à seulement 1 heure de Curitiba, et est un parfait exemple des villes coloniales du Parana. Honnêtement, c’est minuscule mais c’est vraiment une bonne activité à faire en sortant de Curitiba, sur la route pour aller à Ilha do Mel par exemple. 
            On y retrouve tous les codes d’une ville coloniale: l’architecture, l’église, et même la place du village
            Si tu passes par Morretes, je te conseille vraiment de t’arrêter pour manger un bout dans l’un des restos le long lde la rivière. Si tu as l’occasion, manger des bolinhos de barreado, c’est un DE-LICE ! 

             

            Le Serra Verde Express

            Voilà une activité incontournable à faire dans le Parana: le fameux Serra Verde Express ! Ce train est un des plus célèbres du Brésil, et t’emmène au coeur des montagnes de la Mata Atlantica, de Curitiba à Morretes. Les paysages sont vraiment magnifiques, et même si le voyage est un peu long (environ 3h30 de trajet), les paysages en valent vraiment la peine.

            Le ticket coûte environ 20 €.

             

            Vila Velha

            Ce parc est situé à environ 1h15 de Curitiba, cette fois-ci davantage dans les terres ! C’est une bonne pause à faire si tu pars vers les Chutes d’Iguaçu par exemple. Le parc est connu pour les formes super étranges de ses roches: afin de réserver le parc, il n’est pas possible de visiter le parc par soi-même: les visites sont organisées, ce qui est un peu dommage mais compréhensible. La visite vaut quand même le coup, c’est assez impressionnant ! 

            Le prix d’entrée diffère en fonction des endroits du parce que l’on souhaite visiter, entre 10 et 25 reais environ. 

             

            Curitiba

            Les voyageurs ont en général tendance à aller directement de São Paulo ou Rio jusqu’aux chutes d’Iguaçu, sans penser à faire une pause sur le trajet. Je trouve ça dommage, car certains coins de Curitiba valent le coup et c’est une ville super agréable (et selon moi, plus agréable et propre que São Paulo ou Rio) ! 
            Si tu passes par Curitiba, je te conseille d’aller jeter un coup d’oeil au centre historique, puis d’aller observer la vue depuis la Torre Panoramica (l’entrée ne coûte que 4 reais), et de finir par un tour au Parc Barigui (qui est un peu le Central Park local). En plus, le nombre de restos sympas et pas cher à Curitiba est incalculable ! 

            Les chutes d’Iguaçu

            Bien sûr, une visite de l’état du Parana n’est pas complète sans un passage par les chutes d’Iguaçu
            Je pense que je n’ai pas besoin de t’en parler pendant un long paragraphe, leur réputation fait le reste ! Personnellement, j’ai particulièrement aimé le côté argentin par rapport au côté brésilien, donc si tu devais choisir entre les deux, je te conseille fortement de traverser la frontière. Et surtout, protège bien tes affaires, parce que ça mouille !

            Je te ferai un article plus détaillé sur mon passage aux Chutes d’Iguaçu très bientôt, avec tous mes conseils.

             

            J’espère que cet article t’auras donné envie de t’arrêter un peu dans l’état du Parana pendant ton prochain voyage au Brésil.

            Si tu veux en apprendre un peu plus sur le Brésil et sur ce que tu peux y voir, n’hésites pas à regarder la playlist de mes vidéos sur le Brésil sur Youtube ! 

            post

            Pourquoi je n’ai pas aimé São Paulo

            Un mois et demi après mon arrivée au Brésil, me voilà arrivée dans la plus grande métropole d’Amérique du Sud: São Paulo. 
            Ville gargantuesque de 20 millions d’habitants et première étape de mon roadtrip de 15 jours, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre.

            Et honnêtement, si on a souvent tendance à partager sur les blogs ce qu’on a aimé et apprécié pendant nos voyages, aujourd’hui j’ai envie de te faire part des raisons pour lesquelles, moi, je n’ai pas aimé São Paulo, cette ville qui a pourtant une communauté française si large. 

            Bon, et si toi t’aimes São Paulo, me crache pas dessus hein, je te partage que mon avis !

            1. Une ville peu accueillante

            Mon arrivée à São Paulo a d’abord été marquée par… 1h30 d’embouteillages à l’entrée de la ville, soit environ à 25 kilomètres de l’appart-hôtel que j’avais réservé. 25 KILOMETRES !
            Bon, à la limite, même si les embouteillages n’étaient pas le meilleur cadeau de bienvenue, ce n’était pas ça qui m’a surprise, mais davantage l’impression de rentrer dans un entonnoir: des deux côtés, je ne voyais que des voies qui se succédaient, qui disparaissaient par moments pour en faire réapparaître d’autres, et surtout avec des centaines et des centaines de voitures. Au moins, je me suis vite imaginée ce que représentaient 20 millions de personnes… Même le Lonely Planet le dit: la première phrase du guide sur São Paulo est « São Paulo est un monstre« . 

            Arrivée dans le centre-ville où je voulais me balader (si tu veux tout savoir, j’étais autour de la Praça da Sé), je me suis finalement assez vite résignée. Pourquoi ? Parce que le centre-ville est selon moi, glauque. Beaucoup de gens qui errent sans but précis, qui semblent bourrés/drogués… bref, ça ne donnait pas envie de rester dans ce quartier qui m’a laissée une première impression assez mitigée

            (Attention, je me fiche des gens bourrés ou drogués et je ne les juge pas hein. Mais sur le coup, j’étais pas à l’aise. VOILA)

             

            2. Des visites intéressantes… se comptant sur les doigts d’une main

            Si tu es un fervent défenseur de São Paulo, NE M’ATTAQUE PAS MERCI
            Honnêtement, j’ai été déçue par le nombre de visites que j’avais vues/trouvées dans le Lonely Planet ou sur des blogs et qui semblaient intéressantes, et qui finalement… ne l’étaient pas. A vrai dire, j’en avais trouvé beaucoup ! Et je n’ai pas été emballée plus que ça. J’ai bien sûr visité et découvert quelques endroits qui m’ont plus (tu peux d’ailleurs trouver mon petit top en fin de cet article ! 

            Par exemple, l’Avenida Paulista: oui, c’est une avenue avec pas mal de restaurants, bars, et boutiques. Mais bon…  Je n’ai pas trouvé que c’était un lieu immanquable à São Paulo. Bref, tu l’auras compris, j’avais l’intention de visiter davantage que ce qui m’a été donné de voir.

             

            3. Mais où est la verdure ?!

            Moi les parcs, c’est un peu mon dada quand je pars en voyage. Je trouve ça toujours sympa de pouvoir un peu sortir d’un cadre urbain et de se poser un peu dans un parc, ou juste de s’y balader. 
            Grande joie alors, quand je me rends compte que OUI, il y a des parcs à São Paulo

            Grande déception quand je me rends compte qu’il s’agit, tout comme le centre-ville, d’un repère un peu glauque et d’une déchetterie à ciel ouvert: le Parque da Luz en est un bon exemple, parmi d’autres. Je trouve ça dommage, dans une ville déjà si urbanisée, que mêmes les parcs soient au final peu entretenus. Après, je me doute bien qu’il existe d’autres priorités hein… Mais voilà, moi qui suis habituée à avoir beaucoup beaucoup beaucoup d’espaces verts à Curitiba, là c’était tout le contraire


            4. Si tu veux profiter de São Paulo: sors du centre de São Paulo

            Voilà ce qui m’a sûrement le plus  dérangée dans cette ville: si tu veux profiter de São Paulo, il faut que tu sortes un peu et aller dans les quartiers plus éloignés. Sur le principe tu me diras, ce n’est pas si grave, à partir du moment où tu peux apprécier ton séjour.
            Mais quel est l’intérêt de devoir sortir un peu du centre-ville (sachant qu’à São Paulo, le centre-ville est déjà très très étendu et couvre déjà un bon nombre de visites et monuments) pour profiter d’une ville ? Je trouve que cette idée perdait un peu de sens… Même si en effet, en m’éloignant un peu de l’hypercentre, j’ai pu découvrir des coins sympas, je n’avais pas l’impression d’être à São Paulo. C’est comme si on te disait que pour vraiment apprécier Paris, tu ne devais visiter qu’un seul arrondissement spécifique: pour moi, ça ne fait pas beaucoup de sens, et tu as du coup l’impression de passer à côté de la ville

            Bref, comme tu le vois, certains points m’ont menée à repartir de São Paulo avec une impression plus que mitigée: au final, comme me disait une française rencontrée à Curitiba, « São Paulo, c’est une ville à vivre, et non pas à visiter« . Et c’est très certainement le cas ! En tout cas, ce n’est pas une ville que je recommenderais si tu prévois un voyage au Brésil bientôt. 

             

            Mon top 5 à São Paulo

            Si tu souhaites tout de même visiter São Paulo, il existe bien sûr des visites sympas à faire, après tout on ne peut pas tout enlever à cette ville ! Voici donc mon top 5 à voir et à faire à São Paulo. 

            • Aller dans le quartier de Vila Madalena pour admirer le street art à Beco do Batman
            • Visiter la Casa da Imagem de São Paulo, si tu aimes l’art et la photographie ! 
            • Le quartier de Chinatown est sympa pour se balader et découvrir São Paulo d’un autre oeil
            • Manger un bout au Mercado Municipal 
            • Prendre un verre pour avoir une vue panoramique sur la ville (au Skye Bar par exemple !)

             

            Et si tu veux te faire une idée de ce que ça donne en vidéo: clique sur les vidéos juste en dessous ! 🙂 

            post

            Rio de Janeiro: la ville que j’ai découverte la deuxième fois

            Rio de Janeiro: assurément LA ville dont tout le monde parle quand il s’agit d’un voyage au Brésil. Et dans un sens, je suis bien d’accord. J’avais très envie de visiter cette ville, car depuis mon arrivée dans ce pays quelques mois avant, je n’avais pas eu l’impression que l’idée que l’on se fait du Brésil en France s‘était vraiment vérifiée pour moi.

            Je prends donc mon avion début février pour Rio, pour découvrir cette ville et bien sûr assister au Carnaval !


            Rio de Janeiro, mes impressions pré-départ

            Je pense qu’avant de te parler de mes visites à Rio, je vais plutôt te parler de ce que je savais de Rio, et de mes impressions à quelques heures de mon départ (parce qu’honnêtement, vu ce que je vais te dire, je vais peut-être me prendre quelques remarques désobligeantes. Mais bon, j’assume).

            Avant d’arriver au Brésil, je voyais Rio comme la ville de la fête: le Carnaval, les soirées samba (cliché je sais), des habitants très chaleureux, beaucoup de couleurs, de noix de coco et de caïpirinha (cliché aussi).
            Après quelques mois au Brésil, avec un meilleur niveau de portugais et quelques amitiés avec des brésiliens, je ne vais pas te mentir, je n’avais plus du tout la même vision de Rio: à en regarder les médias brésiliens et à en écouter les locaux, il s’agit de la ville la plus dangereuse d’Amérique Latine (pour ne pas dire du monde selon certains), où aller visiter Rio revenait à partir au Goulag. Et malheureusement, je n’exagère pas: j’ai eu plus d’une fois des réflexions sur mon inconscience à l’idée d’aller à Rio, sur les braquages dans la rue, sur le fait que j’allais être tuée, et j’en passe.

            Attention, je ne dis pas que Rio n’est pas une ville dangereuse, loin de là: là, je te retranscris juste ce qu’il m’a été dit des dizaines et dizaines de fois, avant mon voyage. 

            BREF, j’ai pris mon petit avion direction Rio avec une bonne boule dans le ventre.

             

            Mon arrivée à Rio: mes premières visites et impressions

            Ma première impression de Rio a été plutôt bonne: j’arrive dans mon AirBnb dans le quartier de São Cristovão (d’ailleurs clique ICI pour avoir une réduction sur ta première résa AirBnB !), accueillie super chaleureusement par le couple de propriétaires. Tout roule ! 

            Première visite pour moi, le Christ Rédempteur, sur la colline du Corcovado. Etant un peu flippée niveau sécurité à Rio, je fait le choix de ne prendre que des Uber pendant mon séjour (sous recommandation de mon hôte AirBnb, qui m’a dit que les taxis étaient plus chers et pas vraiment plus sûrs).
            Niveau prix, il faut savoir que la carte étudiante n’est pas acceptée, et que le prix varie en fonction de la saison, de quelques reais: personnellement, j’ai payé 18 reais, soit 4,50 €. Je voulais prendre le fameux train pour monter en haut du Corcovado, mais bien sûr je m’y suis prise bien trop tard, et le prochain train dispo était à 18h30 (pour info, je suis arrivée à la fameuse gare à 9h du matin, hein). 

            Bref, après avoir prix un minivan, avoir acheté mon ticket d’entrée à la borne automatique, j’ai trouvé le système très bien organisé et tout s’enchaîne super rapidement, ce qui pour être franche, n’est pas chose commune au Brésil ! 
            MAIS MON DIEU, ce Christ Rédempteur, je le voyais bien PLUS GRAND ! La faute aux plans de films de ciné, où il parait bien plus gigantesque. Par contre, la vue depuis la Christ Rédempteur sur la ville est vraiment cool ! Malgré ma « petite » déception concernant la taille du monument, je comprends vraiment pourquoi c’est un des sites les plus visités de Rio.

            Lors de ma deuxième visite à Rio, au mois de mai, j’avais vraiment envie de tester le fameux Trem do Corcovado: ce que je te conseille, c’est de réserver ton billet directement sur le site. En saison haute, le billet adulte coûte 75 reais (17,2 €) et en saison basse, 62 reais (14,2 €): celui-ci est valable aller-retour, et inclut l’entrée au Cristo Redentor !
            L’avantage est que tu peux voir tous les horaires de départ des trains, ainsi que le nombre de places restantes dans chaque train: pas mal si tu visites à plusieurs ! 

            Mes 3 conseils pour visiter le Christ Rédempteur:

            • Réserver ses billets de train en avance,
            • Venir assez tôt le matin pour éviter les grands mouvements de foule,
            • Prends ton billet aux bornes automatiques pour éviter les longues files ! 

            Ma deuxième visite à Rio fut les escaliers Selaron: autant te dire que j’attendais vraiment de les voir ces escaliers ! 
            Résultat des courses: un peu déçue. La raison à ça est assez simple: même en y allant relativement tôt le matin, ma première visite était pendant la période du Carnaval (soit LA période la plus touristique pour visiter Rio), et donc forcément, c’était noir de monde. Pour te dire, il y avait même une file d’une quinzaine de mètres pour prendre une photo sur les premières marches ! 

            Bref, c’était un peu dommage. Quand j’y suis retournée la deuxième fois, découvrir ces milliers de carreaux de céramique était bien plus agréable ! J’ai pris plus le temps de découvrir ces escaliers, et qu’on se le dise, c’était quand même un travail de titan: plus de 120 artistes ont participé à sa réalisation !

             

            Après ces deux premières visites où j’ai eu vraiment deux impressions différentes de Rio, j’étais déjà un peu plus rassurée sur la ville, et les conseils de sécurité que je devais appliquer. Mais je te laisse aller en fin d’article, si tu es plus intéressée par le côté « sécurité » ! 

             

            Visiter Rio: ce que j’ai aimé… et moins aimé

            Ce que j’ai aimé

            J’ai eu l’occasion de découvrir le quartier de Santa Teresa lors de mon deuxième weekend à Rio. Après avoir entendu/lu successivement que c’était un quartier bobo – familial – une favela super dangereuse – the place to be (oui comme tu vois, j’ai vraiment entendu de tout), j’ai enfin pu me faire mon propre avis sur ce quartier, car j’en avais pourtant eu de bons échos en regardant les vidéos de Laetitia.

            Finalement, je me suis perdue dans les rues de Santa Teresa, j’ai découvert du street art, et j’ai en fait découvert un quartier calme et vivant à la fois. J’AI ADORE ! Vraiment, c’est un quartier que je recommande ! Je n’ai pas eu l’occasion d’y aller le soir pour les soirées samba, mais apparemment ça vaut le détour

            Le deuxième coin de Rio que j’ai aimé (encore une fois, pour son calme !), c’est le Jardin Botanique et le Parque Lage, qui sont collés l’un à l’autre. Etant habituée à avoir beaucoup d’endroits de verdure et de parcs où marcher-lire-faire du vélo à Curitiba, j’étais contente de retrouver un parc en plein Rio, et surtout pendant la période du Carnaval !
            N’hésite pas d’ailleurs à t’arrêter au café du Parque Lage, c’est vraiment un coin sympa pour faire une pause et boire un verre.

            Après 6 mois au Brésil désormais, j’ai eu l’occasion de découvrir plusieurs grandes villes (Brasilia, São Paulo et Belo Horizonte notamment), et j’ai fait un constat: le centre-ville est souvent l’endroit qui craint. Y compris où j’habite ! Autant te dire que je n’attendais pas grand chose du Centro de Rio.
            Mauvaise langue quej’étais, c’était au final un quartier bien sympa ! Ce que j’ai préféré, c’est la visite du Museu de Amanhã (qui sensibilise sur les conséquences de l’humain sur notre monde), et la promenade le long du port. Si tu as le temps de passe dans ce coin pendant ton voyage à Rio, pense à aller vers le port et le Centro ! Ca permet de connaître un côté moins touristique de Rio.
            Et comme j’adore le street art, c’était aussi l’occasion d’en découvrir quelques uns le long de l’Avenida Olimpica.

            Enfin, pour terminer cette partie sur les visites que j’ai aimées, bien sûr, je me dois de citer le Pão de Açucar.
            J’ai été assez étonnée de voir qu’il n’y avait pas tant de monde que ça (même en haute saison !), et que la carte étudiante est acceptée (41 reais, soit 10,25 € pour les étudiants, au lieu de 82 reais !).
            La vue est magnifique, je recommande chaudement ! 

             

            Ce que j’ai moins aimé

            Bon, je vais passer rapidement sur cette partie, mais je tenais quand même à mentionner certaines visites qui m’ont moins plu à Rio.

            Je n’ai pas été vraiment fan des plages de Copacabana et Ipanema, qui étaient noires de monde et souvent sales… Loin de ce qu’on s’imagine ou de ce qu’on peut voir sur ces cartes postales. Néanmoins, la balade sur la promenade d’Ipanema est sympa, notamment le dimanche car elle est fermée aux voitures ! Mais voilà, j’ai été un peu déçue des plages en elles-mêmes.

            Dans le même ordre d’idée, je pensais avoir l’occasion de me balader un peu autour de la Lagoa (le lac qui est en plein milieu de la ville). Au final, la promenade n’était pas extrêmement sympa et très proche d’une route assez fréquentée. Je pense qu’il faut se renseigner un peu en avance sur quelle partie de la Lagoa est agréable pour se balader !

             

            La sécurité à Rio: mon avis et mes conseils (après 2 séjours sur place)

            Sans pour autant être désormais une experte sur la sécurité à Rio de Janeiro, j’ai eu l’occasion de découvrir la ville à deux moments très différents: en plein Carnaval, et pendant la basse saison, au mois de mai. J’ai donc vu la ville sous deux aspects bien différents, et d’en tirer certains enseignements concernant la sécurité.

            Mon premier constat: les médias brésiliens et les brésiliens (hors Rio, je précise), en rajoutent un peu selon moi. Je me suis quand même faite dire que la moitié des touristes arrivant à Rio se faisaient kidnapper et qu’Ipanema était désormais gérée par une favela, et donc qu’il ne fallait y aller sous aucun prétexte.
            Alors bien sûr, il faut faire attention, et il y a en effet des endroits de Rio qui ne sont pas safe, ça je suis entièrement d’accord. Mais il y a aussi des mythes sur la sécurité qui vont selon moi beaucoup trop loin par rapport à la réalité

            Mon second constat: en effet, Rio le soir, c’est pas très rassurant ni très sécuritaire. Lors de ma première visite, j’étais dans un AirBnb proche du stade Maracanã, quartier sympa mais assez peu touristique (et aussi éloigné des quartiers plus vivants, avec des restaurants,etc). Je te conseille de prendre un Uber ou équivalent (au Brésil: 99POP ou Cabify) pour te déplacer, surtout que c’est vraiment pas cher !

            Mon troisième constat: plus tu passes pour un local, mieux ça passe ! Même si ça semble logique, c’est la première ville que je visite où j’ai autant essayé (et je pense à certains moments, réussi !) à me fondre dans la masse: j’ai troqué mon sac à dos pour un bon vieux tote bag bien moche que j’utilise normalement pour les courses, j’ai enlevé tous mes bijoux (dit comme ça on dirait que je me trimballe une quincaillerie mais je te rassure, ce n’est pas le cas !), et je prenais sur moi le strict nécessaire. 

            Si tu veux plus d’infos sur la sécurité à Rio, je te conseille de regarder la vidéo de Little Gypsy sur la sécurité dans cette ville ! 

            Point spécial Carnaval

            Pendant le Carnaval, du côté d’Ipanema et Copacabana, la ville est pleine de monde (et surtout d’étrangers) qui font la fête déguisés et qui abusent parfois un peu trop de la cachaça (pour pas dire qu’ils ont repeint le trottoir, quoi). C’est aussi bien plus d’occasions de se faire voler ou de se retrouver dans certaines situations pas cool… 

            Si tu viens pendant le Carnaval, je te conseille vraiment de prendre tes billets pour une soirée au Sambodromo ! J’ai personnellement acheté mes billets sur Viagogo et j’étais dans le secteur 13: je voyais très bien, donc pas besoin de payer 150 € ta place ! 

            Mes conseils pour Rio pendant le Carnaval:

            • Prends des affaires auxquelles tu ne tiens pas (surtout si tu souhaites participer à des blocos !)
            • Réserve en avance tes billets pour le Sambodromo,
            • Use et abuse des pochettes secrètes pour ranger ton argent ! 

            Mes bons plans et bonnes adresses

            Mon AirBnb dans le quartier de São Cristovão: une chambre simple mais très bien, très propre ! La maison est très agréable, Rosangela et son mari sont superserviables, si vous êtes sur un petit budget c’est une bonne alternative pour être logé à Rio ! 

            Mon AirBnb situé entre Copacabana et Ipanema: idéal si tu veux être proche des plages, et que vou spartez à plusieurs (jusqu’à 7 personnes !). L’appartement est tout juste rénové, avec une grande terrasse, donc parfait.

            D’ailleurs, n’hésite pas à réserver avec mon lien de réduction AirBnb, qui te donne droit à 31 € de réduction sur ta première réservation ! Clique ICI !

            Le Palaphita KitschAvenida Epitacio Pessoa Quiosque 20 | Parque de Cantagalo. Un bar-restaurant au bord de la Lagoa, vraiment agréable pour prendre l’apéro. 

            Le Praia Ipanema HotelAvenida Vieira Souto 706Rio de Janeiro. Je ne connais pas l’hôtel, mais le rooftop vaut le détour pour avoir une vue sur la plage d’Ipanema ! 

            Le site TourScanner te permettra de trouver des visites et des excursions au meilleur prix pour visiter Rio, si tu manques un peu de temps ou si tu as du mal à choisir que voir ou que faire ! Clique ICI pour découvrir ce que propose TourScanner à Rio*.

            *(Il s’agit d’un lien affilié, ce qui signifie que si tu décides de réserver une visite ou une excursion par le biais de TourScanner, je gagnerai un peu d’argent. Pour toi, ça ne change rien, même pas le prix de ce que tu réserves 🙂 )

             

            Je suis contente d’avoir eu l’occasion de découvrir Rio deux fois, et d’avoir pu vraiment avoir le temps d’apprécier la ville. C’est une ville qui a beaucoup de choses à offrir !