post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage en Croatie

Une semaine en Croatie : assurément trop court pour apprécier toute la beauté et la richesse culturelle de ce pays, ça, c’est sûr. Ensuite, j’ai trouvé que c’était une durée raisonnable pour bien profiter de mes différentes étapes : Dubrovnik, Split puis Zagreb.

Trois villes avec un panel d’activités et des gammes de prix assez diverses (honnêtement, ça va du simple au triple !), et qui m’a permis, je pense, d’avoir une bonne vision d’ensemble de la culture croate et de ce que le pays a à offrir.

La Croatie n’ayant pas adopté la monnaie unique de l’Union Européenne, la monnaie nationale est le kuna.
Celui-ci a tendance à tendance à être plus avantageux en été, pour attirer les grosses devises étrangères dans le pays, mais reste sinon de manière globale assez stable.

En août 2017, 1 € = 7,4 KN.

Attention cependant : pour les conversions effectuées par les hôtels/auberges/appartements de location, le taux de change appliqué est généralement de 1 € = 7,5 KN.

 

BUDGET

Transport

Avec les compagnies low-cost comme Transavia par exemple, il est assez facile de trouver des allers-retours pour pas cher (de 70 à 120 €).

Alors bien sûr, et ça semble logique, en été et même après le 15 août, les billets sont chers… J’ai personnellement payé 300 € mon aller retour, en voulant vérifier la technique de la réservation 6 semaines à l’avance (qui apparemment, garantit les prix les plus bas). Comme tu peux le voir, ce n’est pas le plus efficace, mon aller avec Transavia étant 30 € moins cher deux semaines avant que je fasse enfin ma réservation. Bref, ça m’apprendra.

Pour se déplacer à l’intérieur du pays, rien ne vaut le bus, qui est aussi voire plus rapide que le train et pour moins cher.

– Aller Paris – Dubrovnik avec Transavia : 50 €   
– Bus Dubrovnik – Split : 126 KN (17 €)  
– Bus Split – Zagreb : 133 KN (18 €)         
– Un ticket de bus à Dubrovnik : 15 KN (2,02 €)
Un ticket de tram à Zagreb : 12 KN (1,6 €) en kiosque, 15 KN (2,02 €) dans le tram       

– Un bagage en soute dans un bus croate : 8-10 KN (1,08-1,35 €)

 

Logement

Tout comme à Cuba, la Croatie bénéficie d’un système d’Apartmans : il en existe partout, et les logos sont très visibles depuis les façades extérieures des maisons.    
Attention cependant à vérifier la localisation d’abord : à Dubrovnik par exemple, si tu veux louer un appartement proche de la vieille ville, tu risques de payer le prix fort.

– Un appartement pour 4 à Dubrovnik : 23,5 € la nuit par personne       
– Un dortoir pour 4 personnes dans une guesthouse à Split : 14,5 € la nuit par personne            
– Un appartement pour 4 à Zagreb : 20,5 € par personne et par nuit

Il existe aussi beaucoup d’auberges de jeunesses !


Nourriture

Manger n’est pas ce qui vous coûtera le plus cher en Croatie : mais découvrir la gastronomie croate a été plus compliquée que prévu.        
De plus, les prix divergent fortement en fonction des villes.

– Un cocktail dans un bar : de 30 à 45 KN (4-6 €)
Une salade au restaurant : 45 KN (6 €)              

– Un plat principal au restaurant : 70 KN (9,45 €), plus de 100 KN (13,5 €) si vous êtes à Dubrovnik
– Un petit déjeuner : 30 KN (4-5,5 €)
– Un jus frais : 40 KN (5,5 €)


Sorties, activités et extras

Durant l’été, les prix de certaines activités sont parfois doublés, en raison du nombre de touristes : c’est par exemple le cas à Dubrovnik, où le prix descendait rarement en dessous de 100 KN…

– Une journée d’excursion au parc national de Krka : 27 €          
– Un timbre pour la France : 9 KN (1,2 €)              
– Une rentrée étudiante au Musée de la Torture à Zagreb : 20 KN (2,70 €)                         
– Un billet pour les remparts de la vieille ville de Dubrovnik : 150 KN (20,3 €)
– Un aller-retour en téléphérique en haut de Dubrovnik: 150 KN (20,3 €)

 


Cela donne un budget de 104,69 € par jour

Ce qui a plombé le budget, et de loin, est mon étape à Dubrovnik : 20 € en moyenne par activité, la nourriture était assez chère, et même les courses au supermarché n’ont pas permis d’amortir le choc.
Le premier gros point de dépenses est bien sûr le transport, et majoritairement les billets d’avion, qui étaient assez chers dans mon cas car réservés au dernier moment : il est donc possible d’économiser sur ce point !

Etonnamment, les activités et extras n’ont pas été mon plus gros poste de dépenses. En effet, dès qu’on sort de Dubrovnik, on retrouve des prix d’entrée plus que corrects.

BILAN ET CONSEILS

  •  Si vous êtes étudiant(e), pensez à faire votre carte d’étudiant international ISIC avant de partir : si les cartes étudiantes étrangères sont acceptées à Zagreb, ce n’est pas le cas à Dubrovnik, et cela pourrait vous faire économiser un paquet d’argent.
  •  Au lieu de prendre vos billets de bus directement en gare routière, notez les noms de compagnies de bus et réservez vos billets en ligne, car elles proposent souvent des réductions en ligne.
    Vous pouvez aussi réserver par le site getbybus.com (testé, et approuvé !)
  •  Si vous êtes de passage à Zagreb ou Dubrovnik, regardez si la Zagreb Card ou la Dubrovnik Card sont avantageuses pour vous, en fonction du temps que vous passez sur place : ces deux cartes permettent un accès gratuit aux transports de la ville, ainsi qu’à certains musées (ou une réduction de 50 % sur le prix du billet).
  • Dans la mesure du possible, si vous comptez visiter Dubrovnik, allez-y en dehors de la période estivale : mai ou septembre par exemple. Les prix seront divisés par deux, vous aurez plus de choix quant au logement et cela vous évitera de marcher dans des rues bondées en visitant la vieille ville.

Malgré un budget mal anticipé, la Croatie n’en reste pas moins un pays assez abordable, et il est surtout très facile d’y voyager !

Pour les adresses, vous les retrouverez dans les prochains articles sur la Croatie 😉

post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage à Philadelphie

Philadelphie, j’en avais entendu des vertes et des pas mûres: sympa mais pas très touristique, plutôt pauvre, pas très accueillante. Au final, j’ai adoré cette ville, et niveau budget ça reste très abordable !

 

BUDGET

Transport

Je n’ai pas eu besoin de prendre les transports en commun à Philadelphie: en deux jours, j’avais visité la grande majorité de la ville, et le tout à pied (mais j’ai quand même cherché les prix, et je trouve ça raisonnable). Mais je suis partie de Montréal jusqu’à Philadelphie en bus, et avec les réductions de la carte ISIC, on s’en sort pour pas trop cher !

– Bus Greyhound Montréal-Philadelphie aller-retour : 120 $ (106 €)
– Ticket de métro: 2 $ (1,7 €)
– TransPass métro pour une semaine: 22 $ (19,3 €)

 

Logement

Comme dans toute ville américaine, l’hôtel n’était pas franchement adapté à mon budget de backpacker… Mais les auberges de jeunesse sont plus abordables à Philadelphie, et surtout bien placées.

– Une nuit dans un dortoir 8 personnes: 29 $ (25 €)
– Une nuit dans un dortoir 4 personnes: 33 $ (30 €)

 

Nourriture et boissons

C’est clairement le plus gros poste de dépenses que j’ai eu durant mon voyage à Philadelphie, mais pourtant ça ne s’est pas révélé si cher que ça. En plus, les portions aux Etats-Unis sont bien plus importantes qu’en Europe, sans pour autant que le prix soit doublé !

– Un cheesesteak: entre 5 et 7 $ (4-6 €)
– Un verre de vin dans un bar: entre 7 et 10 $ (6-8 €)
– Un burger dans un bon resto: de 13 à 18 $ (11,5-16 €)
– Un cocktail au Hard Rock Café: 9 $ (8 €)
– Un grand café à emporter: 3 $ (2 €)

 

Sorties, activités et extras

Il est vraiment facile de s’en sortir pour pas cher au niveau sorties et activités à Philadelphie, particulièrement si l’on est étudiant: on retrouve souvent des tarifs préférentiels pour les activités !

– Une entrée étudiante à la Fondation Barnes: gratuit, et 10 $ pour les expositions exclusives (8,8 €)
– Une entrée étudiante au Eastern State Penitentiary: 10 $ avec audioguide fournis (8,8 €)
– Une entrée au Independence Hall: gratuit.

Philadelphie est véritablement une ville qui se visite à pied, avec beaucoup de choses à voir qui ne nécessitent pas d’entrée ou de frais. Niveau shopping, les prix sont sensiblement les mêmes qu’en France, surtout avec le taux de change du moment (1 $ = 0,88 € en avril 2016).

La Fondation Barnes

 

BILAN ET CONSEILS

Philadelphie est une ville très agréable à vivre, mais il vaut mieux éviter Market Street autour du Reading Terminal Market en soirée et la nuit: déjà parce que c’est un peu glauque (il s’agit de l’une des rues principales du centre-ville mais le centre commercial de la rue est désaffecté…), et parce qu’on trouve souvent des personnes bourrées qui traînent ou dorment sur le trottoir.
Par contre, aller dîner sur Market Street du côté de Penn’s Landing, entre la 2ème et la 5ème rue, c’est vraiment agréable, on trouve plein de restaurants super sympas.

• Ne prenez pas le bus ou le métro, Philadelphie se visite à pied (j’y étais deux jours et j’ai parcouru presque toute la ville). A presque chaque coin de rue, on retrouve un plan de la ville indiquant où l’on se trouve et quels sont les musées/monuments/activités dans le coin. On trouve aussi bon nombre de panneaux historiques avec des anecdotes sur la ville de Philadelphie où les grandes personnalités qui y ont vécu.

• A goûter absolument: le cheesesteak, la spécialité locale. Il y en a pour 3 kilos de graisse, mais dieu que c’est bon.

• Ne vous faites pas arnaquer par les rabatteurs devant la statue de Rocky: ils proposeront de prendre la photo pour vous, et bien sûr vous demanderont de les payer ensuite… Et parfois, ils partent même avec votre appareil photo.

• N’hésitez pas à vous perdre: on sous-estime certains quartiers, qui sont pourtant super jolis et avec plein de restos sympas. Comme autour de Fairmount Avenue, par exemple.

Autour de Fairmount Avenue justement !

BONNES ADRESSES

Old City Philly House, 325 Cherry Street. Une auberge de jeunesse super sympa, à vrai dire on dirait plus une grande colocation qu’une véritable auberge (il n’y a que 3 ou 4 dortoirs en tout). Et en plus, une des moins chères sur HostelWorld. Tout est super propre, draps et serviettes fournis, la pièce commune est super conviviale et les employés au top (Chris et Omar !) (Ok, Chris m’a forcé à lui faire un big up dans cet article, j’avoue).

Site Web: www.oldcityphillyhouse.com.
Pour réserver sur Hostel World: ICI.

Campo’s Deli, 214 Market Street. Un petit restaurant qui ne paye pas de mine, mais qui a été recommandé par Chris de l’auberge de jeunesse. En arrivant au Campo’s Deli en disant qu’on loge au Old City Philly House, on a le droit à 10 % de remise ! Le cheesesteak est super bon mais hyper bourratif. Pas cher, et en plus propose des alternatives végé, vegan et sans gluten.

The Shops at Liberty Place, 1625 Chestnut Street. Un centre commercial sympa, et la rue Chestnut à ce niveau-là regorge de magasins.

Revolution House, 200 Market Street. Un restaurant sympa du côté de Penn’s Landing, avec une bonne ambiance et de la bonne bouffe. Le service est rapide, et il y a vraiment du choix ! Environ 20 $ le repas, ce qui reste encore raisonnable quand on a envie de bien manger.

Vango Lounge and Sky Bar, 116 South 18th Street. Un bar avec un rooftop pour boire un verre, avec vue sur les buildings de Philadelphie. Environ 7 $ le cocktail, l’ambiance est cool avec des soirées à thèmes (salsa par exemple). Y aller plutôt le weekend.

L’entrée du Old City Philly House

post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage à Madrid

La capitale de l’Espagne est une escale incontournable: multiculturelle et festive, j’ai passé 6 jours là bas et j’en ai découvert tous les jours. Comme partout en Espagne, les prix à Madrid sont inférieurs à la France. Attention cependant à ne pas se faire arnaquer non plus !

En Espagne, pays de l’Union Européenne, la monnaie qui a cours est l’euro. De ce fait, il n’existe plus de de taxes de retrait aux distributeurs automatiques, pour les ressortissants de l’Union Européenne.

BUDGET

Transport

A Madrid, le réseau de transports est très développé: bus, métro, RER, et tramway. Il est également très facile de visiter la ville à pied, pour mieux découvrir les quartiers. Comme dans de nombreuses villes, il y a également des bus touristiques qui proposent des tours de la ville.

– Avion A/R Paris Orly-Madrid sur la compagnie Transavia: 83 €
– Ticket de métro: 1,50 €
– Ticket de bus: 1,50 €
– Billet pour le Bus Aeropuerto Express: 5 €
– Pass Métro 24h: 8,20 €

Logement

Etant logée chez un ami, je n’ai pas payé le logement. En auberge de jeunesse, le prix est d’environ 10 € par nuit et par personne (prix pratiqué au Way Hostel, Madrid).


Nourriture et boissons

La nourriture n’est pas le poste qui coûte le plus cher, et loin de là ! L’Espagne est un pays peu onéreux de ce point de vue là, et il en existe pour tous les goûts. Les tapas sont bien sûr la spécialité en Espagne: vous en trouverez à tous les coins de rue !

– Un mojito: 5 € (maximum !)
– Une assiette de tapas: entre 2 et 5 €
– Un plein de courses pour 2 jours: 20 €
– Une bouteille d’eau (500ml): 0,60 €
– Un verre de sangria: 2,50 €

Sorties, activités et extras

C’est le poste où j’ai le plus dépensé, mais c’est celui où il est également possible de faire le plus d’économies ! En effet, de nombreuses réductions sont disponibles partout sous présentation de la carte ISIC.

– Une entrée en boîte: 10 €
– Une heure de Segway avec un guide: 25 €
– Une entrée au musée du Prado/Reina Sofia/Thyssen: gratuit sur présentation de la carte ISIC
– Une carte postale: 0,30 €
– Une entrée à la piscine: 5 €
– Une entrée pour un festival de musique: 25 €

 

BILAN ET CONSEILS

● Madrid est située au centre de l’Espagne, et qui plus est dans une cuvette: du coup, en été, il peut y faire très chaud, parfois jusqu’à 42 degrés ! L’air y est sec, prévoyez donc des vêtements très légers.

Rendez vous à l’Office du Tourisme de Madrid pour être tenus au courant des réductions applicables aux étudiants, et des événements gratuits !

Tout comme à Barcelone, les pickpockets sont nombreux à Madrid. Faites donc attention à vos sacs, particulièrement dans les endroits très fréquentés où se donnent des spectacles de rue: c’est un des meilleurs moyens de détourner son attention !

Mettez-vous à l’heure espagnole: ici, on dîne plutôt vers 22h, et beaucoup de magasins ferment entre 14 et 17h. Les nuits sont festives aussi, et donc bruyantes !

● Pour éviter les moments de foule dans les restaurants et aux musées, allez y entre 12h et 14h.

BONNES ADRESSES

Pour faire du shopping: la Calle de los Preciados, qui est une rue très sympa, ombragée par des drapeaux tendus, avec beaucoup de boutiques espagnoles et internationales. Il y règne une bonne ambiance et est assez centrale, entre la Plaza del Sol et Gran Via.

Pour manger: Los Cien Montaditos, Calle Gran Via, 63. Ce restaurant propose des tapas sous forme de petits sandwiches, le ocncept est super sympa, c’est bon et servi rapidement. Et en plus, le tubo de vino (une espèce de sangria très fraîche), est trop bon. Que demander de plus ?
Le restaurant
Más Corazón, Calle de Santa Isabel, 16. Encore une fois, c’est un restaurant qui sert des tapas, donc bien commun en Espagne ! Mais leur tortilla est vraiment bonne, et la terrasse est située dans une petite rue assez calme, en face du Ciné Doré et du Mercado Anton Martin.

Pour sortir: Le Mondo Disko, Calle de Arlabán, 7. De la musique techno avec une bonne ambiance et des artistes qui changent assez souvent.
L’Independance Club, Calle del Dr Cortezo, 1. Le rendez vous des étudiants Erasmus, avec de la musique commerciale.

Madrid me laisse un très bon souvenir, avec un budget qui n’a pas explosé à la fin, ce qui est un point positif !

post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage à Cuba

On ne revient jamais vraiment d’un voyage à Cuba. Pays coincé dans le temps, entre 30 et 40 ans en arrière, on ne peut être que dépaysé en arrivant sur l’île. Pourtant, la vie sur place coûte plus cher que ce qu’on pourrait s’imaginer de ce pays où de vieilles américaines roulent encore…

A Cuba, il existe un système à deux monnaies :
le CUC (peso convertible), qui est la monnaie utilisée par les touristes et pour les produits de la vie courante,
le peso cubain (moneda nacional), qui est utilisée surtout par les cubains.
En février 2015, 1 CUC=24 MN. Le salaire moyen d’un cubain est entre 20 et 25 CUC par mois.

Le taux de change du CUC est assez fluctuant, mais tourne en général autour de 1 CUC=0,80 €.

BUDGET

Transport

C’est à coup sûr le poste de budget le plus important lors d’un voyage à Cuba. Pour de longs trajets, il vaut parfois mieux privilégier le taxi partagé que le bus, qui est bien plus rapide et parfois moins cher !

– Bus Viazul La Havane- Viñales : 12 CUC (8,64 €) (+ 6 CUC de taxi pour se rendre à la station de bus depuis le Parque Central).
– Taxi partagé La Havane- Viñales : 15 CUC (12 €) (et on vient vous chercher devant votre casa !).
– Taxi partagé La Havane- Varadero : 15 CUC (12 €)
– Bus Viazul La Havane-Varadero : 10 CUC (7,2 €) (la même histoire, il faut compter le prix du taxi pour se rendre à son logement ensuite).
– Un ticket de bus local à la Havane : 1 MN (0,033 €)

 

Logement

Le meilleur moyen de se loger à Cuba reste les casas particulares, qui sont des chambres louées par l’habitant.

– Une chambre double dans une casa particular à la Havane : 25 CUC (20€)
– Une chambre double dans une casa particular à la Havane (prix internet) : 20 CUC (16 €)
– Une chambre double dans une casa particular à Viñales : 15-20 CUC (12-16 €)

 

Nourriture et boissons

Le prix peut varier du tout au tout en fonction de la région et du type de restaurant. Forcément à la Havane, il faut s’attendre à payer un peu plus qu’en province.

– Une bière Cristal ou Bucanero à La Havane : 1,50 CUC (1,2 €)
– Une assiette de poulet grillé à la Havane : 5 CUC (4€)
– Un mojito : 3 CUC (2,4 €)
– Un dîner dans une casa particular: 10 CUC (8 €)
– Un petit-déjeuner dans une casa particular : 5 CUC (4 €)
– Un sandwich dans un stand de rue : 1 CUC (23 MN=0,8 €)

 

Sorties, activités et extras

Pour les activités et comme partout, il faut toujours comparer les prix. A la Havane, mis à part les musées, vous n’aurez pas vraiment à dépenser niveau activités.

– Une entrée au Museo de la Revolucion à la Havane : 8 CUC (6,4 €)
– Une balade à cheval de 2 heures dans la vallée de Viñales : 10 CUC (8 €)
– Une entrée dans las Cuevas de Santo Tomas dans la vallée de Viñales : 10 CUC (8 €)
– Une boîte de rangement à cigares dans une boutique souvenir : entre 5 et 15 CUC (4-12 €)

Du coup, pour une semaine de voyage à Cuba, voilà ce que donne un budget… Une grande partie est allouée au budget, parce que le premier soir et comme tout bon touriste qui se respecte, j’ai eu l’immense honneur de me faire bien arnaquer et de payer un resto 55 CUC à deux, ô joie !
Cuba n’est donc pas un pays si économique que ça pour un voyageur petit budget.

Voici le budget par jour par catégorie:
Transport: 9,94 €/jour
Nourriture: 17,14 €/jour
Logement: 11,57 €/jour
Sorties et activités: 3,42 €/jour
Extras:
2,28 €/jour

BILAN ET CONSEILS

● Il existe deux types de cubains : les cubains sociables qui sont toujours enclins à parler aux touristes, et ceux qui viendront avec l’idée en tête de vous vendre quelque chose, ou tout bonnement de vous arnaquer. Si un cubain vous propose d’aller boire un verre, assurez-vous d’abord que vous ne devrez pas lui payer son verre (expérience vécue !).

● Si possible, payez en moneda nacional (MN) : les prix sont toujours plus bas dans cette monnaie et vous économiserez un peu.

Les cubains ne sont pas des gens qui négocient, sauf pour les taxis : n’hésitez pas à baisser le prix et à partir si besoin, car ils ont tendance à bien gonfler la note, et parfois plus qu’en Asie !

● Au lieu des bus, privilégiez les taxis partagés, qui vous reviendront moins cher.

● Si vous voulez manger pour très peu cher, allez dans les stands de rue et évitez les restaurants en général : attention par contre, vous ne mangerez pas forcément local mais plutôt pizza/hamburger.

Toujours demander l’info à deux personnes différentes ! On se rend vite compte que les cubains arrangent souvent la vérité à leur sauce : le taxi ne peut pas venir je vous emmène, mes cigares sont meilleurs que les siens, et tutti quanti.

 

Je garde plutôt un bon souvenir de Cuba : les cubains sont très accueillants, et rien de mieux pour connaître la vie et la culture locale que de loger quelques jours dans une casa particular. Mais j’ai aussi un souvenir un peu plus mitigé, de toutes ces fois où j’ai failli me faire arnaquer : quand on est touriste ça semble logique, mis à Cuba plus qu’ailleurs, le touriste européen est considéré comme une véritable vache à lait, tellement que ça saute aux yeux !
Tout est sujet à arnaquer le touriste lambda, et quand on ose essayer de négocier, on peut parfois se prendre un regard qui n’est pas des plus sympathiques… Il faut tenir bon et on obtient généralement gain de cause. Mais bon, un peu éreintant !

 

BONNES ADRESSES

La Havane

Casa particular Cary y Lazaro, 403 calle San Raphael, entre les rues Manrique et Campanario. Chambre et salle de bain propres, la nourriture est à tomber par terre, Cary est une vraie mama cubaine qui s’occupe de ses clients comme de ses fils, toujours là pour donner un bon conseil et toujours souriante. Et pour ce qui est des conseils en matière de cigare, Lazaro se fera un plaisir de vous parler 😉 Pour commencer un voyage à Cuba, il n’y a pas mieux.

Bar la Pergola, calle Obispo. Un petit bar qui ne paye pas de mine, mais où le cadre est bien plus sympa que dans les bars voisins : on a plus l’impression d’être sur la terrasse au fond du jardin, avec un orchestre cubain qui vient jouer en début de soirée.

 

Viñales

Villa El Isleño, km 25, à l’entrée de Viñales. Le cadre de cette casa particular est magnifique, avec un patio pour dîner et la vue sur les champs de tabac et les mogotes du parc national de Viñales. Bon par contre, la gérante est un peu (trop) commerciale, et n’hésitera pas à vous demander de la recommander auprès du LP ou du Routard. Un peu fatigant après 3 jours là-bas.

Restaurant de la Casa de Don Tomas, calle Salvador Cisneros. C’était un peu le crash test du Lonely Planet, car vivement recommandé par ce guide. Et bien pas déçue du tout : les prix sont parfois plus bas que dans d’autres restaurants de la ville, le service est rapide et mon dieu que c’est bon !


Sites Internet

 

My Casa Particular: ce site permet de réserver une chambre dans une casa particular, ce qui est bien pratique dans un pays où l’utilisation d’Internet est peu répandue voire inexistante ! Le site est très efficace et fiable, approuvé pour la réservation de deux casas sur 3.
Pour la troisième casa, il s’est avéré que la casa en question n’était pas vraiment localisée à l’endroit annoncé par le site… En gros, je me suis retrouvée à la limite d’un « bidonville »…

post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage au Cambodge

Le Cambodge est aussi surnommé « le pays du sourire », et franchement on comprend très vite pourquoi ! Les prix sont ridicules, comme partout en Asie du Sud-Est, mais le statut de touriste change vite la donne. Voilà un aperçu de ce que pourrait être votre budget au pays du peuple khmer !

A noter:
– les prix sont parfois ceux que l’on obtient après négociation ! Surtout pour ce qui est des extras et de la nourriture.
– pour des prix inférieurs à 1 $, les cambodgiens payent en riels, la monnaie locale. A savoir qu’1 $ = 4000 riels (en juillet 2014).

BUDGET

Logement

– Auberge de jeunesse à Phnom Penh  (en dortoir): 4 à 5 $ (3,5 à 4 €)
– Auberge de jeunesse à Siem Reap (en dortoir): 6 à 8 $ (4,9 à 6,5 €)
– Hôtel à Phnom Penh (pour 2 personnes): 23 $ (18,6 €)
– Hôtel à Siem Reap (pour 2 personnes): 17 $ (13,7 €)

Nourriture

– Un déjeuner dans une guesthouse: 5 $ (4,05 €)
– Un déjeuner dans un stand de street food: 1 $ (0,81 €)
– Une bouteille d’eau (500 ml): 1000 riels (0,20 €)
– Une bière: 1 $ (0,81 €)
– Une boisson type soda dans un supermarché: 1,5 $ (1,20 €)
– Un paquet de gâteaux: 2 $ (1,62 €)

Transport

– Bus Phnom Penh – Siem Reap: 10 $ (8 €). Minivan climatisé, 11 personnes, 5h de route. Parfait !
– Bus Siem Reap – Phnom Penh: 8 $ (6,48 €). Bus qui tombe en panne, 50 personnes, 7h de route, trajet pas terminé… La suite ICI !
– Un tuk-tuk à Phnom Penh: 1 $ (0,81 €). Tout dépend de la distance, mais la plupart du temps et en négociant bien, le prix sera dans ces eaux-là.
– Forfait d’un tuk-tuk pour 2 jours à Angkor: 15 $/jour (12,15 €).
– Un tuk-tuk à Siem Reap: 1 $ (0,81 €). Et encore, vous pouvez presque tout faire à pied !

Loisirs et activités

– Prix d’un pass 3 jours pour les temples d’Angkor: 40 $ (32,4 €)
– Prix de la Pagode Wat Phnom à Phnom Penh: 1 $ (0,81 €)
– Entrée au musée Tuol Seng Prison S-21) à Phnom Penh: 3 $ (2,43 €)
– Prix d’un bijou (en semi-toc) au Marché Central: 2 $ (1,60 €)
– Entrée au Musée National de Phnom Penh: 5 $ (4,05 €)

Extras

– Prix d’un cocktail à Siem Reap: 3 $ (2,43 €)
– Un petit sac au Marché Central de Phnom Penh: 20 $ (16,20 €). Alors oui, c’était un sac de contrefaçon… Pas le mien ! Mais super bien imité, il faut bien se l’avouer 😉
– Une cravate achetée auprès de l’association Artisans d’Angkor: 36 $ (29,16 €). Vraie soie, magnifique, papa je sais que tu l’aime cette cravate.
– Des souvenirs achetés à Angkor ou aux environs: 2 $ (1,60 €)

 

QUELQUES CONSEILS

N’achetez pas de babioles souvenirs aux enfants qui vous coursent dans les temples d’Angkor: ça ne fait qu’encourager les parents à les faire travailler et à ne pas les envoyer à l’école. Certains ont des bouilles trop craquantes je conçois, mais bon…

– Au Cambodge, la drogue est encore quelque chose de très présent. A Siem Reap, on m’a déjà proposé de l’opium comme si on me vendait un chou fleur… Il vaut mieux faire attention quand on décide d’aller dans un bar donc !

Toujours vérifier l’info avant d’acheter. Au Cambodge plus qu’au Vietnam, les cambodgiens peuvent vous dire yes yes autant qu’ils veulent, c’est parfois seulement pour vous amener à acheter.

– Un tuk-tuk ne sait pas forcément où il va: quand vous lui donnez l’adresse où vous voulez aller, mettez-lui un plan sous les yeux, ou demandez lui de vous déposer pas très loin, au niveau d’un endroit connu de tous (une artère principale ou une place assez connue).

– Pensez à toujours avoir des dollars et des riels sur vous: c’est bien plus pratique et surtout ça vous permettra de négocier davantage !

QUELQUES BONNES ADRESSES

Phnom Penh

– Un hôtel/guesthouse plutôt sympa et bien placé: le Sundance Inn & Saloon, 61 AB Street 172.

Pour le reste, je vous renvoie à l’article entièrement dédié aux bonnes adresses de Phnom Penh: « Phnom Penh, sortir, manger, danser !« 

Siem Reap

– Pour rencontrer d’autres backpackers: allez au X Bar, à la toute fin de Pub Street: le lundi, le mercredi et le vendredi à partir de 19h, un groupe d’expats/backpackers organise un marathon de bars ! Alors rien ne vous force à boire, mais pas mal de jeux sympas sont organisés et des prix plus que préférentiels sont proposés. Au final, vous passez votre soirée avec une cinquantaine d’étrangers, et c’est vraiment génial !

Plus d’infos sur leur page Facebook: ICI

– Pour boire un verre dans un endroit déjanté: le Angkor What ?, une institution de Pub Street pour ses murs entièrement tagués par les voyageurs. Peu importe l’heure, ça vaut le coup d’oeil !

– Un hôtel parfait: le Avatar Angkor Hôtel, 208 Taphul Road.

 

post

Budget, conseils et bonnes adresses pour un voyage au Vietnam

Le Vietnam a beau être un des pays les plus touristiques d’Asie du Sud-Est, il reste pourtant un pays très peu cher… Enfin, quand on sait négocier ! Évidemment, comme partout, les prix varient en fonction de la saison, surtout pour le logement. En plus, d’une année à l’autre (entre 2013 et 2014), j’ai pu remarquer une augmentation des prix… De quoi se motiver à négocier le plus possible !

BUDGET

Logement

Comme dans toute l’Asie, le logement n’est vraiment pas cher au Vietnam. Ensuite, même pour une auberge de jeunesse, je préfère toujours regarder quelques avis sur Agoda ou Trip Advisor avant… J’étais tombée sur un hôtel vraiment pas cher dans le quartier routard, mais il y avait mieux, et je n’avais pas regardé d’avis avant.
En gros, évite le Phoenix 74 Hotel, tu t’en porteras pas plus mal.

Auberge de jeunesse à Hô-Chi-Minh Ville (en dortoir): 130 000 VND (4,89 €)
– Auberge de jeunesse à Hanoi (en dortoir): 220 000 VND (8,28 €)

– Hôtel à Hô-Chi-Minh Ville (pour 2 personnes) : 470 000 VND (17,69 €)
– Hôtel à Hanoi (pour 2 personnes): 530 000 VND (19,94 €)
– Auberge de jeunesse à Hué (en dortoir mixte 12 lits): 97 370 VND (3,66 €)
– Auberge de jeunesse à Hoi An (en dortoir mixte 4 lits): 125 000 VND (4,69 €)


Nourriture

La nourriture vietnamienne, c’est TOUTE MA VIE ! Elle est très fraîche et extrêmement variée. Bien sûr, on retrouve des plats d’inspiration khmère, thaïlandaise et laotienne, mais si vous souhaitez goûter le must de la nourriture locale, alors jetez vous sur soupe pho, bo bun, banh mi et autres plats  des cuisines de rue (la meilleure, ne te fie pas aux apparences !).

– Un déjeuner dans un stand de street food: 30 000 VND (1,12 €)
– Un déjeuner dans un resto local: 100 000 VND (4 €)
– Une bouteille d’eau (500 ml): 5000 VND (0,18 €)
– Un crêpe achetée dans un stand de rue: 2000 VND (0,07 €)
– Une bière Saigon: 35 000 VND (1,30 €)
– Un paquet de gâteaux au supermarché: 3000 VND (0,08 €)
– Un pho dans la rue: 10 000 VND (0,37 €)

Transport

Se déplacer au Vietnam n’est vraiment pas cher, mais il faut toujours s’assurer qu’il n’y a pas de frais cachés pour éviter de payer plus. A noter qu’au Vietnam, les tuktuk n’existent pas… Si c’est le poste de dépenses le plus élevé, ça reste tout de même très abordable !

– Bus HCM Ville – Mui Ne (aller seulement) : 200 000 VND (7,52 €)
– Ticket de bus à Hô-Chi-Minh Ville : 6000 VND (0,22 €)
– Prix d’un taxi à Hô-Chi-Minh Ville: environ 10 000 VND (0,37 €). Ensuite, tout dépend du trajet, mais c’est une moyenne !
– Prix d’un taxi Aéroport d’Hanoi – centre-ville (pour deux personnes): 18 $ = 380 000 VND (14,45 €)
– Prix d’un taxi Aéroport Hô-Chi-Minh Ville-centre ville: 100 000 VND (4 €)
– Bus de nuit d’Hanoi à Hué: 420 000 VND (15,78 €)

Loisirs et activités

– Excursion d’une journée aux tunnels de CuChi & au temple de Cao Dai (bus A/R, guide et wifi compris): 228 000 VND (8,58 €)
– Entrée au Palais de la Réunification à Hô-Chi-Minh Ville: 30 000 VND (1,12 €)
– Entrée au Temple de la Littérature à Hanoi: 25 000 VND (0,94 €)
– Entrée à la Prison Centrale à Hanoi: 5000 VND (0,18 €)
– Excursion d’une journée aux dunes de sable blanc et de sable rouge à Mui Ne: 100 000 VND (4 €)
– Ticket d’entrée pour les tunnels de Cu Chi: 90 000 VND (3,38 €)
– Excursion d’une journée dans la baie d’Ha Long: 65 € (ON NE PANIQUE PAS ! Je détaille le prix ici).
– Excursion d’une journée à la DMZ: 420 000 VND (15,78 €)
– Entrée au Musée de la Police à Hanoi: GRATUIT !
– Entrée au Musée des Vestiges de la guerre à Hô-Chi-Minh Ville: 15 000 VND (0,56 €)

 

Extras

– Un foulard en cashmere au marché Ben Thanh (après négociation): 50 000 VND (1,88 €). Alors qu’en réalité, elle coûte 80 centimes !!!
– Une boîte de café moulu: 15 000 VND (0,56 €)
– Dix cartes postales: 5000 VND (0,18 €)
– Un timbre: 12 000 VND (0,45 €)
– Un tee shirt (pas une contrefaçon) dans un marché local: 30 000 VND (1,12 €)

 

QUELQUES CONSEILS

– Faites attention dans les marchés locaux, les vendeurs peuvent être super agressifs avec les touristes s’ils n’achètent pas. Au marché Ben Thanh à Hô-Chi-Minh Ville, je me suis fait retenir par le bras parce que je n’avais aucune intention d’acheter un tee shirt auquel j’avais à peine jeté un coup d’oeil… J’ai du hausser le ton pour pouvoir partir, chose qui ne se fait pas du tout en Asie, mais bon, je vais pas me faire engueuler pour ne pas avoir acheté un tee shirt !

– Comme partout en Asie, on se fait arnaquer. Donc il faut négocier, faire semblant de partir parfois, et accepter de payer plus que le prix local parfois. Le Vietnam n’est pas un pays cher, donc il faut accepté d’être berné !

– Contrairement à ce que j’ai entendu, j’ai trouvé que les vietnamiens étaient super accueillants, mais davantage dans le Sud que dans le Nord. Dans la région d’Hanoi, j’ai trouvé les vietnamiens très peu ouverts, alors que dans le sud, dans la rue tout le monde dit « hello » aux touristes !

Il existe un couvre-feu à Hanoi, donc à partir de 22h30 les policiers descendent dans la rue demander aux restos et bars de fermer. Bon ensuite vous pouvez toujours vous retrouver dans un bar clandestin, mais pas de stress si vous voyez des policiers arriver.

– Préparez-vous à avoir chaud à Hanoi ! Même si la capitale est au nord du Vietnam, il y fait bien plus chaud que dans le Sud: 37 degrés à l’ombre fin juin, je vous laisse imaginer la souffrance.

– Si on vous demande de vous prendre en photo, c’est normal: moi qui commençait à être blonde avec l’été, j’ai été prise 3 fois en photo en l’espace d’une visite au musée à Hanoi ! Vive le style à l’européenne !

Le début de la gloire.

 

QUELQUES BONNES ADRESSES

Hô-Chi-Minh Ville

– Pour boire un verre: le GO2 Bar, 187 Đề Thám, Phạm Ngũ Lão.
– Un restaurant sympa: Vietnamese Aroma Restaurant, 175/10 Ð
Phạm Ngũ Lão. Entre 40 000 et 90 000 VND le plat.
– De la bonne cuisine de rue: tous les petits stand de la rue Bui Vien, dans le quartier routard.
– Pour réserver une excursion: Vietsea Travel, 252 Đề Thám.

Hanoi

– Un hôtel sympa et pas cher: Hanoi 3B Hôtel, 99 Mã Mây, Hàng Buồm, Hoan Kiem District.
– Pour boire un verre: Dragonfly Bar, 15 Hàng Buồm, Hoan Kiem District.

Les autres bonnes adresses pour Hanoi sont sur cet article

 

post

Itinéraire et conseils pour un roadtrip en Gaspésie

La Gaspésie, ses grands espaces, ses immenses parcs nationaux, et ses côtes maritimes remplies de phoques et de fous de bassan

Idéal pour un roadtrip !

Sauf qu’en une semaine, il faut sélectionner quels endroit son visite, parce que la Gaspésie est remplie d’endroits à voir… Il faut donc choisir ! Je suis donc partie 7 jours dans cette région, et je ne le regrette pas du tout. J’en ai même fait une vidéo ! N’hésitez pas à vous abonner 😉


L’itinéraire

 

Etape 1: Ottawa – Québec (2 jours)

D’Ottawa à Québec, on met environ 5h par la route: en bus, il faut compter environ 50 $, et en covoiturage, 30 $ (voir le site Amigo Express). Le choix est vite fait ! Pour le logement, rien de mieux que le couchsurfing, totalement gratuit.

Je ne vais pas m’éterniser sur la ville de Québec, j’en ferais un article complet très prochainement.

 

Etape 2: Québec – Sainte-Anne des Monts/Cap-Chat

Cette fois-ci, le trajet se fait en bus, car le covoiturage en Gaspésie n’est pas encore très répandu.. Ou sinon, les dates ne correspondent pas. De Québec à Sainte-Anne des Monts, il faut compter 8 heures de trajet, avec un stop à Rimouski. La ville de Sainte-Anne des Monts regorge de choses à voir… Pendant la saison touristique ! Et évidemment, à une semaine près, tout était fermé…
Mais si vous décidez de partir en Gaspésie entre juin et fin septembre, alors vous pourrez faire une foule d’activités avec Exploramer, qui est le complexe d’activités nautiques et maritimes de Sainte-Anne des Monts. Si vous venez hors saison, vous avez toujours la possibilité de monter en haut du promontoire d’Exploramer pour admirer la vue…

 

Pour Cap-Chat, c’est la même chose: en dehors de la période juin-septembre, il y a peu de choses à faire. Apparemment, la ville doit son nom à un célèbre rocher qui aurait la forme d’un chat.

Je suis peut-être aveugle, mais je cherche toujours le rocher !


Etape 3: Sainte-Anne des Monts – Parc national de la Gaspésie

Selon moi, la meilleure étape du voyage ! Et contrairement aux autres activités touristiques de la Gaspésie, je recommande fortement de se balader dans le parc national pendant l’automne. La raison est simple: les couleurs ! Les vallées sont totalement oranges et rouges, et c’est magnifique. Un bus permet d’aller de Sainte-Anne des Monts (la ville la plus proche) au parc de la Gaspésie: mais quand on est hors-saison, on fait avec les moyens du bord et on prend le taxi ! A savoir que le taxi au Canada esT bien moins cher qu’en France.
Il est possible de faire du stop, mais le résultat n’est pas garanti… Très peu de personnes se rendent à l’intérieur du parc après la fermeture de la saison.

 

 

Etape 4: Sainte-Anne des Monts – Percé

Encore une fois, c’est par bus qu’on se rend à Percé. Et cette fois-ci, ENFIN une activité maritime possible ! Et oui, on a pu faire une croisière d’une heure et demie autour du Rocher Percé et de l’île de Bonaventure, qui recueille une colonie de fous de bassan colossale. On a pu aussi apercevoir des phoques, mais pas de baleines… Il faut être un peu chanceux pour en apercevoir.

Pour déjeuner, il faut absolument aller au Resto du Village: à deux minutes à pied du bureau de croisières qui se trouve sur la jetée, l’endroit ressemble un peu à un mobil-home, mais c’est la meilleure poutine que j’ai jamais mangé de ma vie (et pour seulement 5 $).

      

Etape 5: Percé – Gaspé

Il y a seulement 1h de bus entre Percé et Gaspé, et le covoiturage est déjà plus possible que dans le reste de la Gaspésie, car ce sont deux villes relativement grandes pour la région.
L’avantage de Gaspé est la proximité avec la mer et la montagne: le parc Forillon est apparemment magnifique : mais comme il pleuvait des cordes, impossible de le faire ! Avec Eskamer, vous aurez aussi la possibilité de plonger avec des phoques, une activité incontournable. Mais encore une fois, le temps ne jouait pas en notre faveur…

Budget

 

Dépenses               Type                                                        Prix ($ CAD)                                  Prix (€)
________________________________________________________________________________________________________

Transport                   Bus, covoiturage, taxi                              296,63                                                 213,57

Nourriture                  Supermarché + restos                             80                                                        57,6

Logement                    Couchsurfing                                             0                                                          0

Activités                       Entrée parc + sortie en mer                  36                                                       25,92
________________________________________________________________________________________________________
TOTAL                                                                                            412,63                                               297,03

 

Alors bien sûr, il est largement possible de faire moins: en étant hors saison, on paye davantage pour les transports, et en s’y prenant plus tôt il est facile de trouver des covoiturages.

 

Conseils

  • La meilleure période pour visiter la Gaspésie est fin septembre – première semaine d’octobre: la saison n’est pas encore terminée, mais il y a moins de touristes et vous pourrez voir les jolies couleurs d’automne.
  • Pensez à vous renseigner sur les activités et si possible, réservez en avance.
  • Les gaspésiens sont très accueillants: faites du couchsurfing !
  • Si vous prenez le bus, vérifiez bien les horaires: en hors-saison, il n’y a souvent que deux bus par jour, et pas souvent aux meilleurs horaires…
  • Visitez les parcs nationaux tôt le matin: moins de monde, un lever de soleil magnifique et la possibilité de voir des orignaux.