Forcément, il fallait que je poste un article sur le sujet ! Fin août 2014, je suis donc partie vivre au Canada, et plus précisément à Ottawa, qui se situe dans la province de l’Ontario. Je suis partie dans le cadre d’un échange universitaire, et j’ai donc vécu un an là bas. A la suite de cet échange, j’ai décidé de continuer ma petite vie au Canada, en m’installant à Montréal. Mais dans tous les cas, vivre à l’étranger, ça demande de bien se préparer en amont, pour anticiper au mieux son expatriation ! 

Le choix du pays/du continent

Forcément, à moins que ce soit pour une mutation forcée, on vous impose rarement le pays où vous partez ! Selon moi, il y a plusieurs critères à prendre en compte. Tout d’abord, l’envie: en effet, si tu as toujours voulu t’expatrier au Brésil, alors il est temps de tout mettre en oeuvre pour partir là bas ! Il faut essayer de se projeter un minimum dans le pays en question, les opportunités que tu pourrais avoir sur place, si la culture du pays t’attires…
Il faut aussi prendre en compte le contexte: pourquoi pars-tu à l’étranger ? Pour tes études, un échange universitaire, un stage, un boulot que l’on te propose, ou la pure et simple envie de tenter l’expérience là bas ? Dépendamment de ta réponse, le choix du pays est plus ou moins large, c’est donc un aspect à prendre en compte. 

Certains vont s’adapter à toutes sortes de culture, d’autres vont avoir plus de mal… Il faut donc bien se connaître et être honnête avec soi-même, et ne pas prendre de décision sur un coup de tête.
Par exemple, dans le cadre de mon échange à Ottawa, j’avais le choix entre plusieurs pays: j
‘ai choisi le Canada parce que je voulais découvrir la culture nord-américaine et en plus, je voulais partir dans un pays anglophone (non, le Canada ne se résume pas qu’au Québec !). 

Pour mon stage de fin d’études, je suis finalement partie sur un tout autre continent: l’Asie, et plus précisément au Cambodge. Ayant déjà voyagé dans cette partie du monde, je savais que la différence culturelle ne serait pas problématique pour moi.

Premiers pas au Canada: ici au Canal Rideau, Ottawa.


Pourquoi partir ?

Pas de fausses idées sur cette section ! Partir est selon moi toujours une bonne idée 😉 Mais avant même de choisir sa destination, il est important de savoir pourquoi l’on souhaite partir: trouver un nouveau job, voyager au long cours, partir étudier, etc. Bon normalement, on a déjà un semblant d’idée quand on choisit le pays. Mais une fois l’idée précise en tête, cela peut parfois changer la donne du pays.

Par exemple, si tu souhaites partir en PVT, en fonction de la période de l’année et du nombres de demandes de PVT, tu ne partiras peut-être pas dans le pays que tu souhaitais au début: pour le Canada notamment, les quotas sont très limités, ce qui force beaucoup de personnes à choisir un autre pays pour effectuer leur PVT. 


Avant le départ

Je ne t’évoquerais pas ici le passeport et les visas, vu que ces formalités dépendent de chaque pays ! Renseigne-toi directement sur le site de France Diplomatie.

A savoir cependant: pour un bon nombre de destinations (dont l’Amérique du Nord et pas mal de pays d’Asie), le passeport doit être valable au minimum 6 mois après le retour (si ton expatriation est de durée limitée). 


La banque

Si vous partez vivre à l’étranger pour travailler, alors OUI ouvrez un compte en banque ! Vous y êtes un peu obligés pour encaisser votre chèque de fin de mois de toute façon 😉 Maintenant à vous de trouver la banque qui vous convient.

Si vous partez dans le cadre d’un échange universitaire ou d’une véritable expatriation (où vous êtes toujours payés par votre boîte française), alors réfléchissez à ouvrir un compte en banque ou non. Les questions à se poser:
– Pourquoi avez-vous besoin d’ouvrir un compte en banque dans le pays d’accueil ?
– Votre banque française propose-t-elle une option internationale ?
– Ce compte est-il utile (taux de change, taxes, etc) ?

En vivant un an au Canada, j’ai juste souscrit à l’Option Internationale de la Société Générale (les formalités ici). L’option me coûte 7,50 € par mois (le niveau 2 et avec les avantages Jeune je paye moitié prix): au final, j’aurais payé bien plus de charges si je n’avais pas pris l’option, mais je n’avais pas l’utilité d’ouvrir un compte. Cette option existe dans d’autres banques, il suffit de vérifier 🙂


La santé

Forcément, la Sécurité Sociale ne s’expatrie pas ! Donc il faut s’en soucier avant de partir… Alors il y a toujours les gens qui diront « Oui mais moi je tombe jamais malade blablabla ». Dans le fond, fais comme tu veux, mais la Caisse des Français de l’Etranger existe pour une raison 🙂

Ce ne sont que deux exemples, mais souscrire à une assurance ou à une complémentaire santé internationale vous évitera de rincer une brique qui aurait pu vous être remboursée.
Pour ceux qui partent vivre à l’étranger dans le cadre d’un échange ou d’un stage: l’extension de mutuelle World Pass de la SMEREP est très bien et couvre intégralement (je crois que la LMDE fait la même chose): plus d’infos ici.

Sinon, de nombreux organismes proposent ces assurances internationales. Ensuite, en fonction de la raison pour laquelle vous partez vivre à l’étranger, vous serez peut-être éligible à l’assurance santé là-bas: en tant qu’étudiante au Canada, je suis par exemple obligée de souscrire au Régime Santé Universitaire (mais évidemment, je l’ai su après avoir gracieusement payé mon World Pass, sinon ce serait pas drôle, donc je suis couverte deux fois !).


Sur place

Le logement

Bon là, la solution dépend de votre cas… C’est sûr que c’est toujours plus rassurant d’arriver en sachant qu’on a un logement qui nous attend ! Mais signer sans avoir visité, forcément ce n’est pas rassurant. Déjà, renseignez-vous pour savoir si vous n’avez pas des sites qui proposent des journées de visites d’appart dès votre arrivée: à Ottawa, le site Rentaplace marche super bien par exemple.

La solution qui marche pas mal, ce sont les forums: il y aura toujours quelqu’un pour vous conseiller sur un quartier, un ordre de prix pour le loyer, ou encore même pour vous déconseiller certaines choses ! En tout premier, faites un liste de ce que vous voulez et de ce que vous ne voulez pas pour votre futur logement: l’emplacement, la superficie, colocation ou pas, avec ou sans animaux: ça vous permettra de filtrer au mieux les offres que vous trouverez !

Enfin, vérifiez toujours TOUTES les informations quand vous louez, si vous avez une seule question posez là direct au propriétaire: même en Amérique du Nord, quand on voit que vous êtes étranger, on peut chercher à vous arnaquer (c’est du vécu).

Le transport

Il va bien falloir découvrir un peu où vous allez vivre non ? En fonction du pays ce sera plus ou moins cher… Autant se renseigner directement auprès de l’Office du Tourisme ou de l’Organisme de transports: parfois, un pass touriste d’un mois vous coûtera moins cher qu’une carte de transport lambda… Profitons de notre statut d' »étranger » et soyons radins ! 😉

La vie sur place

Quand on arrive dans un endroit qu’on ne connaît pas, le plus dur c’est évidemment de se créer des repères: trouver un bar sympa dans un guide du Routard c’est bien, mais ce n’est sûrement pas là que vous rencontrerez des locaux avec qui vous aller créer des liens. Quand on part vivre à l’étranger pour étudier, faire un stage ou travailler, c’est forcément plus simple: on rencontre dès le début d’autres étudiants ou des collègues de bureau.

Mais quand on part de soi-même, il faut ruser un peu. Une alternative pour rencontrer du monde et/ou choper quelques bonnes adresses: les groupes Facebook ! Pas mal de groupes Facebook rassemblent les expat’ français, rien de plus facile pour apprendre à connaître quelques personnes. Il faut aussi se renseigner sur les associations d’expatriés dans le pays où vous allez: ce sera plus facile en arrivant sur place, d’avoir déjà un repère.

Enfin, renseignez vous sur les habitudes locales: le coût de la vie, les traditions, la culture en général: ça vous épargnera un petit choc culturel en arrivant !

Rencontrer des gens au Canada: 3 françaises, 3 allemandes, 2 canadiens et 1 lituanien !


La langue

C’est ce qu’il va vous falloir maîtriser en premier ! Si vous connaissez la langue du pays dans lequel vous partez, très bien. On ne peut pas en dire autant quand on part vivre en Amérique Latine sans connaître l’espagnol ou le portugais, c’est un peu plus compliqué… Il faut s’y préparer un peu à l’avance, apprendre au moins de quoi tenir une conversation basique !
Il existe des milliards de bouquins pour apprendre une langue: personnellement j’aime bien les livre des Nuls (assumons notre condition de novice linguistique !).

La sécurité

Vous ne partez pas pour de simples vacances, mais pour vivre et vous intégrer dans une nouvelle culture pendant plusieurs mois. Un seul motto: essayer de passer le moins possible pour un étranger. Je sais que c’est un peu dur à mettre en application quand on part vivre en Asie… Mais la sécurité passe par là: en vous fondant dans la masse et en vous intégrant dans la culture, vous aurez rarement des problèmes. Au contraire, c’est en se comportant en véritable touriste, appareils photos à la vue de tous et habillés de manière « indécente » selon les locaux que vous aurez le plus de risques de vous retrouver face à une situation de danger.


Quelques liens utiles

– Pour les questions de visa et de sécurité: www.diplomatie.gouv.fr
– Pour étudier à l’étranger: www.etudionsaletranger.fr
– Quelques groupes Facebook à regarder: Les Frenchy à NY / Français d’Amérique du Nord / Français à Buenos Aires-Sydney-Londres…

– Les communautés des français aux Etats-Unis: Les Frenchy

 

Liens utiles pour le Canada

– Ambassade de France au Canada : http://www.ambafrance-ca.org/
– Site du gouvernement du Canada pour visas et permis d’études: ww.cic.gc.ca

– Groupes Facebook: Les Frenchy à Ottawa / Français au Québec (j’avoue que pour le Canada il n’y a pas grand chose…)
– Trouver un appart à Ottawa: www.rentaplacenow.com

 

Et surtout, bonne expatriation ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *